La métropole va bien finir par payer pour faire tourner des Formule 1 au Castellet

Actualité
le 12 Juil 2017
17

Le grand-prix de Formule 1 du Castellet aura lieu le 24 juin prochain grâce à une forte participation des collectivités locales : près de 14 millions d'euros versés par la région, principale organisatrice de l'événement mais aussi par la métropole Aix-Marseille Provence.

Photo ERDA

Photo ERDA

Ce dossier a bien failli rester bloqué dans les paddocks. En mars dernier, la métropole devait voter le principe de sa participation financière de 2 millions d’euros au grand prix de Formule 1 du Castellet, situé près du territoire d’Aix-Marseille Métropole mais tout de même dans le Var. Comme Marsactu l’avait raconté, il s’agissait là d’une demande expresse du président Estrosi qui, grand amateur de sports mécaniques, souhaitait être l’artisan du retour de la Formule 1 en France – et plus particulièrement dans sa région – dès 2018.

La métropole, qui peine déjà à boucler son budget, avait trouvé l’addition bien trop corsée. Son président Jean-Claude Gaudin, avait qui plus est peu apprécié de se faire tirer ainsi par la manche au point de demander le retrait du rapport du conseil du 30 mars. Il a refait surface à l’ordre du jour de la séance du 13 juillet. Il a même été examiné par la commission des grands évènements. “Il y a eu un débat avec des remarques, des pour et des contre”, explique-t-on du côté de l’opposition. Le rapport était inscrit à l’ordre du jour jusqu’à ces derniers jours. Avant de disparaître avec la mention “retrait” en lieu et place. “Si le principe de la participation est acté, le tour de table n’est pas encore bouclé, explique-t-on à la métropole. Du coup, après le travail en commission, il a été décidé d’attendre l’issue du tour de table des partenaires avant de représenter le rapport, sans doute en septembre.” Selon le texte soumis au vote des conseillers métropolitains, ces derniers devaient approuver l’entrée de la métropole au groupement d’intérêt public constitué pour l’occasion et dont la région est actionnaire aujourd’hui à hauteur de 98 %, les 2% restant appartenant à la société Excelis, propriétaire du circuit.

Ce cercle devait s’élargir avec l’entrée du département du Var, des communautés d’agglomération de Toulon et du Sud Sainte-Baume, de la chambre régionale de commerce Marseille Provence, de celle du Var, et donc de la métropole, qui débarque en voisine. À la région, en juin, on se félicitait de voir poindre une issue positive en soulignant l’intervention du nouveau président. En effet, en arrivant à la tête de la collectivité, Renaud Muselier dit vouloir imprimer une nouvelle forme de négociation au département et à la Ville. “Longtemps, Jean-Claude Gaudin et Jean-Noël Guérini ont considéré la région comme un tiroir-caisse. Ils demandaient à Michel Vauzelle de co-financer leurs projets sans vraiment le consulter. Désormais cela va changer”, expliquait-il lors d’une conférence de presse, quelques jours après son élection.

Le département contribuera aussi

Il prenait même exemple de ce dossier du retour de la Formule 1 au Castellet. “J’ai commencé par discuter avec la présidente du conseil départemental, Martine Vassal qui a donné son accord de principe et, ensuite le président Gaudin qui a suivi”, expliquait-il alors. En effet, d’après l’entourage de Renaud Muselier, Jean-Claude Gaudin avait demandé explicitement à ne pas être le seul à payer en pointant notamment le département des Bouche-du-Rhône, mieux argenté et les collectivités varoises plus directement concernées. Toujours d’après l’entourage de Renaud Muselier, les 2 millions pressentis en mars devraient être distribués entre les collectivités, la métropole pour les trois-quarts et le département pour le reste. C’est cette clef de répartition qui fait toujours l’objet de tiraillement.

Sauf qu’à lire la délibération soumise au vote, la métropole est la seule des collectivités du cru à entrer au GIP présidé par Christian Estrosi. Elle y pèsera 10,99% contre 30,75% pour la région, 14,65% pour les collectivités varoises. En revanche, sa participation pour 2018 correspond bien au 1,5 million espéré par Renaud Muselier.

S’agissant de la participation de la métropole Aix Marseille Provence, celle-ci devrait être de 164 400 € en 2017 sur un montant total de 1 645 200€ et de 1 500 000 pour les trois années suivantes sur un montant annuel total de 13 600 000 €.

Quid donc du département ? D’après la région, il était censé délibérer en septembre sur sa participation. Mais, selon nos informations, il a plutôt choisi une autre forme de contribution, plus prudente. Les 500 000 euros prendraient la forme d’achats d’espaces publicitaires dans le cadre du Grand prix de France. Une manière de se tenir à distance de la gestion directe de l’événement et de remettre en jeu, chaque année, sa participation financière à la renaissance de la F1 sur le circuit varois.

Toujours du côté du département, on évoque dans cette nouvelle méthode vantée par Renaud Muselier un tiroir supplémentaire : cet engagement des collectivités locales devrait donner lieu à des contreparties. Il ne serait donc pas étonnant de voir la région participer prochainement à des actions du département ou de la métropole. Tiens, Renaud Muselier vient justement d’annoncer un “contrat de développement” avec la métropole à hauteur de 120 millions. “Madame Vassal ayant fait un plan de 100 millions d’euros pour Marseille, il observe qu’on parle tout le temps de l’aide qu’apporte le département à la ville”, notait Jean-Claude Gaudin la semaine dernière. Une façon de revenir dans le circuit.

Correction le mercredi 12 juillet, à 12 h 40 : contrairement à ce que nous écrivions dans un premier temps, la délibération actant le principe d’une participation de la métropole au grand prix du Castellet a été retiré de l’ordre du jour du conseil du 13 juillet.

Article en accès libre

Soutenez Marsactu en vous abonnant

OFFRE DÉCOUVERTE – 1€ LE PREMIER MOIS

Si vous avez déjà un compte, identifiez-vous.

Commentaires

L’abonnement au journal vous permet de rejoindre la communauté Marsactu : créez votre blog, commentez, échanger avec les autres lecteurs. Découvrez nos offres ou connectez-vous si vous êtes déjà abonné.

  1. barbapapa barbapapa

    Mes impôts pour polluer encore plus, filer beaucoup de fric aux gros beaufs de la Formule 1 domiciliés en Suisse et à Monaco et comme retombées des hordes de motards sur les routes de la Sainte Baume, des nuées d’hélicos dans le ciel de Provence et les hurlements des moteurs (qui pourraient aller aussi vite en étant silencieux, mais il est des espèces de gens qui jouissent en se faisant massacrer les tympans et en respirant du carburant brûlé…)

    Signaler
  2. Court-Jus Court-Jus

    Donc l’intérêt pour la métropole pour l’événement en lui-même est très secondaire, mais elle s’y colle pour avoir un retour d’ascenseur de la région. Des calculs d’épicier qui redonnent fois en la politique. Et ces gens sont tous du même parti politique !

    Signaler
    • one live one live

      L’intérêt pour la métropole d’un grand prix de f1 au castellet est au contraire très important. Transit aéroport de marignane, locations sur cuges, la ciotat, ceyreste et cassis, nuitées sur l’hotellerie marseillaise, etc…. Dites nous plutôt que vous n’aimez pas les courses de voitures, on comprendra. N’oublions pas les retombées des images tv dans le monde entier, qui génèreront des séjours dont certains s’effectueront à marseille.
      Dites nous plutôt que vous n’aimez pas le tourisme, on comprendra aussi.

      Signaler
    • barbapapa barbapapa

      C’est vrai qu’en regardant la F1 à la télé, on a tout de suite envie d’aller faire le touriste à Abu Dhabi, à Kuala Lumpur ou à Bakou – et que les milliers de nuitées supplémentaires à Cuges les pins et à Ceyreste compenseront largement les millions d’euros investis, sans compter la consommation supplémentaire de centaines de milliers de sandwiches merguez, et celle de barquettes de frites une fois, une vie

      Signaler
    • one live one live

      Dans le temps, il y en a plein qui vivaient comme vous, cro magnons on les appelaient, ne faisons rien, les touristes viennent tout seuls d’afrique ou d’ailleurs, ils dorment dans les formule 1 , c’est un choix ! qui n’est pas le nôtre.

      Signaler
    • Assedix Assedix

      C’est vrai qu’un Grand Prix automobile, c’est le top de la modernité… Vivement Marseille capitale de la musique pour qu’on puisse entendre Johnny Halliday au Vélodrome!

      Signaler
    • Court-Jus Court-Jus

      Ça n’a rien à voir avec mon intérêt perso pour la F1 (bien qu’il soit décroissant il existe). Il y aura bien quelques retombées touristiques, mais seulement sur un gros weekend par an, et diluées sur l’est de la métropole, le Var et même les Alpes maritimes. A ce prix là il faut plus que ça, notamment de la visibilité. Le deal trouvé par le département est plus intéressant à ce titre.

      Signaler
    • barbapapa barbapapa

      Au 3e millénaire, les cromagnon et les has been, ce sont bien les amateurs de “sports” dits mécaniques polluants et pétaradants.
      S’il existe des “retombées” outre celles des particules de pots d’échappement sur les terres agricoles des plaines de Signes et de Cuges, elles ne peuvent être que négatives, en associant la métropole à une activité rétrograde polluante, et à un spectacle dégradant, un pilote va-t-il frôler la mort ?

      Signaler
  3. LaPlaine _ LaPlaine _

    C’est merveilleux non? Et tout çà avec les sous du citoyen lambda, mais bon le citoyen est aussi l’électeur lambda qui majoritairement maintient ces individus au pouvoir, alors…

    Signaler
  4. Electeur du 8e Electeur du 8e

    En cas de pic de pollution le jour d’un Grand Prix de F1, la vitesse sur le circuit sera-t-elle limitée à 90 km/h ? Je demande, c’est pour la qualité de l’air qu’on respire…

    Signaler
  5. Regard Neutre Regard Neutre

    La Métropole Aix-Marseille participe à l’achat du foin pour faire tourner des chevaux dans le Var… Les décideurs marseillais des collectivités locales,— dont on connaît leur sens aigu de l’économie — se mettent à trois pour alourdir la dette publique. On continue dans la gabegie, ensablés jusqu’aux essieux, ils accélèrent à fond et klaxonnent en rigolant!

    Signaler
    • LaPlaine _ LaPlaine _

      Et Grogodin qui donnait des leçons au Sénat sur la “gabegie” socialiste…

      Signaler
  6. Manipulite Manipulite

    “Proprement” honteux. Le montage financier de cette affaire laisse perplexe. On a beau chercher l’intérêt pour la Métropole surendettée de financer ce caprice de potentats locaux. Ils sont incorrigibles. Les piscines et les transports pour le grand nombre attendront. La mule est bien chargée.
    Que fout le contrôle de légalité du préfet ?

    Signaler
  7. Oreo Oreo

    Il faut comprendre, nos élus n’ont pas encore abordé le XXIème siècle, ils sont restés au XXème qui fut celui de l’automobile reine. Le problème c’est que nous crevons de cet archaïsme. Selon le Fig Mag du 21/06/2016, la pollution : 48.000 morts par an en France, sans compter le réchauffement climatique. Il me semblait que pour la COP 21 les collectivités, toutes en chœur, s’étaient engagées à ne plus subventionner les énergies fossiles, j’ai du rêver.

    Signaler
    • LaPlaine _ LaPlaine _

      Nous avons ici une réserve de dinosaures politiques et quand je dis “réserve” c’est au sens premier du terme. Un territoire en retard sur tout, qui fonctionne comme il y a vingt ou trente ans suivant le régime des fiefs et du carriérisme à tout (Grand) prix. Partout ailleurs les régions et métropoles avancent et se structurent sur des projets communs sur le long terme. Ici on en est encore au “bling bling” événementiel au détriment des infrastructures élémentaires. La palme revenant bien sûr au territoire marseillais, complètement à contre-courant des attentes nouvelles et légitimes des populations. Pour combien de temps encore…

      Signaler
  8. neomars neomars

    Que le département des bouches du rhone et la métropole aix-marseille débourse autant pour un circuit situé dans le VAR me laisse perplexe. Il me semblait qu’on avait retiré la clause de compétence générale à toutes ces feuilles du mille-feuille territorial pour éviter ce genre de dilution des fonds publics qui ne profitent qu’à une toute petite minorité et se base sur des projections dignes d’un promoteur immobilier en faillite. A donner des ronds pour le tourisme, qu’il reste dans leur secteur: subventionnez OK coral pour attirer des touristes !!!

    Signaler

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire