Faut-il être fou pour rouler à vélo à Marseille ?

Chronique
Joël Gombin
3 décembre 2016 9

Chaque mois, Joël Gombin mouline des données et les habille d’une représentation graphique. Ce week-end, il s’intéresse aux accidents de la route à Marseille et vous permet, à l’échelle d’un carrefour ou d’une rue, à côté de chez vous ou sur votre trajet quotidien, de visualiser ceux survenus en 2015.

Faut-il etre fou pour rouler en velo a Marseille ? 1

Il y a eu en 2015 à Marseille, 2409 accidents de la circulation ayant fait au moins une victime nécessitant des soins, répertoriés par les forces de l’ordre. Ils ont impliqué 4129 véhicules et 5191 personnes – quelle que soit la gravité des dommages subis par ces dernières, si elles en ont subi. Au total, 34 personnes ont été tuées, 684 hospitalisées, et 2346 ont subi une blessure légère. À titre de comparaison, la même année à Paris, on comptait 47 morts et 702 victimes hospitalisées.

Côté « bicyclettes », puisque c’est ainsi qu’elles sont recensées, elles n’ont été impliquées que 54 fois, loin derrière les deux-roues motorisés – scooters, motos – dont 1439 ont connus un accident avec victimes corporelles. Surtout sur les 54 cyclistes, 12 ont été hospitalisés, 37 blessés non hospitalisés et 5 totalement indemnes. Des chiffres très loin de ce que l’on pourrait penser sur la dangerosité du vélo… mais en proportion de son usage marginal à Marseille.

Ce week-end, en exclusivité intergalactique pour Marsactu, retrouvez la carte des accidents corporels ayant eu lieu à Marseille en 2015. Vous pouvez zoomer sur votre rue ou votre quartier et cliquer sur chaque point pour voir les véhicules impliqués et le type de blessés. Le fameux cours Lieutaud a par exemple connu 29 accidents l’année dernière. Attention, les accrochages du quotidien à base de tôle froissée ne sont pas comptabilisés.

Loading

Sont matérialisés en rouge les accidents mortels, en jaune ceux où au moins une personne a été hospitalisée et en vert ceux où il n’y a pas eu d’hospitalisation. Vous pouvez filtrer par type en cliquant sur le pictogramme de couches. Vous pouvez aussi changer le « zoom » pour avoir des données plus précises sur une rue en utilisant les flèches +/- en haut à gauche de la carte ou en utilisant la molette de votre souris (ou vos doigts sur tablette ou mobile). En cliquant sur les points, vous aurez plus d’informations.

N’hésitez pas à utiliser les commentaires pour indiquer les points problématiques connus dans votre quartier, les raisons pour lesquelles vous pouvez observer telle ou telle concentration d’accidents, etc.

Loading

En cliquant sur le petit pictogramme de calque en haut à droite de la carte, vous pouvez trier les accidents par type de véhicule concerné. Les points rouges correspondent aux accidents impliquant des voitures, les oranges des deux-roues motorisés, les verts les vélos et les bruns les poids-lourds.

Coulisses

Cette carte a été construite en utilisant les données publiées par l’État. Une partie des accidents (environ 14 %) n’a pu être cartographiée, faute de pouvoir être géolocalisée. À noter qu’il s’agit notamment de la plupart des accidents s’étant déroulés sur les autoroutes, dans les tunnels ou sur le Jarret. Soulignons aussi que cette source de données ne comporte pas les accidents n’ayant pas provoqué de victime corporelle (c’est-à-dire ayant provoqué au moins un blessé).

9
commentaires
Joël Gombin
Politiste, il mange des données au petit-déjeuner. R est son oxygène, le CSV remplit son CV. Sinon, il aime bien contempler le Frioul depuis son balcon.


  1. neomars neomars

    « Il y a eu en 2015 à Marseille, […] 34 personnes ont été tuées, 684 hospitalisées […], la même année à Paris, on comptait 47 morts et 702 victimes hospitalisées. »
    Pour achever votre comparaison, si l’étude porte bien sur le seul territoire communal:
    -Marseille 850 khab
    -Paris 2 200 khab
    On est à 87% de tués et 152% d’hospitalisés en plus …

    Signaler
  2. julijo julijo

    Oui, je crois qu’il faut être un peu givré !
    Pour ce qui me concerne, habitant St Julien les dénivelés de mon quartier me font considérer les cyclistes -rares- comme de grands sportifs très courageux et passablement allumés !
    Mais a priori ce n’est effectivement pas le moyen de transport le plus dangereux et c’est tant mieux.
    Les chiffres sont consternants, la proportion d’accidents mortels à Marseille est nettement plus importante qu’à Paris, si on compare au nombre d’habitants.
    Est ce du à la conduite sportive ou très décontractée (je suis le roi du monde/pas vu pas pris) des automobilistes et motocyclistes…? est ce du au non respect flagrant du code de la route, ou l’oubli au volant du simple bon sens ?? je me garderai d’émettre un avis. Je pense d’ailleurs que c’est un peu tout à la fois.
    Pour ce qui concerne mon propre quartier les endroits d’incidents signalés sont bien des passages parfois difficiles, où les piétons et les autos/motos ont du mal à s’adapter au « vivre ensemble ».
    Les avenues qui traversent le secteur de St Julien, souvent étroites, (courage les vélos !) sont considérées comme des circuits de « délestage » des embouteillages notamment du Jarret, et le flot de véhicules est important.
    Peut on rêver en se disant que la L2 va peut être améliorer la situation ? On va ….
    Merci pour ces infos passionnantes.

    Signaler
  3. barbapapa barbapapa

    Dans une ville, il ne devrait jamais y avoir d’accident de vélo : ils roulent à très petite vitesse pour la plupart, et ils devraient rouler protégés dans de vraies pistes cyclables.
    Propositions (on peut toujours rêver) :
    – maintenant que la L2 est ouverte, le Jarret devrait être pacifié, avec de vrais trottoirs pour les piétons, et de vraies pistes cyclables
    – supprimer les voies cyclables sur les trottoirs des 1er et 2e Prado, transformer leurs contre-allées en voies cyclables avec voitures tolérées…
    – pacifier la Corniche avec 1 voie de circulation avec ralentisseurs dans chaque sens, et y créer des pistes de vélos

    Signaler
  4. Jean Luc Jean Luc

    Merci pour cet article!
    Côté “bicyclettes”, puisque c’est ainsi qu’elles sont recensées, elles n’ont été impliquées que 54 fois, loin derrière les deux-roues motorisés – scooters, motos – dont 1439 ont connus un accident avec victimes corporelles. Surtout sur les 54 cyclistes, 12 ont été hospitalisés, 37 blessés non hospitalisés et 5 totalement indemnes. Des chiffres très loin de ce que l’on pourrait penser sur la dangerosité du vélo… mais en proportion de son usage marginal à Marseille.

    Et…cette proportion baisse considérablement avec l’augmentation du nombre de cycliste, comme le montrent les études d’accidentologie dans les villes où l’usage du vélo est plus développé… c.a.d partout !
    Car, c’est bien le nombre de cyclistes qui les rend visibles (ou pas s’il est faible) donc safe.
    Quand à la gravité des blessures, et donc l’eternelle question de l’obligation du port du casque, voyez ceci, histoire de discuter à partir de données reelles et non pas fantasmées:
    http://www.fub.fr/velo-ville/securite-routiere/casque-dossier-qui-decoiffe
    Comment font les marseillais-es pour se déplacer aussi peu à vélo pour aller au boulot, faire les courses, etc…, alors qu’il fait beau 400 jours par an et qu’il existe des vélos à assistance électriques pour vaincre aisément les cotes?
    Ben…en grande partie, grace à nos élus qui, au plus haut niveau, n’ont aucune volonté de voir se développer son usage car le vélo est étranger à leur schéma mental, à leurs habitudes (humain mais pesant à la longue…). Donc, les aménagement de voirie ne prennent tout simplement pas en compte les cyclistes…Voyez l’article sur le 5ème recours en Tribunal Administratif perdu par l’ex CUMPM, à propos de ce manque.
    http://www.velosenville.org/index.php/amenagement-cyclable
    Ca commence à faire un record national et ca fait vraiment tache !(l’absence d’aménagement, pas les élus)
    Allez…, si vous voulez ressortir votre vélo un peu poussiéreux ou à plat, passez le requinquer au 24 rue Moustier 13001.
    http://www.velosenville.org/index.php/atelier
    bises cyclopédiques

    Signaler
    • Electeur du 8e Electeur du 8e

      Pour comparer les aménagements cyclables disponibles à Marseille, ailleurs en France, et partout en Europe, une carte très parlante : http://www.amenagements-cyclables.fr/fr

      C’est à pleurer : parmi les grandes villes de France, on est vraiment les derniers de la classe. Et l’Europe du Nord n’est pas la seule à faire mieux que la France : c’est le cas de l’Italie du Nord aussi !

      Signaler
  5. Benoit Campion Benoit Campion

    Merci pour cet article,
    Je n’utiliserais pas les commentaires pour indiquer les points problématiques car il y en a tellement qu’il faudrait indiquer presque tous les endroits ! Marseille est tout simplement une honte en matière de politique de déplacement cyclable.

    Malgré cela, je persiste à prendre mon vélo presque tous les jours pour aller bosser, car le gain de temps est énorme (2 à 3 fois plus rapide qu’en transport en commun et en voiture) et le coût incomparable.

    J’ai adopté une règle de survie à vélo : je me considère « invisible ». C’est-à-dire, je part du principe que les voitures et les piétons ne me voient pas. C’est la seule façon de s’attendre à tout : les voitures qui vous grillent la priorité, qui vous doublent en vous frôlant pour finalement s’arrêter 50 mètres plus loin au feu, les motos qui arrivent face à vous sur la piste cyclable, les piétons qui vous regardent à peine et traversent juste devant votre roue…

    Malgré les désagréments, c’est quand même bien de doubler ces interminables files de voitures presque immobiles et leurs chauffeurs blasés !

    Signaler
    • Court-Jus Court-Jus

      Merci, je vélotaffe aussi quotidiennement et presque tout est dit. Je rajouterai que j’évite au maximum les axes à plusieurs files automobiles (type Corderie/Lieutaud/Jarret/Corniche) quand c’est possible car, paradoxalement, c’est dans ces endroits où il y a plus d’espace que les véhicules motorisés ne respectent pas la distance de sécurité en doublant. Mais pour le reste il n’y a que des avantages pour le vélo, à part peut-être l’été les jours de canicule, où il faut prévoir une deuxième tenue une fois arrivé au bureau …

      Signaler
  6. Court-Jus Court-Jus

    Je vois que la Corniche est un sacré point noir, alors qu’il n’y a pas beaucoup de carrefours. Je me demande ce qu’attend la ville pour pacifier cet axe qui devrait être une superbe promenade et un atout touristique et qui ressemble plus aujourd’hui à une portion de circuit automobile. Je sais qu’il y a un projet de réaménagement, mais bien avant cela un ou deux radars/ralentisseurs seraient peut-être salvateurs …

    Signaler
  7. Annju13 Annju13

    Pour aller plus loin des sites commentaires de sportifs proposent pour certains des données sur les déplacements à vélo. Strava par exemple permet même aux personnes de distinguer leurs déplacements pour du domicile/travail. Ils ont déjà fourni (gratuitement) des données pour certaines villes afin d’identifier les lieux et horaires des fréquentations des cyclistes.

    Une piste pour affiner l’analyse des accidents ?

    Signaler

Ajouter un commentaire

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire