La police à la recherche des organisateurs d’un carnaval volontairement désorganisé

Actualité
le 24 Mar 2021
33

Son retentissement se limitait jusqu'ici aux milieux alternatifs marseillais et alentours. Mais cette année, le carnaval de la Plaine a fait parler de lui au niveau national. Les autorités ont annoncé vouloir trouver les organisateurs de la manifestation qui a réuni 6500 personnes dimanche avec bien peu de respect des gestes barrière, mais la tâche s'annonce ardue.

Des carnavaliers autour d'une effigie de Gérald Darmanin le 21 mars 2021. Photo LF.

Des carnavaliers autour d'une effigie de Gérald Darmanin le 21 mars 2021. Photo LF.

“Un véritable scandale sanitaire organisé par des collectifs pirates, dans un but politique et bien annoncé dans la presse”. Ce mardi, Julien Ravier portait l’écho du carnaval de la Plaine jusque dans l’hémicycle de l’Assemblée nationale. Le député LR a fait une intervention sur le sujet pour demander au gouvernement “qu’une enquête fasse toute la lumière sur ces événements”.

Dès lundi soir, le parquet de Marseille communiquait déjà en ce sens. Tandis que Gérald Darmanin, ministre de l’Intérieur, annonçait des comparutions immédiates pour des faits de violence sur des policiers, la procureure Dominique Laurens informait de l’ouverture parallèle de deux enquêtes dont une “sur l’organisation de la manifestation sans déclaration préalable”, précisait-elle. Elle avait préalablement été destinataire de plusieurs plaintes dont celles de la Ville, de la métropole et de la Soleam qui affirme avoir enregistré 100 000 euros de dégâts sur le chantier de rénovation de la Plaine. Les autorités seraient donc actuellement à la recherche des organisateurs d’un carnaval, volontairement désorganisé.

“On ne s’attendait pas à une telle ampleur”

“Des organisateurs ? Il n’y en a pas”, s’amuse-t-on du côté des “plainards”. Le terme, un peu brumeux, regroupe des habitants du quartier, mais aussi militants d’associations dont certaines sont historiquement liées à l’organisation du carnaval en question. À en croire les habitués interrogés par Marsactu, cette année, personne ou presque des personnages emblématiques du carnaval n’y aurait participé. Alors qu’une enquête cherche à identifier des responsables, la coïncidence semble bien tomber, mais cette spécificité de la cuvée 2021 vient en même temps souligner une tradition : en 21 ans d’existence, le carnaval de la Plaine n’a jamais eu d’organisateurs officiels puisqu’il s’agit d’un carnaval qui se revendique indépendant et libertaire. En revanche, même en 2021, des organisateurs officieux, il y en a plein. Silencieux depuis dimanche, certains, sous couvert d’anonymat, se sont confiés à Marsactu.

Nous n’avons pas appelé les gens à venir, il n’y a pas eu d’événement Facebook, nous n’avons pas prévenu les journalistes, juste les copains.

“C’est très tendu”, s’inquiète Monique*. Voilà plusieurs années* que cette retraitée, proche de l’association La Plaine sans frontières, participe à l’organisation du carnaval. Plus inquiète pour les personnes actuellement en détention provisoire avant leur comparution ce mercredi, Monique assure n’avoir jamais vu une telle affluence pour le carnaval de son quartier. “On ne s’attendait pas à cette ampleur. On ne l’a pas annoncé, à part avec quelques affiches dans les rues des quartiers concernés. Nous n’avons pas appelé les gens à venir, il n’y a pas eu d’événement Facebook, nous n’avons pas prévenu les journalistes, juste les copains”, jure-t-elle. Oubliant un petit encart dans La Provence, elle vante simplement le pouvoir du “bouche-à-oreille”.

L’association La Plaine sans frontières, une “coquille vide” ?

Selon la police, 6500 personnes auraient participé à l’événement et même du côté des autorités, on avoue n’avoir pas bien pris la température en amont. Les forces de l’ordre attendaient, selon nos informations, pas plus de 4500 personnes. Pronostic raté, c’est désormais la chasse aux organisateurs qui est lancée. Sans grande surprise, l’association La Plaine sans frontières serait selon nos informations dans le viseur des autorités. Il faut dire qu’il s’agit de la dernière structure à s’être revendiquée organisatrice du carnaval. Elle a notamment édité un livre à l’occasion du vingtième anniversaire. Et en 1999, c’est d’ailleurs cette association, très proche de l’Assemblée de la Plaine, l’agora libertaire du quartier, qui réactivait l’événement. “Mais c’est aujourd’hui une coquille vide”, assure l’un des membres du collège, qui n’a pas assisté au carnaval cette année pour des raisons personnelles.

Le carnaval de la Plaine risque de devenir un festival, de perdre son côté local, occitan.

Ce dernier, qui a suivi le déroulé de l’événement de loin, regrette presque cette édition 2021. Pour lui, cette année, l’essence du carnaval de la Plaine “a été noyée”. “Le carnaval de la Plaine risque de devenir un festival, de perdre son côté local, occitan, ce lien qu’il faisait entre Noailles et la Plaine.” Un discours que partage Monique, du moins en partie. “Ce n’était pas un carnaval habituel. Il y avait beaucoup de gens qui ne savaient pas ce qu’était un carnaval, qui avaient juste envie de faire la fête”, raconte celle qui, dimanche, a dû expliquer plus d’une fois ce qu’était un caramantran. De l’avis de plusieurs habitués, il y avait cette année moins d’enfants et plus de jeunes adultes qu’à l’accoutumée.

Mais le principe même du carnaval, reconnaît-elle, est justement de créer un défouloir, qui a vocation à déborder, un exutoire pour les souffrances de l’année écoulée, lors duquel on enterre l’hiver pour mieux accueillir le printemps. “Ça fait plus d’un an que l’on n’a pas le droit de se regrouper à plus de six, psychologiquement, c’est insupportable ! On a annulé le carnaval l’année dernière, alors cette année, on a décidé de le maintenir. Mais on ne savait pas que ça allait être aussi monstrueux”.

Un carnaval qui “attire au-delà de Marseille”

Difficilement quantifiable, un certain nombre de personnes extérieures à Marseille seraient venues grossir les rangs de la foule déguisée ce dimanche, confirme une source policière à Marsactu. “On a explosé la jauge qui est plutôt de 2000 ou 3000 en temps normal”, juge une habituée. “C’était hors de contrôle”, ajoute un membre organisateur cité plus haut. En ville, beaucoup connaissent des amis d’amis, venus d’autres villes, hébergés sur un canapé, alors qu’une grande partie de la France est confinée. Et comme un symbole de cette attraction, les carnavaliers attrapés pour violence sur personne dépositaire de l’autorité, sont pour la plupart des non-Marseillais, voire pour l’un d’entre eux, étranger.

Mais si le contexte actuel a pu agir comme un catalyseur, le carnaval de la Plaine n’a-t-il pas toujours attiré au-delà de ses frontières ? “Ça fait quelques années que le carnaval attire en dehors de Marseille, avec l’histoire de la rénovation de la Plaine et de la rue d’Aubagne, et puis Marseille a l’image rebelle, ça a dû parler aux gens en cette période”, contrebalance un autre ex-organisateur. Cette année, le caramantran représentait les jeux pour enfants de La Plaine, critiqués par certains pour leur hauteur et leur dangerosité. Brulés sur la place publique, ils rappelaient la fronde locale contre le projet de rénovation de cette place. Mais on a aussi vu passer parmi les créations de papier-mâché les visages des ministres Gérald Darmanin et Roselyne Bachelot ou des maires qui se sont succédé en 2020 Michèle Rubirola et Benoît Payan. L’année prochaine, qui sait de quoi sera fait le caramantran ? Du côté de la police, on craint surtout un point de non-retour. “L’année prochaine, ils seront 7000”, glisse-t-on. Et autant d’organisateurs ?

*Et non 20 ans comme nous l’avions écrit (modification apportée le 02/04/2021 à 16H)

Article en accès libre

Soutenez Marsactu en vous abonnant

OFFRE DÉCOUVERTE – 1€ LE PREMIER MOIS

Si vous avez déjà un compte, identifiez-vous.

Commentaires

L’abonnement au journal vous permet de rejoindre la communauté Marsactu : créez votre blog, commentez, échanger avec les autres lecteurs. Découvrez nos offres ou connectez-vous si vous êtes déjà abonné.

  1. patrick patrick

    Darmanin va bien nous trouver un ou deux lampistes porteurs d’un couteau “mon premier Opinel”.

    Signaler
    • BLeD BLeD

      Oui, se focaliser uniquement sur le délire sécuritaire (maladie contagieuse s’il en est) empêche de voir l’essentiel :
      ce carnaval a été un regain de vitalité après un long hiver perclus de morbidités.
      Dans les quartiers populaires, dans les théâtres occupés et un peu partout où on lutte contre la dépression et la mort sociale, les gens savent que ceux qui nous gouvernent ne préparent pas un monde d’après plus juste et respirable, mais bien le maintien coûte que coûte du vieux monde. Quand ils soulèveront le couvercle et nous permettront de sortir, combien de bars, restaurants, petits théâtres, lieux associatifs auront définitivement mis la clé sous la porte ? Combien d’entre nous se seront suicidés ou auront sombré dans une non-vie virtuelle et asociale ?
      On peut regretter l’absence de masques lors du carnaval, bien sûr, mais ne perdons pas de vue l’essentiel : ceux qui gouvernent travaillent clairement contre nous et profitent des confinements et autres couvre-feux pour imposer une société autoritaire, paranoïaque et claustrophobe.
      Les vrais irresponsables sont ceux qui continuent à supprimer des lits d’hôpitaux en pleine pandémie, bien plus que celles et ceux qui sont sortis dans les rues pour célébrer le printemps.

      Signaler
    • Pierre12 Pierre12

      N’importe quoi Bled

      Signaler
  2. Pierre12 Pierre12

    Dommage que vous ne fassiez pas état de la présence d’élus du pm

    Signaler
  3. Panisse Panisse

    6500 personnes est le chiffre de la préfecture de police qui s’il s’était agit d’une manifestation syndicale aurait annoncé 1500 personnes. Depuis le 29 février 2020 ,la gestion de cette crise sanitaire est principalement faite de dissimulations , de mensonges et de manipulations. Certes, Ce carnaval aurait dû se dérouler 1 mois plus tard mais ,pour autant, passer sous silence le fait que cet événement permet une nouvelle fois au gouvernement et à ses représentants dans le département de manipuler les gens est regrettable. Si aujourd’hui dans notre région ( et en France) le virus circule activement, s’il existe une tension hospitalière, c’est principalement à cause de certaines décisions du gouvernement et de l’irresponsabilité de certains décideurs locaux . Avoir refusé la réorganisation de l’enseignement , avoir fait semblant de mettre en œuvre le télétravail et donc avoir engorgé les transports en commun aux heures de pointe , voilà les vraies raisons de la situation sanitaire dans notre ville . Tomber dans le piège de la stigmatisation du comportement des gens ordinaires pour masquer les fautes commises par des décideurs publics , oui , c’est vraiment regrettable. Qui va oser enquêter sur les comportements et décisions de certains « responsables irresponsables «  qui au moins depuis janvier sont la cause principale de la situation dramatique que nous vivons ?

    Signaler
    • Panisse Panisse

      « S’il s’était agi « 

      Signaler
    • Andre Andre

      D’accord, nous sommes gouvernés par des menteurs, des irresponsables et des incapables qui continuent à fermer les lits d’hôpitaux et à dissimuler la contamination dans les transports en commun (il faut aller bosser!), TC dont les compagnies ne font aucun effort.
      D’accord sur tout. Mais est une raison de rajouter une couche en ne prenant pas des précautions minimales? Le virus est bien là et des gens en crèvent tous les jours, c’est la triste réalité.

      Signaler
  4. danielle di scala danielle di scala

    si les recherches s’intensifient sur les réseaux sociaux ils retrouveront les organisateurs de ce carnaval organisé par une bande d’égoistes

    Signaler
  5. Happy Happy

    “Moi non plus je n’y étais pas !”
    Mais franchement, envoyer la police chercher les organisateurs d’un carnaval, on dirait que les “autorités” cherchent à leur donner raison en s’abaissant à leur propre caricature.
    Marx : « Hegel fait quelque part cette remarque que tous les grands événements et personnages historiques se répètent pour ainsi dire deux fois. Il a oublié d’ajouter : la première fois comme tragédie, la seconde fois comme farce.”
    En mars 2020, on applaudissait les “héros” du covid, sidérés par le confinement tandis que Macron déclarait “nous sommes en guerre” et que beaucoup d’entre nous espéraient voir surgir “le monde d’après”.
    En mars 2021, on applaudit (ou pas) les carnavaliers, avant que les gendarmes courent après ces guignols (pardon pour cette lyonnaiserie), et c’est Julien Ravier, député par procuration des EHPAD, qui fait la leçon à l’Assemblée.

    Signaler
  6. kukulkan kukulkan

    aucun article marsactu sur l’ambiance et les motivations des participants… C’est quand même très dommage de s’aligner vu votre positionnement sur le côté répréssif et l’indignation politique de la chose. Vos soutiens financier seraient ils aussi des mêmes politiques ? je ne pense pourtant pas !
    https://marsactu.fr/agora/carnaval-de-la-plaine-marseille-le-politico-mediatique-soffusque-les-citoyens-adulent/

    Signaler
    • Brallaisse Brallaisse

      Quelles motivations , se prendre pour des résistants , des résistants à quoi ? . Se déguiser avec la panoplie du parfait anarchiste achetée chez “Joué Club” ? . Provoquer les puissants comme dirait Brighella /Mélanchon ? .
      Kukulkan, il n’y a pas de bons ou de mauvais casseurs . Il y a des casseurs et ce ne sont généralement pas eux qui règlent les additions

      Signaler
    • Pierre12 Pierre12

      Vous vous obstinez à justifier un comportement qui n’est pas justifiable.
      Quelque soit la durée du confinement, le long hiver ou je ne sais quelle justification, les carnavaliers n’avaient pas à manifester sans masque et sans distanciation physique.

      Les soignants se battent dans les hôpitaux pour sauver des vies pendant que d’autres pavanent dans la rue en justifiant l’injustifiable.

      Signaler
  7. TINO TINO

    Cet évènement qui a réuni 6500 personnes selon la police, devrait inspirer de la réflexion plutôt que des jugements définitifs.

    Signaler
    • Brallaisse Brallaisse

      Tino , quand l’on se rappelle que lors de l’année dites de la culture , le défilé des moutôôônnnsssss à fait recette à Marseille devant une population nombreuse. Je n’étais à pas à celui de Samedi ou Dimanche dernier, mais visiblement Panurge à encore de nombreux adeptes. Comme quoi la barrière entre spectateurs et acteurs est quelquefois infime .

      Signaler
    • TINO TINO

      braillasse, je ne propose qu’un peu de réflexion….

      Signaler
    • Pierre12 Pierre12

      J’aimerais bien connaître votre réflexion ou plutôt votre justification.

      Signaler
    • TINO TINO

      réfléchir équivaudrait à justifier….j’ai déjà entendu ça. Pour ma part, réfléchir permet surtout de comprendre avant d’émettre une opinion.

      Signaler
    • Pierre12 Pierre12

      Et vous comprenez quoi ?

      Signaler
  8. leb leb

    ” Cette année, le caramantran représentait les jeux pour enfants de La Plaine, critiqués par certains pour leur hauteur et leur dangerosité”.
    Pour info, ce type de structure ludique en bois existe dans beaucoup de parcs ailleurs en France et il n’y a aucun mort à déplorer. Critiquer des jeux, sans attendre de voir les principaux intéressés les pratiquer, c’est à dire les enfants, est une belle façon de confisquer leur parole et leur avis aux personnes qu’on prétend défendre.
    Le point commun entre la Soléam et les manifestants anti travaux? Les mêmes recours à une communication abusive, démagogique et hors-sol qui vise plus à assoir une autorité et à avoir le dernier mot plutôt qu’à servir les habitants de ce quartier.

    Signaler
    • Andre Andre

      C’est exact, ces gens là n’avaient pas imposer leur point de vue en détruisant des équipements sous prétexte qu’ils ne leur plaisent pas. Ces soit disant libertaires ont des comportements de fachos et c’est malheureusement souvent le cas avec l’ultra gauche et ses maîtres à penser.
      Des jeux ça se teste, se modifie, se remplace, ça ne se brûle pas!

      Signaler
  9. Richard Mouren Richard Mouren

    Qu’il y ait eu 6500 participants ou 1500, que les dégâts aient été le fait d’ “étrangers” à la ville, qu’il y ait plein d’autres causes de contamination “sociale” (emploi, transports, etc), que les participants aient aimé et “adulé” (et non pas les citoyens comme prétendu dans l’article de blog de Kukulkan -par ailleurs très bien fait mais complètement à côté de la plaque), il n’empêche que cette manifestation a été organisée et préparée par un groupe de personnes complètement irresponsables. Par contre, leur responsabilité peut/doit être mise en cause par la justice. Voir dans cet article une émanation de la sphère politico-médiatique est une stupidité et suspecter Marsactu d’être inféodé à de prétendus soutiens financiers est une infamie.

    Signaler
    • Pierre12 Pierre12

      👍

      Signaler
    • Electeur du 8e Electeur du 8e

      Moi aussi, je m’étonne de ce procédé spécieux qui consiste à faire croire que “le peuple” serait du côté des carnavaliers : 6500 participants, c’est 0,7% de la population de Marseille. Je crois savoir que “le peuple” est un peu plus nombreux que cela : j’en fais partie aussi et me méfie de ceux qui parlent à sa place.

      Signaler
  10. Panta Panta

    L’âne brallaisse et le carnaval passe.

    Signaler
    • BLeD BLeD

      Bravo Panta pour cette punchline – à moins que ce ne soit un haïkou ? En tout cas, tu m’ôtes ces doux mots de la bouche. Je te souhaite un grand bol d’air frais, l’ami.

      Signaler
  11. Lecteur Electeur Lecteur Electeur

    Dedans, assis toi bien; Dehors avec les chiens

    Signaler
  12. Brallaisse Brallaisse

    L’avantage évident du BLED, le vrai était d’apprendre à s’exprimer correctement en Français . Le BLED , ainsi permettait d’apprendre l’orthographe , la conjugaison et la grammaire et surtout, les bonnes tournures de phrases, et cela
    vous fait quelque peu défaut .
    Quitte à “vanner” , ce que j’accepte volontiers , “vannez” de façon amusante, inventive , originale ,ou bien surprenante. Ne reprenez pas de vieilles tournures usées , usitées et abusées , mais comprenez surtout le vrai sens des mots que vous employez.
    Alors , pour vous et votre nouvel ami Panta , je vous offre bien volontiers deux strophes de ce petit poème de B.CASADEUS qui devraient alimenter vos petits neurones , elles parlent de moi, Equus asinus:

    “Pour comble de l’horreur
    On a poussé l’erreur
    A les trouver stupides
    Fades et insipides.
    Mais tout est archi-faux
    Ils n’ont pas ces défauts,
    Ils sont doux et fidèles
    Et de vertu modèle.
    Bien plus intelligents
    Que bien souvent des gens
    Qui ne savent que braire
    Quand ils devraient se taire !”

    Voilà c’était le coup de pied de qui vous savez!

    PS : le BLED est à 12.90 euros sur FNAC.COM , un bon investissement BLed.

    Signaler
    • julijo julijo

      bravo pour cette reprise moderne d’Edmond Rostand…

      Ma contribution : L’âne est bien patient, mais à tirer sur sa queue, il y a une limite. (proverbe…africain ? chinois, peut être !)

      Signaler
  13. Regard Regard

    Dans son point presse le lendemain, Monsieur l’adjoint au maire Ohanessian disant avoir pris contract la veille avec les organisateurs !! Un effet de manche? Un mensonge? En t’ouït cas il pourrait donner ses infos à la police

    Signaler
  14. ALAIN B ALAIN B

    Un pays où il n’y a plus de cinéma, plus de théâtre, plus d’opéra, plus de piscine, plus le droit de sortir de chez soi le soir, plus le droit d’aller danser, plus le droit de se rencontrer avec des amis…….
    Et cela pendant un an, deux ans….
    Être surpris que les restaurateurs, les artistes, les responsables de club …. se révoltent n’a rien de surprenant et le contraire sera dangereux et voudrait dire que nous sommes en dictature
    Peut-être faudrait-il analyser le pourquoi et les avis seraient certainement différents mais au moins cela permettrait de réfléchir sachant que si je suis à risque ou non les réponses peuvent être différentes
    La fermeture de lits d’hôpitaux au nom de la rentabilité, le manque de médecins dans les petites communes, les inégalités qui explosent, la répressions des manifestations avant la pandémie, les violences policières qui ne sont pas sanctionnés ( la très grande majorité des policiers sont certainement pour une meilleure utilisation de la police)
    Alors surpris que des gens se révoltent, ne comprennent pas les décisions de ce gouvernement pour ne pas dire les mensonges (le manque de masques, de vaccins… ), ceux qui vont gagner beaucoup d’argent comme les grands groupes pharmaceutiques
    Il faut convaincre l’utilité des masques (il faudrait la gratuité) , de se faire vacciner, d’éviter les contacts mais en même temps que nous puissions voir nos anciens, avoir des activités, ouvrir les cinémas, théâtres, les musées…. en prenant toutes les précautions.
    Il y a déjà des fêtes (plus ou moins clandestines), des réunions…. et ce n’est pas répression qui résoudra tout cela
    Alors la peur et la répression ne servent qu’à cacher les erreurs commissent et la dictature arrive à petit pas

    Signaler
    • Pierre12 Pierre12

      On vous dit que c’est une histoire de semaines, que l’on atteindra l’immunité d’ici l’été, et vous n’êtes pas capables de patienter encore quelques semaines ?

      On ne vous interdit pas de sortir, juste de ne pas vous coller les uns aux autres et de porter un masque… c’est trop difficile ?

      Dessuite les grands mots, dictature.

      Si dans 3 semaines, on vous reconfine car les hôpitaux explosent, vous serez le premier à vous plaindre. L’objectif c’est de de ne pas devoir reconfiner, donc évitez les carnavals à 5.000 dans la rue, allez vous balader seuls ou avec un couple d’amis restreints, vous verrez c’est très loin de la dictature !!

      Signaler

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire