La marina fantôme cachée derrière le hangar J1

Info Marsactu
le 16 Jan 2019
17

Dans un des films de promotion du projet porté par Vinci et la Caisse des dépôts autour du hangar J1 figure une vaste marina, implantée sur la digue du large. Une hypothèse portée par Vinci au départ du projet et rejetée par le Grand port maritime.

Capture d
Capture d'écran du film du groupement amené par Vinci.

Capture d'écran du film du groupement amené par Vinci.

Derrière le projet du hangar J1, il y a un loup voire, vu le contexte marin, un requin. La métaphore animale est de rigueur car le prédateur en question a davantage un caractère symbolique -le grand méchant- qu’opérationnel. Pour être plus précis, il s’agit d’une méchante marina, cachée derrière le projet vainqueur de l’appel à projets du grand port maritime pour le hangar J1, cet immense bâtiment en recherche d’une vocation depuis des années.

Présenté ce vendredi (lire notre article), le lauréat de cet appel à projets est un groupement mené par Vinci Construction et la Caisse des dépôts. Pour présenter le projet “passerelle” dessiné par le cabinet d’architectes Bernard Reichen et Philippe Robert, le Grand port maritime de Marseille (GPMM) diffuse un film en partie composé d’images de synthèse. On y découvre quelques yachts amarrés le long de l’ancien hangar maritime.

Le mirage d’une marina

Mais ce ne sont pas ces yachts là qui ont fait tiquer Bernard Genet, ancien cadre du port mais ceux que l’on peut voir sur un autre film. Celui-ci a été diffusé par plusieurs médias dont les Nouvelles publications ou encore La Provence lors de son émission quotidienne le 18:18. Dans ce film à la minute 0:22, la marina fantôme apparaît, rattachée à la digue du large. Elle réapparaît à plusieurs autres reprises, notamment à la toute fin du film. Ce n’est donc pas une erreur.

L’appel à projets du GPMM était limité dans son périmètre, explique Bernard Genet. Il prévoyait effectivement une possibilité d’accès à la digue du large pour les Marseillais. Un peu dans l’esprit de ce qui s’était fait lors de Marseille Provence 2013, pour l’exposition de sculptures. cela s’arrêtait là”. Pas question d’une quelconque occupation de la digue du Large pour d’autres activités que celles liées au port. Et encore moins une quelconque marina.

“Les nantis de la haute plaisance”

Le sujet est sensible. En 2003, la Ville de Marseille avait imaginé accueillir la coupe de l’America en transformant le J4 en véritable marina, faisant fi du musée qui s’y est implanté depuis. Cette question de la présence de navire de plaisance et en particulier des navires dits de hautes plaisance est revenue à la faveur de l’appel d’offres du J1, juste après l’année capitale culturelle. En 2014, le promoteur immobilier Éric Foillard a présenté une offre commune avec le spécialiste de la gestion des ports Marinov lors du premier appel à projets. Il a réitéré cette offre lors du lancement du second appel à projets mais sa candidature a été sèchement rejetée par le Grand port.

Lors de la conférence de presse de présentation du lauréat, le président du conseil de surveillance, Jean-Marc Forneri a redit son hostilité à un tel projet : “Nous avons voulu faire un lieu le plus accessible possible aux Marseillais, à tous les Marseillais, pauvres ou riches. Pas un projet uniquement réservé aux nantis de la haute plaisance”. 

Capture d’écran du film de Vinci sur le hangar J1. À droite de l’image, des yachts.

Une idée de Vinci

Il n’empêche. La présence des “nantis” était bien envisagée par le groupement lauréat, au point de leur concocter une vaste marina, sur la baie, à quelques mètres de la passe Sud des bassins Est. “C’était effectivement une proposition de Vinci. Cela correspondait à une hypothèse future qui était rattachée à la possibilité d’accéder à la digue, explique Richard Curnier, directeur régional de la Caisse des dépôts. Elle a été présentée lors de l’audience intermédiaire [de choix des quatre finalistes] mais immédiatement rejetée par le port au moment du dialogue compétitif. Cela n’a pas tenu deux secondes”.

Du côté de Vinci, l’affaire fait un peu tousser. “Il s’agit d’un film non définitif qui a été conçu au moment de la présentation de notre projet au Grand port”, explique-t-on. Cette marina n’était qu’une hypothèse qui ne figure en aucun cas dans le projet lauréat validé par le directoire du port”. La communication de la délégation Sud-Est de la multinationale explique qu’aucun des deux films rendus publics n’est le bon. “Nous sommes en train d’en préparer un troisième, plus neutre”, explique-t-on. Pour parvenir à cette qualité de neutralité, Vinci efface en fait les logos des partenaires. L’hôtel à “l’offre premium” qui fait bien partie du projet ne sera peut-être pas un hôtel Marriott comme les deux films l’indiquent.

Quid de la piscine ?

En l’occurrence, les porteurs actuels ne seront pas forcément les locataires futurs. “C’est un projet qui se construit en avançant, formule-t-on chez Vinci. Mais est-ce le cas de la future piscine présentée sur les mêmes images, ou bien disparaîtra-t-elle d’ici 2021, date des futurs travaux ? “C’est une intention architecturale, un projet immobilier, une vision qui a été choisie”, reprend encore Vinci, sans s’étendre sur la piscine.

“Ah non. La piscine fait bien partie du projet, se défend Richard Curnier. Nous en avons discuté longuement mais elle fait pleinement partie de ce qu’on appelle Marseille-les-bains. Maintenant à savoir si ça sera de l’eau de mer, s’il y a des question de sécurité. Ce sont encore des points à régler”. De quoi alimenter les discussions avec le propriétaire portuaire d’ici la signature du contrat d’occupation temporaire dans les mois à venir.

Cet article vous est offert par Marsactu

À vous de nous aider !

Vous seul garantissez notre indépendance

JE FAIS UN DON

Si vous avez déjà un compte, identifiez-vous.

Commentaires

L’abonnement au journal vous permet de rejoindre la communauté Marsactu : créez votre blog, commentez, échanger avec les autres lecteurs. Découvrez nos offres ou connectez-vous si vous êtes déjà abonné.

  1. Alceste. Alceste.

    Cela sent le coup fourré à plein nez. Un beau matin le GPMM va découvrir une marina “à l’insu de son plein gré” et fera comme CARADEC à la mairie, une régularisation des permis de construire.
    C’est la politique du suppositoire
    Ah! Marseille, Oh! Bonne Mère.

    Signaler
  2. Tarama Tarama

    On prend le pari que les bassins de la Joliette finiront en marina pour yachts ?

    Pour la piscine, il faut se souvenir que les terrasses du port devaient recevoir un stade de beach-volley/soccer avec plusieurs centaines de places sur son toit…

    Signaler
  3. armando armando

    pour qu’il y ait des yachts à l’extérieur de la digue du large, comme sur l’image, il faudrait construire …… une autre digue plus au large !
    le projet existe dans un plan de 1930, il ressort régulièrement, pour le réaliser, il suffirait de trouver un financement de quelques centaines de millions d’Euros.
    À votre bon cœur !

    Signaler
  4. Alceste. Alceste.

    Ou bien réaffecter des quais existants , tout simplement.

    Signaler
    • Tarama Tarama

      Ils en parlent depuis des années (et ça fait consensus dans la classe politique marseillaise), je suis certain que c’est ce qui se produira.

      Signaler
  5. Marc Barbault Marc Barbault

    Qu’est-ce que Vinci n’a pas sur Marseille ? Construction, parking, voirie, gestion de la circulation, l’eau… En fait ce sont les rois de la ville.

    Signaler
    • N SV N SV

      Ah non les parkings c’est fini, Indigo est indépendant désormais et Q-Park est aussi bien (mieux ?) implanté…

      Signaler
  6. Magnaval Magnaval

    Donc marina “proposée” et rejetée, pas de quoi en faire une polémique.
    Et quand bien même ? Où serait le problème, à part déplaire aux anarcho-nihilistes qui se croient les seuls propriétaires de l’esprit de cette ville ?

    Signaler
    • Assedix Assedix

      Ou alors, en prenant les choses sous un autre angle : une proposition de marina rejetée, mais maintenue et omniprésente dans le film de présentation de Vinci. Plus un service de conciergerie pour la haute plaisance bien caché dans de projet ( cf l’article précédent sur le sujet: https://marsactu.fr/en-confiant-le-hangar-j1-a-vinci-le-port-met-un-pied-dans-lere-du-jeu/).
      Qui pourrait ne pas flairer la magouille, à part les anarcho-véreux qui se croient les seuls propriétaires de l’esprit de cette ville ?

      Signaler
    • petitvelo petitvelo

      La moyenne annuelle de sortie d’un navire de plaisance est toujours de 2 jours / an ? Au lieu de multiplier les parkings à bateaux on pourrait faciliter la location , optimiser la ressource … à moins que ce ne soit trop anarcho-nihiliste de priver quelques uns des moyens de dépenser la “richesse” dont ils ne trouvent plus l’utilité :o))

      Signaler
  7. frederic frederic

    Il aurait été plus judicieux de trouver un titre plus approprié. Le vôtre (mais c’est un travers de la presse en général pour faire le buzz) induit (volontairement ?) le lecteur à comprendre qu’on nous cache des choses, qu’il y a un loup comme vous le dites si bien. Bref, de quoi alimenter la paranoïa des complotistes de tous poils.
    Votre enquête est pourtant claire et sérieuse : ce projet de marina n’a PAS ETE RETENU.
    N’eut-il pas été plus judicieux de titrer : ” le projet de marina écarté par le Grand port de Marseille ?”
    Cordialement

    Signaler
    • Tarama Tarama

      Cordialement non.
      Puisqu’il est tellement écarté qu’il apparait dans tous les documents promotionnels.

      Signaler
  8. christian Nochumson christian Nochumson

    J’ai pourtant lu cette déclaration du Président de GPMM ( perdu les sources) avant la publication du résultat de l’appel d’offre:” « “Pas question que l’on fasse Miami sur Méditerranée. Un groupement qui avance l’idée d’utiliser les bords à quais et la digue du large bénéficiera par exemple d’à priori positif. Un projet qui permettrait à un plaisancier amarrant son yacht d’aller admirer des sculptures sur la digue, avant de faire du shopping puis de réaliser une visite touristique et culturelle des lieux tandis que son bateau serait entretenu par les équipes portuaires a par exemple toute cohérence”, Jean-Marc Forneri Président du Conseil de Surveillance de GPMM. Toujours cohérent ce Monsieur?

    Signaler
  9. PromeneurIndigné PromeneurIndigné

    Eau de mer ou pas, la piscine ,implantée sur le domaine publique maritime ,devra être ouverte à tous le public marseillais !

    Signaler
  10. Sos corruption 13 Sos corruption 13

    Même tactique de partout, les plans à tiroir. Les responsables de ces entreprises ont des visions à 30/40 ans……

    Signaler
  11. APB APB

    Quelqu’un a des nouvelles de ce projet ?

    Signaler

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire