La chambre des comptes confirme les errements de la gestion Gaudin

À la une
le 26 Sep 2013
16

Les critiques de la chambre régionale des comptes (CRC) à l’encontre de la Ville de Marseille ne se limitent pas aux longs développements autour de la série de mauvaises gestions autour du stade Vélodrome et de l’Olympique de Marseille. Tout au long du rapport que nous nous sommes procuré, les magistrats ont exploré point par point de nombreux aspects de la gestion de la mairie pilotée par Jean-Claude Gaudin. Et, si les critiques ne sont pas vraiment neuves, notamment sur la “situation financière préoccupante”, elles ont de quoi enfoncer la théorie du maire qui revendique avec constance – c’est même un point de notre Bingaudin – l’absence de critiques de l’institution sur l’exercice de son mandat.

Les ressources humaines, même le directeur est hors des clous

En régularisant la situation de 340 vacataires, Jean-Claude Gaudin n’a de loin pas réglé l’ensemble des questions concernant le personnel municipal soulevées par la chambre. Comme nous vous l’expliquions en juin dernier sur la base notamment du rapport provisoire de la CRC, les titularisations pourraient concerner bien plus de précaires, “entre 25 % et 35 %” des 1750 vacataires travaillant dans les seuls mairies de secteur. “La chambre souligne que la Ville ne paraît pas avoir pris la mesure des risques juridiques qui touchent des emplois qui certes sont saisonniers, mais qui sont offerts aux mêmes agents, le plus souvent pour des durées importantes et de manière répétitive”, conclut le rapport en visant les nombreux emplois d’animateur.

Quelques situations liées à des postes plus politiques sont elles aussi très fortement critiquées par la chambre. Il en va ainsi des mises à disposition de personnel à la coopérative des territoriaux (3 agents) et au conseil mondial de l’eau au sein duquel deux agents sont payés par la ville dont la directrice générale de l’association. Quand nous l’avions interrogée, l’adjointe au maire Martine Vassal répondait : “S’il faut se mettre en conformité, on le fera”. “Il est pris acte de la volonté de la Ville d’y mettre fin”, confirme la CRC. Autre cas, le maintien en poste de neuf fonctionnaires territoriaux au-delà de la limite d’âge de 65 ans sans en avoir le droit. Selon nos informations, c’est notamment le cas… du directeur des ressources humaines, Henri Sogliuzzo.

Enfin, la CRC note que les agents de la Ville travaillent en moyenne 40 heures de moins par an que la norme. Le volume n’est pas énorme mais “en rétablissant des horaires de travail légaux, la Vile de Marseille ferait une économie qui peut être estimée à 10 millions d’euros par an”, note tout de même la chambre. Sobre, elle prend note de la réponse : “La ville indique toutefois qu’elle maintiendra cette horaire illégal, en raison notamment de la spécificité des conditions de travail à Marseille et des problèmes sociaux que provoquerait la mise en oeuvre des dispositions légales sur la durée du travail”.

Mauvais chiffres et clientélisme sur les crèches

Malgré les dénégations de l’équipe Gaudin et en s’appuyant sur ses propres chiffres, nous avions déjà démontré combien Marseille est en retard par rapport aux autres grandes villes françaises dans l’accueil des tout-petits. La chambre vient conforter ce constat en recalant les chiffres avancés par la municipalité. Concrètement, les recoupements effectués auprès de la CAF démontrent que sur 7931 places annoncées, il y en a en réalité 3443 soit 43 % de l’annonce initiale. Du coup, le taux d’accueil des enfants de moins de 3 ans est de 32 % sur la ville. Sur les seules crèches, la capacité d’accueil voisine les 20 %, confirmant ainsi nos estimations. On constate tout de même une augmentation de 524 places entre 2008 et 2011 mais seules 41 ont été créées en crèches municipales, le reste étant assumé par le privé lucratif ou le secteur associatif.

C’est peut-être une conséquence de ce faible nombre de places disponibles : la chambre note aussi qu’un circuit clientéliste perdure dans l’attribution des places en crèches. Cela tient en une seule phrase, particulièrement efficace. “Il existe une procédure interne non écrite en cas d’intervention d’élus de secteur” consistant en un “renvoi vers le service central des crèches et [en une] information de l’élue déléguée”. Un symbole d’un système d’attribution de places pour lequel la CRC juge que “la transparence n’est pas assurée”. Ce constat est jugé “sévère” par la ville dans sa réponse au rapport.

Le oaï dans les musées et les bibliothèques

“Pour approcher une couverture comparable par habitant à celle de Paris Lyon ou Lille, Marseille aurait en effet à tripler le nombre de ses bibliothèques. […] Le nombre de jour d’ouverture au public été de 254 jours à Paris, 253 jours à Lyon et 222 à Marseille pour l’année 2010”. “À la date du contrôle de la chambre (septembre 2012), sept musées étaient fermés”. En deux citations, voici résumé le constat de l’insuffisance de la politique culturelle en matière de lecture publique d’offre muséale. Bien sûr, cela est intervenu avant l’année de capitale culturelle mais, même cette année, la moitié des musées restaient encore portes closes au début de l’été.

Plus largement, c’est la gestion globale de ces deux services qui est mise en cause. Dans les bibliothèques, il n’y a toujours pas de conservateur et les tensions restent vives comme l’arrivée des automates de prêt à l’Alcazar l’avait encore souligné. La chambre révèle même le résultat d’un rapport de l’inspection générale des bibliothèques, un service du ministère de la culture. Elle a rendu “un avis négatif à la mise à disposition de conservateurs d’État”, laissant donc à la Ville le soin d’embaucher les cadres nécessaires au bon fonctionnement des bibliothèques. Jean-Claude Gaudin ne doit décidément pas aimer recevoir des rapports.

Article en accès libre

Soutenez Marsactu en vous abonnant

OFFRE DÉCOUVERTE – 1€ LE PREMIER MOIS

Si vous avez déjà un compte, identifiez-vous.

+++

Commentaires

L’abonnement au journal vous permet de rejoindre la communauté Marsactu : créez votre blog, commentez, échanger avec les autres lecteurs. Découvrez nos offres ou connectez-vous si vous êtes déjà abonné.

  1. Electeur du 8e Electeur du 8e

    Est-ce aussi la “la spécificité des conditions de travail à Marseille” qui aboutit à “un avis négatif à la mise à disposition de conservateurs d’État” dans les bibliothèques ? La réponse est ici : http://www.lemonde.fr/idees/article/2011/01/20/marseille-gache-ses-talents-culturels_1467882_3232.html

    Mais ce n’est pas grave : tout ça ne coûte que quelques millions d’euros par an au contribuable marseillais, dans une ville dont les impôts locaux sont presque les plus élevés en France (http://www.laprovence.com/article/economie/2542996/impots-marseille-toujours-parmi-les-villes-les-plus-cheres.html)…

    Signaler
  2. Nonyma Nonyma

    Et que dire quand la Ville de Marseille refuse de payer un loyer à la RTM pour l’emplacement de sa bibliothqèe à castellane, alors que si la surface était normalement louée à un autre prestataire, cela rapporterait quelques milliers d’euros en plus à la RTM qui saurait en faire bon usage. Sans oublier les risques d’incendie que fait courir cet établissement dans le métro. Les pompiers doivent être sur les dents !!!

    Signaler
  3. anon anon

    Drole de titre pour cet article.
    Je ne comprends pas la différence de traitement entre le titre de cet article et celui sur le rapport concernant la Région.
    Concernant Marseille on a une “errance de la gestion GAUDIN”, désigné comme responsable direct, alors qu’il s’agit plutôt d’un rapport critiquant l’opportunité des choix faits par la Mairie. Si ceux ci ont parfois conduit à perpétuer des systèmes antérieurs, très liés aux syndicats et contre lesquel tout le monde s’accorde a dire qu’il est difficle de lutter, en aucun cas il ne s’agit d’irrégularités pénalement répréhensibles.
    A l’inverse à la région on a la mise à jour d’une vraie organisation politique destinée à détourner des financements publics au profit de l’élu ( permanence politique, emplois fictifs, subventions illégales…) La, on ne parle pas de VAUZELLE, de responsabilité pénale. On n’accroche pas.
    MARSACTU en mode campagne municipale ? Où fini l’information, où commence l’intox ?
    Si elle n’est parfois pas d’accord avec les choix politiques, en 18 ans, la Chambre des Comptes n’a rien trouvé de pénalement répréhensible dans la gestion GAUDIN et ça, c’est une vraie rupture avec les pratiques antérieures…

    Signaler
  4. Marseillais indigné Marseillais indigné

    Gaudin est le cas d’école ,qui permet de démontrer que le cumul des mandats d’élu local et d’élu national ne sert à rien , sauf à remplir les poches du bénéficiaire

    Signaler
  5. Marseillais indigné Marseillais indigné

    Ajoutons ,que l’étiquette gauche ,droite extrême ou pas ne saurait servir de sauf conduit Ce que le citoyen de base attend ce sont des élus probes, compétents ,humanistes, et motivés !Peu importe la couleur politique !

    Signaler
  6. COUPO SANTO COUPO SANTO

    La CRC s’attribue de nouvelles prérogatives que le suffrage universel ne lui a pas donné. C’est une tendance qui pose quand même problème. Autre chose, les rapports définitifs de la CRC ne font jamais apparaître de noms, citer celui du DRH de la Ville comme un trophée ressemble quand même à d’anciennes pratiques totalitaires, mais bon le principal reste les problèmes soulevés qui seront sans doute levés après les élections, grâce aux syndicats. Entre FO qui fait la campagne pour Caselli, le SDU-FSU pour Menucci etc…

    Signaler
  7. MANDRIN MANDRIN

    en effet il y a un probleme bibliotheque à Marseille, il y en a peu… tres peu…et l’immense ALCAZAR tient lieu d’exemple d’école
    lieu de toutes les coteries qui a usé au moins 5 conservateurs d’état, ou en effet les promotions se font selon le bon vouloir de F.O , des nomination fantaisistes et le triomphe des incompétences
    40 départs en 2 ans vers d’autres cieux, des suicides trop nombreux et jamais expliqués, des maladies dues au ststress permanant, aucune humanité et les rares gens compétents mis au placard c’est cela marseille bibliotheques et je défie quiconque de me prouver le contraire ou je rends public et je parle des trafics et autres magouilles internes…
    non mais…

    Signaler
  8. MANDRIN MANDRIN

    en effet il y a un probleme bibliotheque à Marseille, il y en a peu… tres peu…et l’immense ALCAZAR tient lieu d’exemple d’école
    lieu de toutes les coteries qui a usé au moins 5 conservateurs d’état, ou en effet les promotions se font selon le bon vouloir de F.O , des nomination fantaisistes et le triomphe des incompétences
    40 départs en 2 ans vers d’autres cieux, des suicides trop nombreux et jamais expliqués, des maladies dues au ststress permanant, aucune humanité et les rares gens compétents mis au placard c’est cela marseille bibliotheques et je défie quiconque de me prouver le contraire ou je rends public et je parle des trafics et autres magouilles internes…
    non mais…

    Signaler
  9. Citoyen de l'Estaque Citoyen de l'Estaque

    La CRC organise,à son gré,le contrôle républicain sur la gestion des deniers publics.Le citoyen attend de sa part des réquisitoires sans complaisance notamment sur les éventuelles libéralités des puissants et grands élus.
    En termes de gestion courante, il n’est pas inutile de constater que le CG13, qui est la collectivité territoriale la plus contrôlée de France, fait montre, en comparaison, d’une gestion rigoureuse et exemplaire au regard de ce qui se passe dans d’autres institutions…….Il faut le souligner….

    Signaler
  10. pimpon pimpon

    Décidément Marseille restera Marseille, tout est embrouilles et chausse- trapes. Et le Jean-Claude dans tout ça!!!!!

    Signaler
  11. Marseillais indigné Marseillais indigné

    Que ce soit à la présidence du conseil régional ou comme maire de Marseille, GAUDIN, pour tordre la LOI, a toujours invoqué la “spécificité” des problèmes rencontrés localement Ainsi GAUDIN crée la règle de droit en tant que de besoin Ainsi le droit coutumier,avec ses privilèges, comme sous l’ancien régime s’insinue dans la gestion locale!Une performance car la Provence était un pays de droit écrit) Ce ne sont plus les compétences ,les mérites qui légitiment le recrutement des personnels municipaux ,les concours difficiles de la fonction publique territoriale, mais des liens quasi féodaux tissés au cours de la conquête du pouvoir par notre maire cumulard !Ainsi des cadres de haut niveau restent en fonction bien qu’ayant largement dépassé la limite d’age légale !Ainsi on maintient dans la précarité sur des emplois permanents des centaines de vacataires dont la décision de recrutement doit être renouvelée chaque mois Qu’il s’agisse des lettres d’observations du service de contrôle de légalité préfectoral ou des rapports de la chambre régionale des comptes le maire de Marseille ne s’en soucie guère

    Signaler
  12. Anonyme Anonyme

    Nouveaux horaires d’ouverture à la bibliothèque municipale Fissiaux (aux 5 Avenues): mardi de 13 à 17 h, mercredi de 13 à 18h (on fait un effort, c’est de jour des gamins), vendredi de 13 à 18h et samedi 10h/12h30 et 13h15 à 18h. Fermé tous les matins et le lundi et le jeudi toute la journée. En gros 22 h d’ouverture dans la semaine… Ne vous fatiguez pas trop les gars! Par charité je préfère ne pas parler de la qualité des fonds proposé et de l’accueil inexistant. Dans le domaine de la lecture comme dans tant d’autres ce sont les initiatives privées et les associations qui pallient les carences, dans l’indifférence générale des élus.

    Signaler

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire