La mairie de Marseille accepte l’ouverture des écoles pour la solidarité alimentaire

Info Marsactu
le 15 Avr 2020
3

Depuis le début du confinement, des enseignants organisent des cagnottes et des distributions alimentaires pour aider les familles les plus vulnérables, avec dans certains cas des reproches de leur hiérarchie. Ce mardi, la mairie se dit finalement favorable à l'ouverture des écoles pour les distributions.

École des Convalescents à Belsunce (1er). Photo d'illustration : Pierre Isnard-Dupuy

École des Convalescents à Belsunce (1er). Photo d'illustration : Pierre Isnard-Dupuy

Comme un dernier rempart à la misère. Depuis  le début de la crise sanitaire, des enseignants et des parents d’élèves organisent des cagnottes via internet et des distributions alimentaires. Le but est de permettre aux familles les plus en difficultés de pouvoir subvenir à leurs besoins en l’absence de cantine scolaire (lire notre article sur […]

Contenu réservé aux abonnés au journal

Offre découverte 1 € le premier mois puis 6,99 €/mois JE M'ABONNE

Si vous avez déjà un compte, identifiez-vous

Commentaires

L’abonnement au journal vous permet de rejoindre la communauté Marsactu : créez votre blog, commentez, échanger avec les autres lecteurs. Découvrez nos offres ou connectez-vous si vous êtes déjà abonné.

  1. Ysabel Bels Ysabel Bels

    Au contraire il est bon de savoir de quelles écoles ou collèges proviennent les cagnottes. La neutralité avancée par le directeur du personnel à l’Education nationale ( au fait l’I.A ? le rectorat ?) ne s’applique pas aux élus qui mettent leur nom en avant au nom de la solidarité . Le meilleur exemple est celui de la mairie du 2-3 qui avance « sa » cagnotte alimentée par les élus et les personnels ! dans le genre « je la ramène »et dans le genre populiste , on peut pas faire beaucoup mieux .

    Signaler
  2. Electeur du 8e Electeur du 8e

    Sans rire, en quoi le fait qu’une cagnotte solidaire se réclame d’une école politise-t-il la démarche ? En quoi pourrait-on plus lui coller une étiquette politique que lorsque c’est la maire des 1-7 ou des 2-3 qui se met en avant ? Parfois, la « neutralité » exigée par la hiérarchie, qui semble faire fi de l’urgence, est bien pratique pour éviter toute action et tout débat de fond.

    On attendrait plutôt de cette hiérarchie qu’elle s’inquiète de l’absence des pouvoirs publics dans la gestion de cet aspect de la crise : c’est cette absence qui conduit, par défaut, à une solidarité informelle.

    Signaler
  3. Brallaisse Brallaisse

    Electeur du 8e , je vais aller plus loin que vous ,ce qui est terrible dans cette ville se sont les comportements comparables à ceux des villes du Tiers-Monde, car nous en sommes là. Solidarité par quartiers , associations de tous types en actions , réseaux de voisinage, commerçants qui aident , etc.
    Mais le problème( le mot n’est d’ailleurs pas pertinent), dans cette affaire ce n’est pas la réaction humaniste et solidaire de tous ces gens qui aident mais sûrement le comportement de la mairie qui pousse à ces comportements tiers-mondiste par sa non action délibérée, assumée, voulue.
    Cet abandon volontaire d’une très grande partie de la population de Marseille pousse cette dernière à se débrouiller comme elle peut avec humanité.
    Il y a cette semaine une série d’articles d’un quotidien régional , non pas la Provence qui est un quotidien municipal, qui décrit le système d’entraide à Marseille. Et franchement à la fin de sa lecture , on peut se sentir très fiers des Abdou,Alain ,Djamel, Enzo,Luc, Mounira ,Sabrina,Véronique etYoussouf plutôt que des Martine, Jean Clôôôôde ,Valérie ou Yves.
    Ce constat est terrible , et au second tour il faudra adopter ce fameux « Je me souviens » de ce qui n’a pas été fait.

    Signaler

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire