La halte ferroviaire d’Arenc, cinq ans et puis s’en va

Info Marsactu
Rémi Baldy
19 Mar 2019 8

La halte ferroviaire d’Arenc va être déplacée, confirme la ministre des Transports, et ce, quelques années seulement après sa construction qui a coûté 3,2 millions d'euros. La nouvelle gare sera englobée dans le projet de ligne nouvelle Provence Côte d’Azur pour désengorger la gare Saint-Charles.

Au pied de la tour La Marseillaise, un panneau estampillé SNCF et une machine pour éditer des billets signalent la présence d’une voie unique accompagnée d’un quai en contrebas. La gare d’Arenc présente déjà des airs de gare fantôme. Elle devrait bientôt devenir une halte abandonnée. C’est en tout cas le sens de la décision ministérielle signée le 4 mars par Élisabeth Borne dans le cadre de la ligne nouvelle Provence Côte d’Azur (LNCPA). 

La ministre des Transports demande à SNCF réseau, propriétaire et gestionnaire des voies ainsi que de certaines gares dont Arenc, de « poursuivre les études dites de recalage du programme. » Ce programme comprenant entre autres le « déplacement de la gare d’Arenc, le remisage pour le TER et le doublement des voies du port« .  Une fois les études menées, puis la concertation et l’enquête publique, les travaux doivent commencer au plus tôt en 2023.

La halte a pourtant été inaugurée en 2014 et coûté 3,2 millions d’euros, dont plus de deux millions d’euros investis par la région. Censée desservir le quartier d’affaires Euroméditerranée, la halte affiche en 2017 une fréquentation de 19 774 voyageurs, selon les chiffres de la SNCF. Soit moins de 80 personnes par jour si l’on ne prend pas en compte les week-end, moins propices à la fréquentation dans un quartier d’affaires.

On est loin de l’objectif affiché en 2014. Celui-ci était de 3000 voyageurs par jour et 10 000 à terme. La performance n’est pas partie pour s’améliorer puisque le nombre de TER par jour vient d’être réduit de 17 à 13 et que la ligne directe va jusqu’à Miramas. Pour rejoindre Avignon, comme les 14 gares qui précèdent cette ville, il faut effectuer une correspondance (lire notre article). 

Le problème de la deuxième voie

La halte d’Arenc rentre dans les travaux de la LNPCA, qui relie Marseille à Nice, car elle doit désengorger la gare Saint-Charles. Le centre de remisage doit permettre de « garer » les TER et le doublement de voie d’augmenter la cadence entre Arenc et l’Estaque. « Par principe, une halte est un endroit où les trains s’arrêtent et cela engendre une congestion sur la voie unique. Si nous doublons la voie, nous pouvons avoir d’un côté les trains arrêtés et de l’autre ceux qui passent », détaille Jacques Frossard, directeur SNCF Réseau Paca. Des aménagements difficiles à réaliser au sein de la halte existante.

Sur certains tronçons, dont celui jusqu’à la gare Saint-Charles, une deuxième voie avait d’ores et déjà été prévue. Sur d’autres parties, cela se révèle plus délicat. Pour la gare d’Arenc, le souci devrait entraîner son déplacement. Pourtant, l’éventualité d’une deuxième voie avait été évoquée lors de la consultation publique de 2011. Dans ce document, RFF, ancêtre de SNCF Réseau, indique que « le projet tel qu’il est conçu aujourd’hui n’empêche pas la création d’une telle voie si elle s’avérait nécessaire »

Mais les travaux ont été plus compliqués que prévu. « À l’époque, nous avions fait le minimum, mais cela avait fini par coûter cher parce qu’il y a très peu de place et qu’il a fallu faire d’énormes travaux à cause de la présence d’eau en bas des collines marseillaises », détaille Jacques Frossard. La consultation de 2011 annonçait un projet à 2,9 millions d’euros, le surcoût de 300 000 euros a été payé par Marseille Provence métropole, absente du premier montage financier.

Quid d’une future implantation

Le déplacement de la halte met à mal les réponses de la consultation sur la création d’une deuxième voie. « Techniquement, il est possible de conserver la gare avec une double voie, mais cela représenterait un surcoût important parce qu’il faudrait détruire une partie de la halte », précise Jacques Frossard. D’où l’idée d’un déplacement. « Il faut faire la balance entre ce surcoût et le nombre des potentiels voyageurs tout en prenant aussi en compte les dispositifs d’intermodalité », ajoute le directeur territorial de SNCF Réseau.

Les discussions sur l’avenir de la halte vont débuter dans les prochains jours avec la métropole, notamment pour aborder la question d’une future implantation. La région, qui n’a accepté de nous répondre que par mail, évoque un déplacement de « quelques dizaine de mètres ».

Jacques Frossard indique de son côté un site « entre la halte actuelle et Saint-Charles, si possible le plus loin possible de la gare ». Le tracé des rails, qui passe au nord du collège Versailles et par le quartier Saint-Mauront, laisse déjà la place à un doublement de voie. Ce qui ne garantit toutefois rien. « Une gare toute seule ça ne sert à rien, il faut des places de parking, des bus, du tram… », souligne Jacques Frossard.

De son côté Euroméditerranée a eu l’écho d’une piste plus précise qui placerait la future halte derrière les actuels locaux de Sogaris, un peu plus au Nord dans le même secteur. Un lieu où il existe l’espace nécessaire pour créer une gare plutôt qu’une simple halte.

Euromed et la métropole ne sont pas convaincus

Mais en tant qu’aménageur, Euroméditerranée ne voit pas ce projet d’un bon œil. « Ce n’est pas là qu’est le bassin de vie. Il y a eu des réunions techniques, notre position est de garder la gare où elle se trouve parce qu’elle est connectée aux transports en commun avec le tramway par exemple », prévient Laure-Agnès Caradec, présidente de l’établissement public.

« Ce seront des discussions avec principalement la métropole dont l’évolution du PDU [ndlr : Plan de déplacements urbains] aura un impact sur la future localisation », assure Jacques Frossard. Le tracé actuel du projet de tramway vers les quartiers nord passe aujourd’hui sur la rue de Lyon et non le long des rails.

La métropole dit rester « vigilante » sur l’avenir de la halte d’Arenc et « tout particulièrement au regard de son intérêt pour la desserte du quartier d’affaires Euroméditerranée et du futur parc habité ». Des réunions doivent « prochainement » avoir lieu avec la SNCF et la région. « Je ne suis pas vraiment convaincu par ce projet », prévient Yannick Tondut, directeur général adjoint mobilité de la métropole, qui évoque un « sujet très compliqué« . Voilà qui annonce un débat plus animé que la gare d’Arenc.

Article en accès libre

Soutenez Marsactu en vous abonnant

OFFRE SPECIALE – 2 MOIS pour 2€

Si vous avez déjà un compte, identifiez-vous.


A la une

La discrète vente de la villa de René Egger, l’architecte du Marseille d’après-guerre
Hissées sur les hauteurs du Roucas-Blanc, les luxueuses villas du Parc Talabot s'étendent dans l'enceinte fermée de la résidence. Parmi elles, une villa sur...
Le port suspend son projet de réaménagement du quai de la Lave pour « concerter » à nouveau
Le port a décidé de remettre l'ouvrage sur le métier. Un an et demi après avoir lancé un appel à manifestation d'intérêts pour le...
Emmanuel Patris (Un centre-ville pour tous) : « La charte du relogement n’est pas respectée »
Un centre-ville pour tous fait partie des associations qui ont participé aux négociations de la charte du relogement pour les personnes évacuées, finalement signée...
À peine libérée de sa tutelle, la fédération des chasseurs 13 déraille à nouveau
À peine sortie d'une année sous la tutelle d'un administrateur provisoire, la fédération des chasseurs des Bouches-du-Rhône pourrait y retourner. Malaise social, gouvernance défaillante,...
[La gloire de nos pierres] La bastide de Pagnol devenue temple maçonnique
Souvenez-vous. Le petit Marcel Pagnol, la famille encombrée de paquets, qui traverse anxieusement les terrains de superbes demeures à l'aide d'une clé secrète, raccourci...
La mairie « privatise » une partie du chemin qui mène à la plage de Corbières
"C’est scandaleux qu’ils aient installé ça, en plus c’est pas un petit portique, quoi !", s'agace un passant. "Je viens ici tous les jours,...

Commentaires

Vous devez être vous-même abonné pour écrire un commentaire sur un article réservé aux abonnés.

Ajouter un commentaire

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire