La mairie « privatise » une partie du chemin qui mène à la plage de Corbières

Actualité
le 7 Août 2019
24

Une grande barrière sépare désormais le Fortin de Corbières du chemin d'accès à la plage voisine. Une pétition lancée il y a quelques jours et le comité d'intérêt de quartier estiment qu'ils ne profitent qu'au locataire de la bâtisse, l'ex footballeur Jean-Christophe Marquet. Lequel affirme avoir payé lui-même cette clôture installée sur l'espace public.  

L'accès à la plage de Corbières a été diminué de moitié par les nouveaux aménagements.

L'accès à la plage de Corbières a été diminué de moitié par les nouveaux aménagements.

« C’est scandaleux qu’ils aient installé ça, en plus c’est pas un petit portique, quoi ! », s’agace un passant. « Je viens ici tous les jours, avant on avait l’habitude de se poser en bas », raconte un autre. Ce lundi 5 août, plusieurs badauds s’indignent devant l’accès de la plage du 16e arrondissement. La raison ? De grandes barrières installées à l’entrée du Fortin de Corbières qui réduisent l’accès à l’un des chemins publics menant à la plage. Plus de la moitié de la largeur du chemin est amputée par les grilles qui bloquent du même coup l’accès aux voitures des baigneurs qui avaient l’habitude de se garer en contrebas.

Le nouvel aménagement provoque l’ire d’une partie des usagers de la plage. Une pétition en ligne vient d’être lancée par Fathi Bouaroua, habitant du 16e arrondissement et par ailleurs co-président d’Emmaüs Pointe-Rouge, pour enlever ce qu’il appelle « les grilles de la honte ». Elle cumulait mardi soir près de 600 signatures. « On a amputé l’espace public », s’agace-t-il. « Les accès au parking et à la plage ne sont en aucune manière privatisés », rétorque l’adjoint au maire chargé du patrimoine municipal Robert Assante. Une autre possibilité de se garer existe en effet plus en amont de la plage mais il est clair que l’espace public a été réduit.

« Une privatisation pour quelques notables de la ville »

La présidente du CIQ du 16e, Marie-Blanche Chamoulaud qui s’est saisie de ce dossier depuis plusieurs mois est sur la même ligne que Fathi Bouaroua.« C’est tout le temps deux poids, deux mesures. C’est inacceptable que sur un terrain public, il y ait une privatisation pour quelques notables de la ville ».

Marie-Blanche Chamoulaud vise le Fortin de Corbières et ses quelques 700 mètres carrés bâtis sur 6600 mètres carrés de terrain qui accueillait jusqu’en 2015 le musée Monticelli. Depuis 2017 la bâtisse est entre les mains de Jean-Christophe Marquet, ancien footballeur professionnel reconverti aujourd’hui dans l’événementiel et fondateur du Club des masters qui réunit les décideurs locaux autour d’événements conviviaux. Il organise au Fortin de nombreuses fêtes, y voyant « une maison secondaire pour les membres du club », comme il le racontait à Provence Azur TV le 24 juillet 2017.

L’entrée du Fortin de Corbières protégée par les nouvelles barrières.

« Les gens qui passent par le chemin se sentaient en insécurité »

Les habitants des quartiers Nord sont nombreux à emprunter l’accès menant à la plage. Ceux qui avaient l’habitude de s’installer en amont du chemin perturbaient la vie du Fortin, estime Jean-Christophe Marquet. « Pendant deux ans, il était impossible de travailler, nous explique-t-il. Les gens qui passaient par le chemin se sentaient en insécurité ». La faute selon lui au « trafic de drogue et à la prostitution » qui s’y exerceraient.

Robert Assante, indique que la Ville a accueilli favorablement à une demande faite par la société de Jean-Christophe Marquet d’installation d’un portail. Il partage le constat du locataire du Fortin sur l’insécurité de l’endroit. À ses yeux, ces portiques sont nécessaires pour « sécuriser l’accès véhicule au Fortin de Corbières ».

Fathi Bouaroua, l’auteur de la pétition, réfute l’argumentation de la Ville et de son locataire. « La question de la sécurité ne peut pas se poser que quand il s’agit de sécuriser les riches, elle doit sécuriser tout le monde. En tant qu’habitant des quartiers Nord, je me sens spolié. La violence symbolique de cette barrière est énorme » explose-t-il.

Des travaux sur l’espace public payés par Marquet

Autre élément étonnant : Jean-Christophe Marquet affirme avoir, avec son voisin bénéficiant également du portail, financé lui-même les travaux réalisés sur le domaine public municipal. Facture revendiquée ? « 70 000 euros ». La mairie aurait donc laissé faire Jean-Christophe Marquet. Une information que Robert Assante n’a pas été en mesure de confirmer. L’élu affirme en réponse qu’il se rendra « dans la semaine et accompagné des services compétents pour juger du discours des uns et des autres ».

Il semblerait que la Ville se soit montrée une nouvelle fois très conciliante avec Jean-Christophe Marquet, dont les liens avec Jean-Claude Gaudin sont connus. L’amitié entre les deux hommes remonte à l’époque où le maire présidait l’OM et où Marquet y jouait. En juin 2017 (lire notre article), la société d’événementiel de ce dernier « JCM corporate Events » a pu s’installer dans le Fortin pour un loyer modique, 2500 euros mensuels, soit 4 euros le mètre carré.

Article en accès libre

Soutenez Marsactu en vous abonnant

OFFRE DÉCOUVERTE – 1€ LE PREMIER MOIS

Si vous avez déjà un compte, identifiez-vous.

Commentaires

L’abonnement au journal vous permet de rejoindre la communauté Marsactu : créez votre blog, commentez, échanger avec les autres lecteurs. Découvrez nos offres ou connectez-vous si vous êtes déjà abonné.

  1. MarsKaa MarsKaa

    Encore une fois, merci pour votre veille citoyenne journalistes de Marsactu !
    On a là un fait tellement caractéristique des pratiques municipales. Tout y est : la collusion d intérêt, l utilisation des biens publics, le mépris de ceux qui ne font pas partie du cercle, le rejet des habitants des quartiers Nord forcément tous delinquants et dangereux, à qui ont fait porter la responsabilité de ce genre de pratiques…
    Des grilles pour séparer les « bons » et les « mauvais  » Marseillais… des privilèges et des passe droit pour les uns, le mepris et l abandon pour les autres (s il y a des trafics et de l insécurité du « mauvais » côté des grilles, on s en fout, du moment que les SUV des riches et de leurs associés passent tranquille pour aller festoyer au chateau).
    Les délinquants qui ne respectent pas la loi, et n ont aucun respect du bien public, ils sont où ?

    Signaler
  2. Tarama Tarama

    Apartheid social à Marseille.

    Signaler
  3. Tarama Tarama

    Ce sont plutôt les 2/3 du passage qui ont été fermés.

    Signaler
  4. toine toine

    « « JCM corporate Events » a pu s’installer dans le Fortin pour un loyer modique, 2 500 euros mensuels, soit 4 €, le mètre carré. »

    ….

    Vivement 2020 qu’on se débarrasse de cette nullicipalité clientéliste à outrance!!!

    Signaler
  5. Electeur du 8e Electeur du 8e

    Une petite histoire qui résume parfaitement la politique municipale de Gaudin et son gang : l’intérêt général, les biens communs (écoles, piscines, espace public…), « m’en fouti » ; en revanche, les passe-droits pour les amis, les contrats à long terme au profit des alliés, les privatisations de rues au profit de riverains nantis, c’est open bar.

    Un commentateur disait ici, en marge d’un autre article, qu’il fallait s’attendre, dans les mois qui nous séparent des municipales, à un déchaînement de cadeaux au profit des bétonneurs et autres copains de la nullicipalité. On doit craindre qu’il ait raison.

    Signaler
  6. David David

    Ehhh oui, dans le marseille rêvé de Gaudin et de son clan, les gueux n’ont qu’un seul droit : celui de la fermer et d’emprunter des chemins de traverse. Ah, et aussi celui de crever sous les décombres d’immeubles insalubres. Allez gaudin, nouvelle idée, histoire d’aller jusqu’au bout de ta logique clientéliste : la prochaine fois on ne fait pas les choses à moitié, on barre totalement l’accès… Voire on rejette les intrus à la mer ? Chiche !

    Signaler
  7. Jean Pierre DANIEL Jean Pierre DANIEL

    Merci de vous être emparé de cette situation. Elle est tellement révélatrice du regard sur ces quartiers des édiles municipales. Que Mr Marquet aille faire la fête avec ses amis dans les quartiers Sud et que le Fortin de Corbières soit rendu aux habitants. Cela agrandirait l’espace public de Corbières. Il faudra pour cela une autre ‘Municipalité. Une grille peut se construire et aussi de se détruire.
    Jean pierre Daniel refondateur du cinéma l’Alhambra de St Henri

    Signaler
  8. Pierre Pierre

    Je ne suis pas sûr que cette histoire soit vraie, je n’ai rien lu à ce propos dans La Provence …
    Ok, je sors.

    Signaler
  9. barbapapa barbapapa

    Il m’arrivait de poser mon véhicule sur le parking près de la route, et avant ou après la baignade dans Corbières d’aller du côté du Fort pour profiter d’une vue exceptionnelle sur la rade… Ces grilles sont une violence et une insulte au commun des marseillais !

    Signaler
    • Brallaisse Brallaisse

      Et quand je pense que la mère Lota parle par ailleurs du respect du bien public, c’est à hurler

      Signaler
  10. Brallaisse Brallaisse

    Je me demande si ce qui nous sert de maire se fait virer avec les j’en foutre qui l ‘accompagnent, ce que je souhaite et espère profondément, ce que les suivants vont trouver dans les placards et les tiroirs
    Le Gabian nous informe finalement que depuis peu. Alors que cette équipe s’ arrange depuis 25 ans. Je pense que nous allons en découvrir des vertes et des pas mûres

    Signaler
  11. Regard Neutre Regard Neutre

    L’édification d’une clôture sur ou au droit du domaine public routier par un particulier est assujettie à trois autorisations.*
    — Une autorisation de voirie, à solliciter auprès du gestion du domaine public (DPR),par laquelle il fixe les conditions techniques et financières de l’occupation. (Ville de Marseille,Métropole ou Département).
    —Une déclaration de travaux pour la construction de la dite clôture à solliciter auprès de l’organisme ayant la compétence en urbanisme.(Métropole).
    —Un arrêté d’alignement pour délimiter le nouveau domaine public délivré quant à lui par le gestion du dit DPR.
    Si l’affectataire du Fortin de Corbières ne possède pas ces autorisations, il pourrait être passible de contraventions au titre du code de l’urbanisme et du code de la voirie.
    L’adjoint à la mairie n’a pas besoin de se déplacer pour faire remettre les lieux en l’état— il lui suffit de demander au pétitionnaire de fournir ces autorisations.
    Le public doit pouvoir profiter de la vue époustouflante sur la rade de Marseille à partir de l’espace situé au droit du fortin.Un vue que tout marseillais a le droit de voir dans sa vie.
    Il faut vérifier que la convention initiale d’occupation qui fixe les conditions de la privatisation du bâtiment prévoit aussi l' »accaparation  » des espaces clôturés.
    Même au fin fond de Marseille l’accès à la mer est confisqué pour les plus faibles…
    Que fait le Maire de secteur?

    Signaler
    • Brallaisse Brallaisse

      Très bon rappel au règlement de votre part. Mais li y a un mais. Le Droit et la mairie font deux et puis la Caradec fera une régularisation avec le permis, c’est son activité principale

      Signaler
  12. didier L didier L

    Invoquer l’insécurité des lieux pour dresser des barrières est tout de même un comble. Cela confirme les fractures qui se creusent et – après le 4 aout – le retour des privilèges pour une sorte de nouvelle aristocratie, non plus de naissance ( celle-ci pouvait parfois avoir un certain panache ) mais de combine, de connivence et d’intérêt qui gangrène ce qui reste de démocratie.
    Le rôle d’une mairie, d’un Etat et du service public au lieu de dresser des barrières est d’assurer la sécurité pour tous ses citoyens. Ces barrières pourraient signifier au fond :  » continuer à vous droguer, à sombrer dans la délinquance, la misère sociale, nous, nous sommes à l’abri de vos maux à l’abri dans notre fortin. » Le mot  » Fortin » est à ce titre assez symbolique. Sauf qu’on peut se demander après réflexion de quel côté des barrières est la misère morale, sociale, de quel côté est l’humain en somme ?

    Signaler
  13. Germanicus33 Germanicus33

    Marseille encore en porte à faux avec la loi littoral.
    Le libre accès à la mer est un droit, c’est honteux. Je suis allé à cet endroit contrairement à ceux qui racontent n’importe quoi pour justifier un tel délit, et je n’ai rien vu de répréhensible…Ma voiture était sur le parking à côté, aucun problème.
    Une privatisation du sentier du bord de mer au bénéfice de quelques villas a été entérinée par la ville en bas du boulevard Notre-Dame des Grâces à Malmousque (7ème), carrément muré à gauche, avec une porte toujours fermée.
    A droite on peut toujours passer et aller se baigner en dessous de la Légion étrangère.

    Signaler
  14. Germanicus33 Germanicus33

    A une époque, ce fortin abritait la Fondation Monticelli, et il y avait de très belles expositions. Mais c’était avant…

    Signaler
  15. Brallaisse Brallaisse

    Vous avez en deux lignes résumé le fondement de cette équipe municipale .
    D’un côté Monticelli, immense peintre marseillais dont Van Gogh s’inspira et qui avait au « Fortin » un lieu d’exposition remarquable et que l’on enterre avec cette fermeture .De l’autre , la décision de refiler le même « Fortin » quasiment pour le franc symbolique, tant le montant de la location est symbolique à une pseudo gloire du foot marseillais car ami du maire.
    Et bien le fondement de cette ville , c’est tout simplement se servir et servir les copains au détriment de la cité et de ces habitants. Avoir fait ce choix au détriment de Monticelli est honteux et avoir fait ce choix dans les conditions énoncées plus haut est proprement scandaleux.
    Et la déontologue de la mairie, toujours sourde ,muette et aveugle ?

    Signaler
  16. Regard Neutre Regard Neutre

    La dépossession d’une partie de l’espace public au profit des petits copains— délimité par une clôture aux allures de barreaux de prison — marque ostentatoirement la notion d’entre-soi.D’un ancien lieu culturel ouvert à tous ,le fortin est aujourd’hui, barricadé,retranché et mis à distance d’autrui.
    Cette dépossession sous-entend l’exclusion, plus ou moins active et consciente, des autres.
    Cette mise à distance d’autrui est’elle revendiquée au nom de la sécurité, ou bien de la supériorité d’un groupe, d’une société ségrégée, des nobles ou grands bourgeois d’un club fermé?
    Le seul joyau culturel du territoire hautement ouvrier de l’Estaque a été confisqué par les plus forts.
    Le public ne peut plus profiter de la vue sur la rade de Marseille depuis le fortin.
    Circulez,il n’y a plus rien à voir!..

    Signaler
  17. Brallaisse Brallaisse

    Si vous avez un peu de temps pour lire et spécialement sur la ségrégation marseillaise , ROMAIN MEJEAN dans son mémoire de maîtrise : »La ségrégation socio-spatiale à Marseille » résume dans ses deux articles la situation locale .Ses deux textes accompagnés de cartes sont édifiants. Et après lecture que l’on ne vienne pas me dire qu’il n’y a pas volonté politique à cette situation.

    Signaler
  18. Gigi_Bonin Gigi_Bonin

    Le problème n’est pas celui des puissants contre la plèbe, il est celui de la liberté d’aller-et-venir qui concerne tout le monde au sein de la République : article 2 du protocole n°4 de la CEDH qui est une liberté à valeur constitutionnelle (voir en ce sens décision du Conseil Constitutionnel n°79-107 DC du 12 juillet 1979). Envisager la chose dans son ensemble plutôt que par fragmentation me semble plus constructif.

    Signaler
    • Brallaisse Brallaisse

      Gigi_Bonin, concernant la mairie de Marseille et ses élus, en employant vis à vis d’eux des arguments étayés sur la base d’arrêts du Conseil Constitutionnel, vous placez pour ces gens là, la barre à un niveau quasiment stratosphérique . Je ne suis pas convaincu d’ailleurs qu’ils puissent tout comprendre. De plus, l’expérience démontre qu’à Marseille, le Droit et l’administration municipale s’ignoraient mutuellement et réciproquement au quotidien.

      Signaler
  19. Germanicus33 Germanicus33

    Le Musée Monticelli pourrait y organiser de nouvelles expositions…Mais çà demande une politique culturelle cohérente.
    Je ne suis pas sûr que l’actuelle adjointe à la Culture et la municipalité soient à la hauteur. Il suffit de voir comment on a éliminé des vestiges grecs à la Corderie.
    Comment un édifice historique a pu passer dans les mains d’un parvenu?
    De la même façon que l’adjointe Solange Biaggi a acquis sa villa des Catalans?
    Tout celà est bien opaque et évoque le film Main basse sur la ville!

    Signaler

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire