La mairie de Marseille peine à défendre la fermeture des petites sections de maternelle

Reportage
le 5 Juin 2020
4

La Ville de Marseille a choisi de ne pas rouvrir les écoles aux plus petits avant septembre. Une douzaine de parents d'élèves a contesté cette décision devant le tribunal administratif ce jeudi.

Certains parents d'élèves de l'école des Moulins, au Panier sont à l'origine de ce recours. Photo: Clément Gahéry.

Certains parents d'élèves de l'école des Moulins, au Panier sont à l'origine de ce recours. Photo: Clément Gahéry.

La rentrée post-coronavirus est un véritable feuilleton. Parents et enfants marseillais ont cru que le chemin de l’école serait de nouveau ouvert le 12 mai pour une partie des élèves puis le 25 pour l’autre. Les familles volontaires s’organisaient pour reprendre le travail et préparer les enfants au retour auprès de leurs enseignants, encadrants et […]

Contenu réservé aux abonnés au journal

Offre découverte 1 € le premier mois puis 6,99 €/mois JE M'ABONNE

Si vous avez déjà un compte, identifiez-vous

Commentaires

L’abonnement au journal vous permet de rejoindre la communauté Marsactu : créez votre blog, commentez, échanger avec les autres lecteurs. Découvrez nos offres ou connectez-vous si vous êtes déjà abonné.

  1. Jérôme Godard Jérôme Godard

    Ce n’est pas la ville qui organise la scolarité : c’est bien aux écoles d’appeler les parents. Marseille n’est pas différente du reste de la France sur ce point. La Ville pouvait contacter les parents à titre indicatif, et/ou s’assurer de leur présence sur les services périscolaires (restauration, périscol).
    L’accueil des TPS est effectivement compliqué. D’où la faiblesse de leur accueil partout en France.
    Et sans faire de racisme social, à lire la liste des pétitionnaires, on devine que les parents d’élèves concernés ne sont pas représentatifs de la diversité marseillaise.

    Franchement, sur le coup, mauvais procès ce me semble.

    Signaler
  2. Jérôme Godard Jérôme Godard

    Pour rappel, le code de l’éducation précise que la commune est propriétaire des locaux scolaires et en assure la construction, la reconstruction, l’extension, les grosses réparations, l’équipement et le fonctionnement. Elle gère également certains personnels non enseignants qui travaillent à l’école, notamment ceux qui s’occupent de l’entretien et du service de restauration.

    Tout ce qui a trait à l’organisation des cours (que le ministre avait déclaré basé sur le volontariat) relève de l’EN.

    Et faut aussi rappeler que les ATSEM sont affectées à l’école, pas à une classe…

    Signaler
  3. Brallaisse Brallaisse

    Je ne sais pas quoi penser après lecture de votre commentaire. Sont ce les enseignants ou le personnel municipal qui traînent les pieds ?
    En tous cas cela ne se bouscule pas au portillon.

    Signaler
  4. Jérôme Godard Jérôme Godard

    Je trouve que ce reportage épouse un peu de trop près les vues du collectif de parents d’élèves de TPS/PS. Dans de très nombreuses communes, les IEN de circo déconseillent aux directeurs d’appeler les familles de TPS en leur assurant que la sécurité sanitaire n’est pas assurée pour les plus petits. Il me semble dommage, alors qu’il y a mille choses à critiquer sur l’éducation à Marseille, de saisir cet enjeu par ce prisme, qui tend à faire de la Ville la seule responsable du manque d’information des familles.

    Signaler

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire