La mairie de Marseille accepte l’ouverture des écoles pour la solidarité alimentaire

Info Marsactu
le 15 Avr 2020
3

Depuis le début du confinement, des enseignants organisent des cagnottes et des distributions alimentaires pour aider les familles les plus vulnérables, avec dans certains cas des reproches de leur hiérarchie. Ce mardi, la mairie se dit finalement favorable à l'ouverture des écoles pour les distributions.

École des Convalescents à Belsunce (1er). Photo d'illustration : Pierre Isnard-Dupuy

École des Convalescents à Belsunce (1er). Photo d'illustration : Pierre Isnard-Dupuy

Comme un dernier rempart à la misère. Depuis  le début de la crise sanitaire, des enseignants et des parents d’élèves organisent des cagnottes via internet et des distributions alimentaires. Le but est de permettre aux familles les plus en difficultés de pouvoir subvenir à leurs besoins en l’absence de cantine scolaire (lire notre article sur cette solidarité par les écoles). La semaine dernière, les enseignants interrogés par Marsactu témoignaient d’un sentiment d’abandon vis-à-vis des élus, des pouvoirs publics et de leur hiérarchie à l’Éducation nationale.

Juste avant le week-end pascal et les vacances scolaires, certains d’entre eux, en particulier du troisième arrondissement là où les cagnottes sont les plus nombreuses, expliquent avoir été appelés par leur inspecteur. L’objet était de leur signifier que les distributions alimentaires ne pouvaient pas se faire à l’intérieur des établissements scolaires. Il leur était aussi demandé de retirer le nom des écoles sur les cagnottes publiées en ligne. Plusieurs de ces enseignants, joints par Marsactu ces derniers jours, qualifiaient ces appels de « pressions » et craignaient que leur hiérarchie n’entrave leurs actions solidaires.

Ces témoignages ont été rejoints par l’indignation des syndicats. « Loin de soutenir les initiatives des écoles mobilisées autour de la solidarité, notre institution a commencé à menacer l’existence de ces cagnottes, voire même demander leur arrêt, au nom de la neutralité des agents », dénonce le SNUipp-FSU 13 dans un communiqué. La tonalité est proche chez SUD éducation 13. Le syndicat indique en effet qu’il « a été informé de certaines pressions institutionnelles faites à l’encontre de militant(es), bénévoles qui s’organisent depuis plus de trois semaines pour venir en aide aux plus démuni(es) à Marseille ». « Alors même que des personnels de direction participent et encouragent les cagnottes solidaires, on ne pourrait envisager que des collègues soient inquiété(es) sous quelque forme que ce soit ! », peut-on lire dans un communiqué.

« Respecter une neutralité politique »

« Il ne s’agit en aucun cas de pression hiérarchique », tempère Dominique Beck le directeur académique des services de l’Éducation nationale (DASEN), au téléphone de Marsactu.« Je tiens à saluer la solidarité des enseignants et des directeurs d’école et personne ici et surtout pas moi ne la remettrait en cause. J’y suis très sensible », déclare-t-il tout en assumant la consigne transmise au personnel enseignant, dont il est à l’origine.

Il s’agit pour lui d’une « instruction de bon sens » et d’un appel à « une grande prudence, parce que nous sommes encore en campagne électorale à Marseille ». Pour lui, les enseignants en tant que fonctionnaires « doivent respecter une neutralité politique », ce qui ne les empêche pas de pouvoir « exprimer leur solidarité à titre de citoyens ». De ce fait, les cagnottes devraient se faire « non pas au nom d’une école mais au nom d’une association ».

Du personnel municipal « pour que les écoles soient propres »

Contactée, Danièle Casanova, adjointe en charge des écoles se dit favorable à l’ouverture des écoles pour les distributions via les cagnottes. Une pratique faite jusqu’à présent sans l’accord de la mairie et source de tensions pour les enseignants organisateurs. L’élue affirme même être prête à mobiliser du personnel « pour que les écoles soient propres » dans le contexte sanitaire actuel. Une parole qui pour l’heure ne fait pas l’objet d’une annonce concernant de futurs moyens mis en place.

Du côté des mairies de secteurs, des initiatives commencent aussi à se faire jour depuis la semaine dernière. La mairie des 1er et 7e arrondissements a fait part d’une note aux directeurs des écoles de son secteur, informant des associations et services publics à contacter pour trouver de l’aide. Les directeurs étant chargés de faire suivre aux familles. « Dès la première semaine du confinement, nous avons réorienté notre antenne dans l’enceinte de la mairie de secteur avec le Secours populaire. On mène un vrai partenariat avec cette association depuis le drame de la rue d’Aubagne », assure Sabine Bernasconi, la maire de secteur.

Jeudi 16 avril, avec d’autres élus et citoyens, Lisette Narducci, qui occupe ces fonctions dans les 2e et 3e arrondissements, a organisé une distribution alimentaire qui a bénéficié à 120 familles, dont « 80% de familles des écoles », affirme-t-elle. « On a fait une cagnotte entre nous », comprendre financée par les deniers personnels d’élus et de bénévoles. On fera ça une fois par semaine et jusqu’à la fin du confinement ». Les deux élues envisagent que l’action de leurs mairies serve à la coordination de l’aide avec les différentes structures : associations, mairie centrale et métropole, qui organise depuis quelques jours des distributions de paniers de produits frais sur tout son territoire.

Le maire LR Jean-Claude Gaudin a par ailleurs promis une aide ponctuelle de 100 euros par enfant aux familles bénéficiant de la gratuité de la cantine. Celle-ci sera gérée par la CAF, « qui va la rajouter aux versements des allocations familiales », précise Danièle Casanova. La mesure concerne 1956 écoliers. Les syndicats d’enseignants demandent que l’aide soit étendue aux enfants qui bénéficient du demi-tarif à la cantine. « On l’étudie. Mais ce n’est pas simple. Ça représente 20 000 enfants », répond l’adjointe.

Et si le relais institutionnel tant espéré par les enseignants solidaires et autres collectifs de quartiers venait enfin ? Sera-t-il seulement à la hauteur ? Sur sa page Facebook, le Collectif des habitant.e.s organisé.e.s du 3e, qui a mis en place une permanence téléphonique, fait part de son désarroi face à l’explosion des appels à l’aide lui parvenant. « Suite au trop grand nombre de sollicitations ces quatre dernières semaines, et à l’absence de réponses satisfaisantes des pouvoirs publics [le collectif] ne peut plus inscrire de nouveaux/nouvelles voisin.es », déplore le collectif, débordé après quatre semaines de gestion de crise.

Article en accès libre

Soutenez Marsactu en vous abonnant

OFFRE DÉCOUVERTE – 1€ LE PREMIER MOIS

Si vous avez déjà un compte, identifiez-vous.

Commentaires

L’abonnement au journal vous permet de rejoindre la communauté Marsactu : créez votre blog, commentez, échanger avec les autres lecteurs. Découvrez nos offres ou connectez-vous si vous êtes déjà abonné.

  1. Ysabel Bels Ysabel Bels

    Au contraire il est bon de savoir de quelles écoles ou collèges proviennent les cagnottes. La neutralité avancée par le directeur du personnel à l’Education nationale ( au fait l’I.A ? le rectorat ?) ne s’applique pas aux élus qui mettent leur nom en avant au nom de la solidarité . Le meilleur exemple est celui de la mairie du 2-3 qui avance « sa » cagnotte alimentée par les élus et les personnels ! dans le genre « je la ramène »et dans le genre populiste , on peut pas faire beaucoup mieux .

    Signaler
  2. Electeur du 8e Electeur du 8e

    Sans rire, en quoi le fait qu’une cagnotte solidaire se réclame d’une école politise-t-il la démarche ? En quoi pourrait-on plus lui coller une étiquette politique que lorsque c’est la maire des 1-7 ou des 2-3 qui se met en avant ? Parfois, la « neutralité » exigée par la hiérarchie, qui semble faire fi de l’urgence, est bien pratique pour éviter toute action et tout débat de fond.

    On attendrait plutôt de cette hiérarchie qu’elle s’inquiète de l’absence des pouvoirs publics dans la gestion de cet aspect de la crise : c’est cette absence qui conduit, par défaut, à une solidarité informelle.

    Signaler
  3. Brallaisse Brallaisse

    Electeur du 8e , je vais aller plus loin que vous ,ce qui est terrible dans cette ville se sont les comportements comparables à ceux des villes du Tiers-Monde, car nous en sommes là. Solidarité par quartiers , associations de tous types en actions , réseaux de voisinage, commerçants qui aident , etc.
    Mais le problème( le mot n’est d’ailleurs pas pertinent), dans cette affaire ce n’est pas la réaction humaniste et solidaire de tous ces gens qui aident mais sûrement le comportement de la mairie qui pousse à ces comportements tiers-mondiste par sa non action délibérée, assumée, voulue.
    Cet abandon volontaire d’une très grande partie de la population de Marseille pousse cette dernière à se débrouiller comme elle peut avec humanité.
    Il y a cette semaine une série d’articles d’un quotidien régional , non pas la Provence qui est un quotidien municipal, qui décrit le système d’entraide à Marseille. Et franchement à la fin de sa lecture , on peut se sentir très fiers des Abdou,Alain ,Djamel, Enzo,Luc, Mounira ,Sabrina,Véronique etYoussouf plutôt que des Martine, Jean Clôôôôde ,Valérie ou Yves.
    Ce constat est terrible , et au second tour il faudra adopter ce fameux « Je me souviens » de ce qui n’a pas été fait.

    Signaler

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire