Faute d’aménagements, le vélo reste toujours en panne à Aix et à Marseille

Décryptage
Clémentine Vaysse
20 Jan 2017 9

À peine 1,2% des habitants du département se rendent au travail en vélo. Un chiffre en deçà de la moyenne nationale. Marseille et Aix se distinguent par des taux très bas alors que la bicyclette progresse dans toutes les autres grandes villes.

Faut-il être fou pour rouler à vélo à Marseille ? Il y a quelques semaines notre chroniqueur Joël Gombin décortiquait les chiffres d'accidents de la route. En ressortait un nombre relativement bas de vélos impliqués - 54 - contre 1439 accidents corporels impliquant des deux-roues. Pas besoin d'être devin ou statisticien pour se rendre compte que ce chiffre doit être mis en regard avec le peu de vélos que l'on croise.

L'Insee s'est intéressée pour la première fois en 2015 à la part des trajets domicile-travail réalisés en vélo lors de sa traditionnelle campagne de recensement. Le résumé régional, présenté il y a quelques jours, est sobrement intitulé : "Aller travailler en vélo est peu fréquent en Provence-Alpes-Côte d'Azur". Si le constat n'est pas vraiment surprenant, la question mérite le détour.

1,5% à Marseille et à Aix

Au niveau départemental, le taux de recours au vélo pour les déplacements domicile-travail s'élève à 1,2%. Mais au-delà d'un retard sur la moyenne nationale (1,9 %), ce chiffre ne dit pas grand chose compte tenu du grand écart entre les territoires, urbains, périurbains ou ruraux. "Aix et Marseille ont un taux de 1,5 %, précise Alexandre Gautier, directeur adjoint de l'Insee PACA. Or traditionnellement dans les grandes villes l'usage du vélo est beaucoup plus fréquent. Bordeaux, Toulouse, Lyon et surtout Strasbourg ont des taux beaucoup plus élevés."

Sans surprise, le recours au vélo diminue aussi à mesure que la distance entre le lieu de travail et le domicile s'allonge. "Au dessus de cinq kilomètres, son usage est très marginal", poursuit Alexandre Gautier. On imagine mal un pendulaire prendre deux heures chaque matin et soir pour relier Aix et Marseille en vélo...

[aesop_document type="pdf" src="https://marsactu.fr/wp-content/uploads/2017/01/pr_inf_34.pdf" caption="Lire l'étude de l'Insee sur PACA"]

La voiture reine y compris sur les trajets courts

Dans la métropole, tous trajets confondus soit 6,5 millions, le vélo tombe à 0,7 %. La voiture est reine, y compris sur les trajets courts. "39 % des déplacements de moins de 3 kilomètres se font en voiture (15 minutes en vélo)", explique l'agenda métropolitain des transports, document stratégique de la nouvelle collectivité. "Cela s'explique", commente Cyril Pimentel, coordinateur de l'association Vélos en Ville. Les 1,5 % de trajets en vélos sont la conséquence d'une volonté politique. Vu le peu de moyens déployés c'est déjà beaucoup. Si on met trois francs six sous, la part des vélos va exploser. Il ne faut pas confondre les véritables freins et les excuses, défend-il. Aux Pays-Bas, où tout le monde se déplace en vélo, il y a 30 kilomètres / heure de vent toute l'année et en plus il fait froid".

L'association a fait condamner à cinq reprises l'ancienne communauté urbaine pour des absences d'espaces réservés à la circulation des vélos. "On gagne une fois, deux fois, cinq fois. Pour les aménagements du boulevard d'Athènes, la collectivité est condamnée en appel. Deux ans plus tard, rien n'a été fait". L'élu à la métropole en charge de la mobilité, Jean-Pierre Serrus souhaite désormais que "les choses se fassent dans la concertation pour éviter les recours".

Des bus avec des racks à vélo

[caption id="attachment_125893" align="alignleft" width="300"] Un petit schéma issu de l'agenda métropolitain des transports[/caption]

"Souvent on me demande si c'est un problème de pistes cyclables, rétorque l'élu. C'est un ensemble, il y a aussi le comportement des automobilistes dont la prise de conscience de la vulnérabilité des cyclistes n'est pas suffisante. Sur le vélo, nous sommes plusieurs acteurs, il y a aussi la région et le département".

À ses yeux, le vélo s'inscrit dans l'intermodalité, et ainsi d'utiliser plusieurs modes de transport consécutivement. "Nous sommes par exemple en train de tester des bus à Salon où on peut accrocher les vélos à l'arrière, illustre le vice-président et maire de la Roque d'Anthéron. Je ne peux pas vous dire aujourd'hui qu'on va généraliser cela sur toutes les lignes". Les bus équipés de racks sur le devant pour les vélos, comme au Canada, ce n'est donc pas tout à fait pour demain.

Voté en décembre dernier, l'agenda de la mobilité est relativement timide sur le sujet. Il se contente de proposer que soit prolongé le système d'aides à l'achat de vélos à assistance électrique. Avec 1000 aides à distribuer en 2017, la collectivité espère convertir "650 000 kilomètres parcourus en voiture". Elle imagine également proposer un service de location longue durée de vélos, "probablement avec un partenaire privé", détaille Jean-Pierre Serrus.

En revanche, les collectivités n'en sont pas à leur premier "plan stratégique" sur le développement du vélo dont les résultats sont très loin des objectifs annoncés. Certains se souviendront sans doute de la carte rêvée des pistes cyclables, présentée en 2014, dans le "schéma directeur des modes doux". La même promesse, ou presque, était déjà faite en 2011. Depuis, les aménagements prévus n'ont pas vu le jour mais les "modes doux" sont devenus "actifs".


Vous devez être vous-même abonné pour écrire un commentaire sur un article réservé aux abonnés.

Ajouter un commentaire

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire