En confiant le hangar J1 à Vinci, le port met un pied dans l’ère du jeu

Actualité
le 12 Jan 2019
20

Le grand port présentait le projet lauréat pour l'aménagement de l'ancien hangar J1 à la Joliette. Porté par Vinci, le nouveau destin du lieu portuaire se veut plus ludique que maritime. Même s'il offre enfin un accès à la mer depuis la Joliette.

Une vue d'architecte du cabinet Reichen & Robert du projet porté par Adim, Vinci, la caisse des dépôts et

Une vue d'architecte du cabinet Reichen & Robert du projet porté par Adim, Vinci, la caisse des dépôts et

Christine Cabau-Woehrel fait non de la tête. La présidente du directoire du Grand port maritime de Marseille présente son bilan 2018 et la nouvelle vocation du J1, ancien hangar maritime dont le destin doit passer d’ici quelques mois et pour 70 ans entre les mains d’un groupement mené par Vinci. Celui-ci devrait ouvrir en 2023 au prix d’un investissement de 100 millions d’euros.

Quant à sa vocation nouvelle, non, le hangar industriel au passé ouvrier ne sera pas un lieu ludique. Elle fait non mais ne dira pas un mot. Dans un jeu de duettiste habituel entre la patronne du port et le président du conseil de surveillance, Jean-Marc Forneri, c’est ce dernier qui a le micro en main, distribue la parole et les bons mots.

« Ludique ? Oui et non, dit-il. Nous avons voulu faire un lieu le plus accessible possible aux Marseillais, à tous les Marseillais, pauvres ou riches. Pas un projet uniquement réservé aux nantis de la haute plaisance. Et puis la game life agora, permettra d’accueillir des formations à la 3D par exemple ». L’honneur est donc sauf. Il n’y aura donc pas que du « fun, arty » clinquant. Le lieu prévoit ainsi un « lab » du port dédié aux activités tertiaires pour une surface globale de 10 800 dont « 2000 en espace de travail partagé », complète Renaud Paubelle, directeur de l’aménagement du port. En grattant bien, on trouve également une conciergerie maritime « dédiée propriétaires du nautisme et à la grande plaisance ». Mais la dimension maritime s’arrête là.

Vecteur d’attractivité

Le reste est plus raccord au « nouveau vecteur d’attractivité » que le Grand port met en avant. Il y aura donc au chapitre « fun et arty » un espace évènementiel dédié à accueillir « débats, spectacles numériques, des compétitions de jeux vidéos… » « Mais attention, cela sera du très haut niveau », prévient Forneri. Le petit film de présentation concocté par Vinci laisse apercevoir des murs d’escalade, une piscine à fleur de bassin, alimentée à l’eau de mer « retraitée », souffle l’aménageur Renaud Paubelle.

Il y aura également un espace curieusement dénommé « Marseille-les-Bains » qui combine espace de remise en forme, spa, « aquaplayground », « espace de loisir aquatique indoor pour les petits et les grands (…) « un parcours ninja » (sic)… « Ils ont également mis des escales culinaires, note Jean-Michel Forneri. Alors quand ce ne sont pas des anglicismes, c’est la novlangue. Ce sont des restaurants avec la plus belle vue sur Marseille, les bassins et la baie ». Un hôtel Marriott « offre premium » est également prévu dans ce projet. Le tout est accompagné d’une vaste zone de promenade qui permet à la fois de longer les quais et de traverser le bâtiment « jusqu’au pignon ».

« Parti-pris architectural simple »

« Nous avons choisi le projet Passerelle parce qu’il propose un parti-pris architectural simple qui respecte les espaces et permet un accès le plus large possible tout en offrant des transparence à la fois sur le bâtiment et les perspectives paysagères, formule Jean-Marc Forneri. Il offre un programme pluriel et équilibré« . Point de geste architectural qui fera signature. Le cabinet Reichen et Robert qui a signé la Halle de la Villette à Paris ou les allées provençales à Aix, est resté sagement dans le volume du hangar construit avec la maison Eiffel voici près d’un siècle. Les membres du directoire ne diront rien des trois projets recalés ni des quatre qui n’ont pas passé le barrage de la sélection.

Parmi les quatre critères du jury consultatif composé de représentants des collectivités locales la vocation maritime ne figure pas. Jean-Marc Forneri en fait la liste : « la création de valeur, la validité technique et financière, la qualité du projet, son équilibre en terme de programmation, de rayonnement, d’ambition ». Plus tard, il souligne que l’ordre des critères est hiérarchisé : « la création de valeur était donc un critère décisif », insiste-t-il.

Le terme sibyllin définit plus clairement le loyer qui sera versé par le groupement tout au long des 70 ans du contrat d’occupation temporaire (COT). Le président du conseil de surveillance ne veut rien en dire tant que le fameux « COT » n’est pas signé. Même s’il promet « la transparence » que doit un établissement public, pas sûr que la presse ait le montant dudit loyer, fin mars une fois le contrat signé. Le centre commercial des Terrasses du port qui s’est installé avec le même type de montage il y a quelques années paie également une redevance dont le montant n’a jamais été dévoilé.

Le projet Carta repêché

Jean-Marc Forneri n’explique pas plus ce qui a présidé au choix du jury, suivi ensuite par le directoire portuaire. « Les deux séances, dont la dernière a duré six heures, se sont très bien passées », assure Gérard Gazay qui y représentait le département. Deux séances en décembre dont il explique difficilement le bégaiement. « Il y avait trois candidats dans la première et quatre dans la seconde », note-t-il sans s’appesantir. D’autres membres du jury se font plus diserts.

Selon un proche de Renaud Muselier, lui-même membre du jury, un dossier aurait été miraculeusement repêché. Celui du groupe lyonnais DCB, qui comportait notamment un aquarium dessiné par Jacques Rougerie, aidé au compas et à l’équerre par le très marseillais Roland Carta. Un architecte qui a la réputation bien établie de bénéficier d’un soutien constant de la Ville de Marseille.

Le président de région, Renaud Muselier, qui a suivi de très près tout le processus y est allé carrément face à la presse ce vendredi. « J’ai assisté à toutes les réunions de préparation. Et heureusement que je l’ai fait car au moins on a parfaitement respecté les règles et on n’a pas eu la tentation de faire rentrer un certain nombre de candidats qui n’avaient plus leur place ».

La représentante de la mairie, Dominique Vlasto n’a que des mots d’amour pour le projet. Pourtant, le devenir de cet équipement, ouvert sur la ville depuis la capitale culturelle en 2013, est un sujet de discorde entre la mairie et le port depuis cette date. Clairement, la municipalité n’a pas réussi à y faire valoir ses vues qui ont varié du casino à l’aquarium géant. Mais en ce jour de présentation qui coïncide avec la fin du mandat de Christine Cabau-Woehrel, cette dernière ne veut pas entendre parler d’affrontement « frontal ». « Pourquoi vous me parlez toujours de frontal ? Je n’ai de relation frontale avec personne », martèle-t-elle.

La lune de fiel avec Euromed

Même pas avec Euroméditerranée dont la présidente LR, Laure-Agnès Caradec regrettait de ne pas avoir été informé du projet d’immeubles de bureaux initié par le port à Arenc. « Euroméditerranée était informé de ce projet », tacle la présidente du port. Elle promet d’ailleurs pour bientôt la présentation de l’étude conjointe mené avec l’établissement public et portant sur « la grande Joliette ».

« Il est normal qu’en ayant fini le J1 vous nous posiez la question de la suite, explique-t-elle. Effectivement, cette étude portera sur ce qu’on fait de l’espace situé entre le J1 et le J4 et comment on y permet de nouveaux usages ». Un avenir – forcément radieux – s’ouvre donc sur ces espaces où la charte Ville/port promettait de la « porosité » permettant aux Marseillais de baguenauder sur les quais. Un journaliste acide note tout de même l’absence de représentants d’Euroméditerranée « alors qu’ils étaient là au lancement de l’appel à projets ». « Vous pouvez le noter », conclut la présidente.

Article en accès libre

Soutenez Marsactu en vous abonnant

OFFRE DÉCOUVERTE – 1€ LE PREMIER MOIS

Si vous avez déjà un compte, identifiez-vous.

Commentaires

L’abonnement au journal vous permet de rejoindre la communauté Marsactu : créez votre blog, commentez, échanger avec les autres lecteurs. Découvrez nos offres ou connectez-vous si vous êtes déjà abonné.

  1. David David

    et ainsi Marseille devînt le bronze-cul de l’europe…

    Et pendant ce temps-là, dans 40 000 logements indignes que la mairie ne voulait surtout pas voir, 100 000 gueux passaient le temps…

    Signaler
  2. JMD JMD

    Très intéressant sur les rapports de force entre collectivités et institutions. Comme d’habitude ça tire dans tous les sens.
    Attention à la fote d’orthographe de la dernière phrase 😊

    Signaler
  3. Un électeur du 9 ème Un électeur du 9 ème

    En clair, ils ne savait absolument pas quoi faire de ce hangar J1 sauf chercher à « créer de la valeur » (c’est à dire pour eux de l’argent alors qu’en fait la valeur est loin de se réduire à de l’argent).

    En l’absence de tout projet ambitieux public ou privé répondant aux besoin réel de la population ils ne créeront en fait rien du tout. Cf. le lamentable échec de l’avenue de la République ou celui des Docks.

    Signaler
  4. Brallaisse Brallaisse

    Tout cela pour ça Au moins le » Mistral « aura sa place dans ce lieu où nos têtes pensantes fabriquent du vent comme d’ habitude . J’ai adoré la  » game life agora », le « lab », « le fun et arty », « le pluriel équilibré ». Faut arrêter le « Fly » les enfants.
    Nous avons au moins évité la nouvelle blanchisserie industrielle au J1, en l’occurrence le casino , où nos petits et gros entrepreneurs de la filière de la drogue marseillaise seraient venus blanchir leur sale trafic.
    C’était encore une idée de génie de ce qui nous sert de maire.
    Et puis de plus en plus ce fort, ce concept marseillais à 100 % : la « transparence non dévoilée »!. Encore une ou deux comme cela et nous seront en plein délire conceptuel .D’ailleurs je me demande si FORNERI n’a pas paraphrasé St PAUL s’adressant aux Corinthiens « la transparence   demeurée cachée, celle que, dès avant les siècles, Dieu a par avance destinée pour notre gloire.   » »(I Cor, 2, 7).
    Ah ! , ça c’est Marseille ,Oh! Bonne Mère .

    Signaler
  5. juH juH

    Encore un lieu auquel on n’aura pas accès sans payer.
    Ca devient fatigant à la longue de passer sa vie à consommer… Les endroits où passer du temps pour se divertir ou se cultiver sans débourser de l’argent sont de plus en plus rares. Heureusement il nous reste les calanques… mais pour combien de temps ?

    Signaler
    • petitvelo petitvelo

      enfin, faut pas vouloir se garer à sormiou …

      Signaler
  6. LN LN

    Quand on connait le lieu et qu’on voit les pans entiers de murs et de toits vitrés on sent le plan bien écolo et économe en énergie. Fournaise l’été et glacière l’hiver, je ne parle même pas du Mistral vu la belle expo nord-ouest. Va y avoir de la conso électrique !
    Mais faisons leur confiance, zont dû y penser…..

    Signaler
    • DP DP

      A l’ecologie ca commene a bien faire ! NS

      Signaler
    • petitvelo petitvelo

      @DP
      C’est vrai ils sont fatigants à vouloir sauver l’espace vital de l’homme, ces écolos !

      Signaler
  7. Un électeur du 9 ème Un électeur du 9 ème

    J’ajoute qua dans la mesure où ces bâtiments n’ont plus d’activité portuaire (sauf deux bateaux pour faire joli sur le dessin) je me demande bien pourquoi il relève d’une autorité « port autonome ». Autant nationaliser pour des projets utiles à la population et à la région puisque la ville en serait incapable (sauf a se relancer dans l’éternel et ruineux partenariat public / privé) !

    Signaler
  8. Tarama Tarama

    Vous avez aimé le J1 depuis 2013, bâtiment spectaculaire à la beauté brute, cathédrale aérienne de métal et de verre, âme du port de Marseille où résonnait encore la présence de tous ceux qui y ont transité, sa magnifique expo Le Corbusier, son voyage à travers l’âme et les regards des migrants en mirroir avec Ellis Island, du photographe JR ?

    Et bien c’est fini.

    Le port et la Ville ont choisi, évidemment, un énième ersatz de ce qu’ils proposent depuis des années avec plein de mots en « ing » (« coworking », « shopping », « lounge », etc.), mauvais mélange bling-bling de Terrasses du Port, des Docks et des Voûtes de la major.

    Ces gens sont prévisibles, et désespérants.

    Signaler
  9. Tarama Tarama

    C’est également la fin du trafic portuaire. Les indésirables arabes seront donc relégués dans le nord du port, dans des quartiers qui leur correspondent mieux, selon nos élites. Et bienvenue à la marina de « super yachts à la Joliette.

    Toutes ces voitures, parfois trop chargées, ça faisait tâche au milieu de la « skyline » bétonnée d’Euroméditerranée, de ses bars et « rooftops » à kékés, et ses boutiques (vides) à bourgeoises de Périer.

    Signaler
    • LN LN

      Les bourgeoises de Périer, de saint Giniez (plus connues sous l’appellation marseillaise de « jambon ») ne viennent pas aux Terrasses, surtout depuis qu’elles ont, a quelques encablures, le Prado. Mais, je ne doute pas qu’elles viendront gouter aux joies de la Passerelle puisqu’il y est question de « grande plaisance”, de “fun et arty” de très haut niveau….
      Tout ce qui manquait dans le secteur.
      Ceci étant le « jambon » pur jus a du mal à se déplacer au delà de Castellane et là, si on avait pu faire la même chose côté David ou Malmousque c’eut été tellement mieux !
      Je crains que cela ne soit une fois de plus, un énième grand « truc » qui va faire flop.
      Blase totale.

      Signaler
  10. Electeur du 8e Electeur du 8e

    Quelqu’un a compris, après avoir lu l’article, ce qu’il y aura dans ce bâtiment ? Pas moi…

    Signaler
    • Tarama Tarama

      Que du clinquant en tout cas, et complètement vide de sens.

      Signaler
  11. Pelren Pelren

    Je trouve tous ces commentaires extrêmement négatifs. Quand sortira-t-on, enfin, d’une opposition frontale à tout ce qui se fait ?
    Et je trouve en outre que cet article est relativement clair sur le sujet, en son état actuel d’avancement ! (merci à Benoît Gilles pour cet article et tous ceux qu’il publie dans Marsactu)
    A toutes fins utiles, j’ajoute que j’ai toujours eu une position très critique, pour ne pas dire plus, à tout ce qu’a fait Gaudin depuis qu’il est maire de Marseille… et que je me réjouis qu’apparaisse enfin sur le devant de la scène son inaction politique, en particulier en matière d’urbanisme et en matière de défense des intérêts de la population marseillaise.
    Je déplore simplement qu’il ait fallu 8 morts pour en arriver là !

    Signaler
    • Tarama Tarama

      Quand ils feront quelque chose de bien peut-être ? (On attend toujours).

      Signaler
  12. Brallaisse Brallaisse

    Cher Peiren , il ne s’agit pas d’une opposition frontale et négative systématique. Il s’agit simplement de constatations qui résultent de l’expérience depuis des décennies de cette gestion non pas ubuesque mais gaudinesque de cette ville.
    Et en la matière ,il est donc plus que naturel de se demander vers quelle « cagade » supplémentaire et couteuse va encore aboutir ce projet J1.

    Signaler
  13. van cuyck - A2MS van cuyck - A2MS

    Personnellement, je regrettes de manquer l’occasion de créer un ouvrage touristique utile à tous qui est un aquarium.
    Marseille accueille une des première station marine de l’histoire (maintenant appelé observatoire de l’univers OSU) Dans une ville où il se trouve un laboratoire d’océanographie de plus de cent personnes, un industrie aquacole, une industrie majeure sur les travaux offshore (COMEX), un parc régional marin, …. il n’y a pas de lieu où présenter la connaissance du milieu marin au grand public.
    Pas grave il y a Montpellier Monaco à 200km, ou Gène ou le Cannet en Roussillon un peu plus loin.

    Dommage. Occasion manquée. C’est plus facile et plus profitable de faire des bureaux high tech.

    Signaler
  14. leravidemilo leravidemilo

    Et le gagnant est : … Heu .. VINCI ! Ouah quel scoop, quelle surprise, et quelle imagination débridée de notre nullicipalité et de ses comparses associés!
    Et puis, mon rêve s’écroule. J’avais espéré et demandé ici, dans tous mes posts sur ce sujet, un vrai un grand un beau aquarium. On y aurait mis tous les grands requins : Vinci, en premier bien sur, Véolia, Bouygues, constructa Sodexo Kaufman… on aurait pu plus tard, une fois la nullicipalité virée, les affamer, dans le secret espoir qu’ils s’entredévorent….
    En plus, comme je l’avais souligné, ça n’aurait pas coûté bien cher, juste le prix de l’aquarium; Les requins, ils étaient là depuis le début de cette histoire de J1, tapis dans l’ombre, tournant autour de la gamelle, à portée de main, gratis!

    Signaler

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire