Carnaval de La Plaine -Marseille : le politico-médiatique s’offusque, le peuple s’extasie !

Billet de blog
par kukulkan
le 22 Mar 2021
9

Les articles et les commentaires de la sphère politico-médiatique ne manquent pas pour condamner les participants au carnaval indépendant de La Plaine, revenu en grande pompe le dimanche 21 mars 2021 après-midi, après une édition 2020 annulée.

Le monde était au rendez-vous puisque la préfecture a estimé à 6 500 les participants (l’affluence réelle étant donc probablement bien plus importante). Si peu de participants portaient effectivement de masque autre que celui destiné à se déguiser, le fait que l’évènement ait eu lieu en extérieur ne peut conduire à aucune certitude sur l’effet que ce rassemblement aura sur l’épidémie de COVID19 à Marseille, d’autant que la grande majorité des participants étaient jeunes, de moins de 30 ans ! Les médias et les politiciens ne devraient-ils pas plutôt appeler les participants à éviter les contacts avec des personnes plus âgées pour la semaine à venir, plutôt que de traiter d’irresponsable les carnavaliers à tout bout de champs ?

Un décryptage diffusé début mars sur LCI permet d’ailleurs de contextualiser l’effet de ces rassemblements populaires en extérieurs non masqués, et le verdict est clair, dans les rassemblements sur les quais et les canaux parisiens, ou encore lors de la fête de la musique 2020, aucune explosion des cas de covid n’a été constatée. Pourquoi donc vouloir attaquer ces fêtards ?

 

Comme le reportage réalisé par 20 minutes le montre bien, la fête était au rendez-vous et la joie de se retrouver après des mois de privation de liberté a permis des instants d’une rare puissance de communion. Il est intéressant de constater que dans la grande majorité les commentaires des citoyens remercient les carnavaliers pour les images de joie, de liberté et de résistante qu’ils ont permis de diffuser à la télévision et dans les médias. Loin d’un tollé général que ceux qui gouvernent voudraient mettre en avant ! Avec un bel exemple parmis d’autres les commentaires de cette vidéo youtube de France 24.

Le carnaval indépendant de La Plaine est un des plus grands carnavals populaires et revendicatifs de France, dans la tradition des carnavals festifs du moyen-âge, et cette 22ème édition en a fait le symbole de la résistance joyeuse au système liberticide, patriarcal et raciste représenté par le gouvernement de Macron. Quand plus du tiers des contaminations continuent de se produire en entreprise, que les moyens alloués aux services publics et à la santé continuent de baisser malgré les promesses des gouvernant, un carnaval populaire serait responsable de tous les maux des français ? Les carnavaliers n’ont pas hésité à brûler le char à l’effigie de Gérald Darmanin symbole du sexisme, de l’islamophobie et de la lutte contre la liberté.

 

Commentaires

L’abonnement au journal vous permet de rejoindre la communauté Marsactu : créez votre blog, commentez, échanger avec les autres lecteurs. Découvrez nos offres ou connectez-vous si vous êtes déjà abonné.

  1. Maltsec Maltsec

    Alors KUKULKAN bravo pour cet exemple d’auto-fellation. Il y a la sphère politico machin et puis il y a toi et tes amis qui produisez vos vidéo en boucle ou vous transformez la réalité selon vos œillère et vous auto-congratulez d’être ce que vous êtes: on est sympa parce qu’on rigole, tout le monde nous aime parce que c’est la teuf. Tu dessille tes yeux gonflés et tu vois quoi? des petits blancs qui jouent la comédie de l’affranchissement, des gamins qui ne connaissent pas le pris d’un espace public. Hier des copains à toi jetaient délibérément leurs ordures, canettes, graffitaient l’espace qu’ils venaient de conquérir. Ah oui pardon tu n’attends pas le carnaval pour ça. Mais tu es encore là pour accuser tout le monde de défaillance, tu juge les autres comme un jeune vieux-con, comme ce que tu déteste en fait…intéressant, conserve la même position tant qu’il y a du plaisir…

    Signaler
  2. Massilia fai avans Massilia fai avans

    Le plus navrant dans l’histoire est ce qui s’est passé rue d’Aubagne, sur le site dit de la dent creuse. Alors que depuis 2 ans et demi personne ne s’était permis de dégrader l’espace en mémoire des morts des immeubles effondrés pas même un tag, les-gens-super-sympa-qui-faisaient-juste-la-fête ont sali cet endroit emblématique de Noailles.

    Signaler
    • BLeD BLeD

      Les empégués qui ont pissé dans la dent creuse ne savaient visiblement rien du crime du 5 novembre 2018. Mais les vrais responsables des effondrements vous dérangent-ils moins, monsieur Fai avans ? La spéculation immobilière et le mépris social dont souffre cette ville, c’est un phénomène naturel, comme la pluie, selon vous ? Quand on se choisit un beau pseudonyme comme le vôtre, on devrait éviter l’amertume et se placer du côté de la chourmo, pas de ses gardes…

      Signaler
    • Massilia fai avans Massilia fai avans

      @bled: Je ne comprends pas le raisonnement que vous tenez, je n’excuse personnes. Et je ne choisis pas de camp, je ne fais que mettre en évidence des faits qui ne sont pas racontés dans l’article.

      Signaler
  3. patrick patrick

    …(l’affluence réelle étant donc probablement bien plus importante)…
    Pas d’accord avec vous, ce chiffre servant à mettre en avant l’inconscience des participants est certainement surestimé.

    Signaler
    • Pierre12 Pierre12

      6.500 ou 1000, et même 500, ça change quoi ?

      Signaler
    • patrick patrick

      D’après vous P12 ? vous êtes tellement caricatural que vous me donnez envie de me joindre au prochain carnaval (j’ai même une idée de déguisement). Mais je ne me joindrai pas aux casseurs et “salisseurs”.

      Signaler
    • Pierre12 Pierre12

      Mouai

      Signaler
  4. Maltsec Maltsec

    En « réa » à l’hôpital Nord de Marseille : « 50 morts dans la région chaque semaine, c’est énorme. Et ce ne sont pas tous des vieillards »
    Ici, comme dans tous les établissements des Hôpitaux universitaires de Marseille (AP-HM), on a très mal vécu le carnaval, qui, deux jours plus tôt, a réuni plusieurs milliers de personnes sur la Canebière. « Un crachat à la figure des soignants », grince Ornella. « Une sacrée claque », confirme Cédric Chapuis, 34 ans, dans le pôle depuis six mois. « Je comprends que les gens en aient marre, mais nous, on est épuisés », s’agace Cyril Castillo.

    Signaler

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire