Privé d’extension, Auchan Aubagne réclame 300 millions à la métropole

Actualité
Julien Vinzent_
5 Avr 2018 5

Chargé d’aménager une zone de 42 hectares en bordure de son hypermarché phare à Aubagne, Auchan a vu son projet gelé par la nouvelle municipalité (LR). Après une première victoire en justice, le géant de la distribution réclame 300 millions d’euros à la métropole.

Quand une promesse de campagne municipale vire à la bataille rangée. La société aubagnaise pour l’aménagement des Gargues (SAPAG) a remporté le 15 mars une victoire au tribunal administratif face à la mairie d’Aubagne, comme l'a annoncé La Marseillaise. Filiale d’Immochan, bras immobilier d’Auchan, elle contestait le gel de l’urbanisation de 42 hectares par le plan local d’urbanisme, ainsi que l’avait promis le maire Gérard Gazay (LR) avant son élection. Voisine de la zone commerciale de la Martelle, dont l’hypermarché Auchan est le vaisseau amiral, les Gargues devaient notamment accueillir 80 000 m2 de commerces supplémentaires, un multiplexe en prime. Une concurrence jugée mortifère pour le centre-ville par le nouvel édile.Auchan 1, Gazay 0, place aux travaux ? Pas si vite. Le maire avait pris soin de mettre un deuxième coup de verrou via la communauté d’agglomération du pays d’Aubagne. Sous la précédente mandature communiste, c’est elle qui a créé la zone d’aménagement concertée (ZAC) avant de conclure avec la SAPAG un contrat de concession pour sa mise en œuvre. Date de la signature : 25 février 2014, un mois avant les municipales. Arrivé aux manettes, Gérard Gazay a alors pesé pour que le dossier de réalisation ne soit pas validé par l’agglo, désormais présidée par son alliée UDI Sylvia Barthélémy. Plan local d’urbanisme ou pas, "le dossier de la ZAC n’étant pas adopté, [Immochan] ne peut pas la mettre en œuvre et avoir les permis de construire", résume Jean-Claude Gondard, directeur général des services de la métropole.

Auchan "a patiemment acheté la moitié des terrains"

La nouvelle institution a vu le dossier arriver dans son giron en mai 2017, sous la forme d’un courrier de la SAPAG. La société demande la résiliation du contrat de concession et une indemnisation d’environ 300 millions d’euros. "Mais la métropole va se défendre, argumenter. Ce n’est pas parce qu’il y a une demande d’indemnisation de 300 millions d’euros que l’on va être automatiquement condamnés", démine le haut fonctionnaire, pour qui ce montant est "démesuré". Mais derrière cette assurance affichée, l’ampleur de la bataille a de quoi donner des sueurs froides au président de la métropole Jean-Claude Gaudin. "L’inquiétude, c’est d’avoir à payer in extenso ce qu’Auchan demande", souffle-t-il.Sylvia Barthélémy est convaincue de la détermination d’Auchan. "On s’est rendus compte qu’ils ont patiemment acheté la moitié des terrains de la zone. Pour eux, c’est un projet absolument vital." À travers sa filiale immobilière, il s’agit d’offrir un accélérateur à son hypermarché aubagnais, le 2e Auchan de France avec 250 millions d’euros de chiffre d’affaires annuel. "Mais aujourd’hui, les centres commerciaux doivent devenir des zones de loisirs, avec des cinémas, des jeux pour enfants, il s’agissait d’anticiper sur tout cela", analyse la présidente du conseil de territoire, ex agglo.[caption id="attachment_202355" align="aligncenter" width="1326"] À gauche : vue aérienne des Gargues, bordée par les Paluds et la Martelle (source : Géoportail). À droite : carte du programme initialement prévu (source : SAPAG).[/caption]Du côté d’Immochan, le directeur général Paul Des Longchamps se refuse à tout commentaire, "compte tenu des autres actions contentieuses en cours", tout en souhaitant "que le bon sens revienne sur le sujet". Une forme d’appel à la négociation, qui avait prévalu jusqu’en 2015. "Conscients du risque, nous avions négocié avec la SAPAG pour arriver à quelque chose de plus acceptable", rappelle Sylvia Barthélémy, qui cite l’abaissement des surfaces commerciales et du nombre de logements, au profit de locaux d’entreprises et d’un parc arboré, ainsi que la création d’un organisme chargé de redynamiser le centre-ville. "En tant que présidente de l’agglo, j’ai poussé le curseur au maximum de ce qui pouvait être fait. La nouvelle proposition a été rejetée par le maire d’Aubagne."

Terres agricoles et pollution de l'air

La perspective d’une négociation ou d’une indemnisation, hérisse l’association Vivre à Gémenos, membre de France nature environnement. "Auchan est allé contre l’ensemble des avis, pas seulement le nôtre, ils ont pris leur risque", balaie René Chaix, président d’honneur. Créée alors que les zones d’activité prospéraient à Aubagne et dans la commune limitrophe de Gémenos, comme palliatif à la fermeture des chantiers navals de La Ciotat, l’association pensait avoir obtenu un consensus sur la préservation de la plaine agricole. Mais les "frontières" fixées n’incluaient pas les Gargues dont la présence paraît presque incongrue au milieu des panneaux publicitaires. Une poignée d’anciennes fermes, une pépinière, quelques bosquets meublent les grandes parcelles en friche coincées entre les deux zones, l’autoroute A52 vers Aix et l’A50 vers Marseille et Toulon.[caption id="attachment_202350" align="aligncenter" width="696"] Les premières enseignes de la zone de la Martelle, visibles depuis les hauteurs des Gargues.[/caption]Depuis 2012, les services de l’État ont formulé de nombreuses réserves sur cette ZAC des Gargues, principalement constituée de friches agricoles. "Les parcelles, bien que non exploitées actuellement, sont cependant vraisemblablement encore porteuses d'un potentiel agronomique non négligeable", alertait l’avis. Trafic automobile oblige, des doutes étaient également émis sur le risque lié à la pollution de l’air et au bruit pour les habitants des futurs logements et les enfants accueillis dans les écoles et crèches prévues.[aesop_document type="pdf" src="https://marsactu.fr/wp-content/uploads/2018/04/ZAC_gargues.pdf" caption="L'avis de l'autorité environnementale sur la ZAC"]En parallèle, la chambre de commerce et d’industrie s’était étonnée de cette extension avant même "la densification de la zone de la Martelle". "Auchan a plus à gagner avec une amélioration des accès, de la signalétique, des abords paysagers. Qu’ils se démarquent en faisant un beau centre commercial, où les gens pourront se détendre !", approuve René Chaix, pour qui "on a atteint les limites pour ce bassin de vie". À Gémenos, "beaucoup d’usagers de la zone déboulent sur les petites routes en tentant d’échapper aux bouchons".Sollicitée par nos soins, l’ex-présidente de l’agglo Magali Giovannangeli (PC) n’a pas donné suite. En 2015, lors de la fameuse séance du conseil municipal où la ZAC a été refusée, elle défendait le projet de ZAC en faisant remarquer qu’il avait "donné lieu à maints débats publics". Pour l’heure, le seul prévu sur l’avenir des Gargues se tiendra au tribunal administratif.Cet article est également paru dans le mensuel régional le Ravi, dont nous sommes partenaires

A la une

La métropole de Martine Vassal se fera sans La République en marche
Bien sûr tout le monde s'est levé, comme de bien entendu Jean-Claude Gaudin a été acclamé et, comme annoncé, Martine Vassal a pu s'avancer...
Les six enjeux de l’élection programmée de Martine Vassal à la présidence de la métropole
Il y a des incertitudes que rien n'écarte jamais. Ce jeudi, tout le monde pressent une large élection de Martine Vassal, présidente intérimaire de...
L’association Accueil de jour, pilier de l’aide aux sans-abris, atterrit à la Belle-de-Mai
Après des mois, voire des années à appeler à l'aide, les salariés de l'association Accueil de jour commençaient à ne plus y croire. Rassemblés...
Mohamed Abbassi, sauveur téléguidé des McDo marseillais
Un patron "aux méthodes mafieuses" pour certains, un "très gentil monsieur" pour d'autres. Mohamed Abbassi, repreneur de cinq restaurants McDonald's de Jean-Pierre Brochiero, avec 13...
Ibrahim Ali honoré à l’Estaque, avec un soupçon de récupération politique
Une plaque pour Ibrahim Ali, c'est ce qui est demandé depuis 23 ans par ses proches et ceux qui militent pour la mémoire de...
Entre Castellane et Luminy, la métropole lance son bus B1 en oubliant la moitié des travaux
"Première rentrée pour la ligne de BHNS B1 Castellane - Luminy !" En ce 31 août, alors que des milliers d'étudiants s'apprêtent à retrouver...

Vous devez être vous-même abonné pour écrire un commentaire sur un article réservé aux abonnés.

Ajouter un commentaire

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire