La mairie « privatise » une partie du chemin qui mène à la plage de Corbières

Actualité
le 7 Août 2019
24

Une grande barrière sépare désormais le Fortin de Corbières du chemin d'accès à la plage voisine. Une pétition lancée il y a quelques jours et le comité d'intérêt de quartier estiment qu'ils ne profitent qu'au locataire de la bâtisse, l'ex footballeur Jean-Christophe Marquet. Lequel affirme avoir payé lui-même cette clôture installée sur l'espace public. 

L'accès à la plage de Corbières a été diminué de moitié par les nouveaux aménagements.

L'accès à la plage de Corbières a été diminué de moitié par les nouveaux aménagements.

« C’est scandaleux qu’ils aient installé ça, en plus c’est pas un petit portique, quoi ! », s’agace un passant. « Je viens ici tous les jours, avant on avait l’habitude de se poser en bas », raconte un autre. Ce lundi 5 août, plusieurs badauds s’indignent devant l’accès de la plage du 16e arrondissement. La raison ? De grandes barrières installées à l’entrée du Fortin de Corbières qui réduisent l’accès à l’un des chemins publics menant à la plage. Plus de la moitié de la largeur du chemin est amputée par les grilles qui bloquent du même coup l’accès aux voitures des baigneurs qui avaient l’habitude de se garer en contrebas.

Le nouvel aménagement provoque l’ire d’une partie des usagers de la plage. Une pétition en ligne vient d’être lancée par Fathi Bouaroua, habitant du 16e arrondissement et par ailleurs co-président d’Emmaüs Pointe-Rouge, pour enlever ce qu’il appelle « les grilles de la honte ». Elle cumulait mardi soir près de 600 signatures. « On a amputé l’espace public », s’agace-t-il. « Les accès au parking et à la plage ne sont en aucune manière privatisés », rétorque l’adjoint au maire chargé du patrimoine municipal Robert Assante. Une autre possibilité de se garer existe en effet plus en amont de la plage mais il est clair que l’espace public a été réduit.

« Une privatisation pour quelques notables de la ville »

La présidente du CIQ du 16e, Marie-Blanche Chamoulaud qui s’est saisie de ce dossier depuis plusieurs mois est sur la même ligne que Fathi Bouaroua.« C’est tout le temps deux poids, deux mesures. C’est inacceptable que sur un terrain public, il y ait une privatisation pour quelques notables de la ville ».

Marie-Blanche Chamoulaud vise le Fortin de Corbières et ses quelques 700 mètres carrés bâtis sur 6600 mètres carrés de terrain qui accueillait jusqu’en 2015 le musée Monticelli. Depuis 2017 la bâtisse est entre les mains de Jean-Christophe Marquet, ancien footballeur professionnel reconverti aujourd’hui dans l’événementiel et fondateur du Club des masters qui réunit les décideurs locaux autour d’événements conviviaux. Il organise au Fortin de nombreuses fêtes, y voyant « une maison secondaire pour les membres du club », comme il le racontait à Provence Azur TV le 24 juillet 2017.

L’entrée du Fortin de Corbières protégée par les nouvelles barrières.

« Les gens qui passent par le chemin se sentaient en insécurité »

Les habitants des quartiers Nord sont nombreux à emprunter l’accès menant à la plage. Ceux qui avaient l’habitude de s’installer en amont du chemin perturbaient la vie du Fortin, estime Jean-Christophe Marquet. « Pendant deux ans, il était impossible de travailler, nous explique-t-il. Les gens qui passaient par le chemin se sentaient en insécurité ». La faute selon lui au « trafic de drogue et à la prostitution » qui s’y exerceraient.

Robert Assante, indique que la Ville a accueilli favorablement à une demande faite par la société de Jean-Christophe Marquet d’installation d’un portail. Il partage le constat du locataire du Fortin sur l’insécurité de l’endroit. À ses yeux, ces portiques sont nécessaires pour « sécuriser l’accès véhicule au Fortin de Corbières ».

Fathi Bouaroua, l’auteur de la pétition, réfute l’argumentation de la Ville et de son locataire. « La question de la sécurité ne peut pas se poser que quand il s’agit de sécuriser les riches, elle doit sécuriser tout le monde. En tant qu’habitant des quartiers Nord, je me sens spolié. La violence symbolique de cette barrière est énorme » explose-t-il.

Des travaux sur l’espace public payés par Marquet

Autre élément étonnant : Jean-Christophe Marquet affirme avoir, avec son voisin bénéficiant également du portail, financé lui-même les travaux réalisés sur le domaine public municipal. Facture revendiquée ? « 70 000 euros ». La mairie aurait donc laissé faire Jean-Christophe Marquet. Une information que Robert Assante n’a pas été en mesure de confirmer. L’élu affirme en réponse qu’il se rendra « dans la semaine et accompagné des services compétents pour juger du discours des uns et des autres ».

Il semblerait que la Ville se soit montrée une nouvelle fois très conciliante avec Jean-Christophe Marquet, dont les liens avec Jean-Claude Gaudin sont connus. L’amitié entre les deux hommes remonte à l’époque où le maire présidait l’OM et où Marquet y jouait. En juin 2017 (lire notre article), la société d’événementiel de ce dernier « JCM corporate Events » a pu s’installer dans le Fortin pour un loyer modique, 2500 euros mensuels, soit 4 euros le mètre carré.

---

Article en accès libre

Cet article vous est offert par Marsactu

Soutenez Marsactu en vous abonnant

DÉCOUVREZ MARSACTU

Si vous avez déjà un compte, identifiez-vous.

Commentaires

Vous devez être vous-même abonné pour écrire un commentaire sur un article réservé aux abonnés.

Ajouter un commentaire

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire