Grève des poubelles : une crise qui n’en finit plus

Actualité
le 8 Oct 2021
0

La métropole a annoncé la fin de la grève le vendredi 1er octobre, mais la contestation perdure dans certaines villes et le ramassage des ordures accumulées pose toujours problème à Marseille. Marsactu fait le point la situation.

Jeudi, des agents grévistes de la propreté manifestaient en marge du conseil métropolitain. (Photo SL)

Jeudi, des agents grévistes de la propreté manifestaient en marge du conseil métropolitain. (Photo SL)

Lors d’une conférence de presse ce jeudi matin, Martine Vassal, la présidente de la métropole a assuré, confiante, que la grève était terminée. Pourtant, quelques heures plus tard, ce sont bien des agents grévistes qui manifestaient devant les grilles du Pharo, où se tenait le conseil métropolitain. Dans plusieurs villes de la métropole, le mouvement n’est pas éteint. Et dans les rues de Marseille, selon les quartiers, les amoncellements de poubelles donnent l’impression que la crise est tout sauf terminée.

Quel syndicat est encore en grève ce vendredi ?

Les drapeaux de la CGT flottaient devant le jardin du Pharo en début d’après-midi ce jeudi. Des dizaines d’agents grévistes de la collecte et de la propreté sont venus manifester leur mécontentement au sujet de l’accord signé entre la métropole et FO. Le syndicat est le premier à avoir déposé un préavis de grève au sujet de la réforme du temps travail, et il court toujours jusqu’au 31 décembre. À Aix-en-Provence, Istres et Martigues, le mouvement se poursuit. Autre syndicat mécontent de l’accord, l’UNSA ne l’a pas signé, mais n’a pas appelé à la grève jusqu’ici.

Deux syndicats ont pleinement repris le travail depuis l’accord signé le vendredi 1er octobre : FO et la FSU.

Que demandent-ils ?

Les agents veulent davantage de reconnaissance de leur pénibilité au travail. Dans l’accord passé entre la métropole et le premier syndicat Force ouvrière, le temps de travail est fixé à 1467 heures par an, contre les 1607 imposées par la loi de transformation de la fonction publique. Un fléchissement, justifié par la pénibilité, qui n’est pas suffisant pour les grévistes. “Avec cet accord, les journées vont se rallonger, mais passer cinq ou six heures sur une benne, c’est énorme“, s’inquiète Olivier Chelle, rippeur de nuit à Martigues, non syndiqué, mais gréviste. De son côté la CGT réclame un temps de travail de 1286 heures annuelles, un “suivi médical renforcé“, ainsi qu’une augmentation de la rémunération.

D’après les calculs de la CGT, à Istres, l’accord passé entre FO et la métropole ferait perdre aux travailleurs entre 300 et 400 euros par an. Les grévistes ont le sentiment que cet accord a été passé seulement pour les Marseillais, qui ont aujourd’hui un salaire inférieur au leur. “On n’a pas le fini-parti et on a un système de pointeuse, on fait nos heures“, fulmine un rippeur istréen qui se sent spolié.

Les points qui coincent dans l’accord

Avec une durée de travail journalière qui augmente, le nombre d’heures supplémentaires facturées risque de chuter. La rémunération globale serait donc impactée. “Il n’y a pas un président qui disait travailler plus pour gagner plus ?“, ironise Olivier Chelle. Ces heures supplémentaires sont notamment au centre d’un rapport de la chambre régionale des comptes qui pointe un dépassement de l’attribution légale de 25 heures supplémentaires par mois.

Autre point de tension : les jours compensateurs. Dans l’accord passé avec FO, 28 jours de repos seraient accordés aux agents. “Ils nous donnent 28 jours, mais ça va nous allonger nos journées“, explique, blasé, Saidi Mohamed, rippeur aixois CGT. En effet, avec le nombre d’heures à l’année qui augmente, les journées de travail vont s’allonger en contrepartie.

Mais les agents de chaque territoire de la métropole voient la réforme d’un œil différent, tous ayant aujourd’hui des avantages et horaires particuliers. Cette harmonisation entre les territoires est le nœud du problème. À ce sujet, la métropole n’a pas de réponses concrètes sur l’impact de la réforme dans chaque territoire. “Il y a des choix historiques qui ont été faits dans l’organisation de la collecte. L’accord trouvé ne correspond pas du tout aux enjeux des territoires“, concède Martial Alvarez, maire (Sans étiquette) de Port-Saint-Louis-du-Rhône et président du comité technique de la métropole. L’élu, qui n’a pas participé aux négociations, ne nie pas les pertes financières que connaîtront les agents.

Est-ce que des négociations sont toujours en cours ?

L’UNSA n’a pas appelé à la grève, mais mercredi 6 octobre, elle a envoyé un courrier à Martine Vassal pour réclamer l’ouverture de nouvelles négociations, “visant à améliorer l’accord précédemment conclu, mais aussi préparer sa mise en œuvre concrète avant son futur passage en comité technique“.

Mardi soir, la CGT a été reçue par la métropole. Le syndicat dit avoir pu exposer ses revendications sans pour autant obtenir d’avancée. D’après nos informations, des cadres de la métropole se rendront au contact des agents en début de semaine prochaine.

Pourquoi Des poubelles sont toujours entassées à Marseille ?

D’après Serge Tavano, représentant de la FSU, il n’y aurait plus de grévistes à Marseille, tous syndicats confondus. Mais les tas de poubelles sont encore bien visibles dans la ville et la métropole ne communique toujours pas sur le nombre d’agents qui ne prennent pas leurs postes. Selon plusieurs interlocuteurs, un grand nombre d’arrêts maladie aurait notamment été constatés au garage de la Cabucelle, où très peu de bennes seraient sorties ces derniers jours. La métropole a aussi pointé un problème de stockage des déchets pour justifier la lenteur du nettoyage.

Mercredi 6 octobre, la préfecture de police a réquisitionné une soixantaine d’agents pour trois jours afin de nettoyer les rues. Martine Vassal assure en avoir fait la demande elle-même, ce dont la préfète n’a pas fait mention dans son communiqué. La veille, les élus de la majorité municipale accusaient la métropole de n’avoir pas fait le nécessaire pour empêcher les ordures d’être charriées par la pluie lors des intempéries de lundi.

Article en accès libre

Soutenez Marsactu en vous abonnant

OFFRE DÉCOUVERTE – 1€ LE PREMIER MOIS

Si vous avez déjà un compte, identifiez-vous.

Commentaires

L’abonnement au journal vous permet de rejoindre la communauté Marsactu : créez votre blog, commentez, échanger avec les autres lecteurs. Découvrez nos offres ou connectez-vous si vous êtes déjà abonné.

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire