Entre guerre de pouvoir et suspicions, Emmaüs Pointe-Rouge fait valser ses présidents

Enquête
le 22 Mar 2021
1

Démissions en cascade, audit interne et tensions persistantes créent un climat délétère au sein de la communauté Emmaüs Pointe-Rouge. Au risque de voir les principes fondateurs de l'Abbé Pierre mis à mal.

La communauté Emmaüs de la Pointe-Rouge a indiqué samedi avoir obtenu un délai dans le paiement de ses déchets. (Photo LC)

La communauté Emmaüs de la Pointe-Rouge a indiqué samedi avoir obtenu un délai dans le paiement de ses déchets. (Photo LC)

“C’est un belle organisation qui traverse un très mauvais moment.” Claude Escoffier, président d’Emmaüs Pointe-Rouge pendant cinq ans puis co-président deux ans jusqu’à l’été dernier résume un fait acquis pour beaucoup: personne n’aime égratigner une entreprise vertueuse où sont hébergées et employées des personnes en grande difficulté, mais cette communauté marseillaise connaît de sérieuses turbulences.

En moins d’un an, la gouvernance bénévole de la communauté a changé plusieurs fois et connu une valse sans précédent des membres de son bureau. Le 25 janvier dernier la co-présidente Marie-Christine Lauriol, la trésorière Catherine Verdet, le secrétaire Philippe Bouchet et le conseiller spécial François-Noël Bernardi démissionnent en bloc. Le co-président Olivier Giraud a jeté l’éponge quelques jours plus tôt. Depuis il ne veut plus s’exprimer. Dans la lettre ouverte qui motive cette décision le bureau se dit “dans l’incapacité de mener à bien la mission qui lui a été confiée le 21 juillet 2020, face au refus de l’équipe responsable de travailler en étroite collaboration et en confiance, dans le respect mutuel, le dialogue et l’échange qui a aujourd’hui atteint son paroxysme avec une rupture de communication totale”.

Trépied bancal

Pour comprendre la situation, il faut s’imaginer un trépied. C’est là que réside l’esprit des communautés d’Emmaüs, dans ces trois pieds sur lesquels elles s’appuient : les amis (bénévoles), les responsables (salariés) et les compagnons (résidents bénéficiaires). Sans l’un de ces trois supports toute communauté boite. Celle de la Pointe-Rouge chancelle. En six mois les tensions n’ont cessé de croître entre les trois salariés du site et l’équipe du bureau, fragilisant l’ensemble.

Les membres du bureau démissionnaires – ou démissionnés, selon les versions – ont adressé une lettre ouverte à Emmaüs France et à l’Association des communautés Emmaüs pour expliquer leur démarche : “Il est apparu très rapidement que les décisions ne nous appartenaient en aucune façon, notre parole n’étant pas prise en compte, et que notre seule fonction consistait à signer des chèques”, écrivent-ils, amers d’avoir été pris pour des fantoches.

Rapport d’audit

Motif principal de la discorde ? Un audit demandé pourtant à l’unanimité par le conseil d’administration au mois de juillet dernier. “Lorsque nous avons été nommés, nous sommes tout de suite arrivés avec cette idée. Il nous semblait normal de réaliser un inventaire”, pose Marie-Christine Lauriol. Confiée à Origa Group, l’étude n’est pas allée à son terme, en raison de ces dissensions internes. Les premières remarques formulées par un rapport intermédiaire sont néanmoins porteuses d’enseignements.

Sur une quinzaine de pages, ce document confidentiel, que Marsactu a pu consulter, détaille sommairement le contenu des entretiens que les auditeurs ont menés avec deux bénévoles, une intervenante sociale rémunérée par Emmaüs Pointe Rouge et les trois responsables du site, employés par l’Association des communautés Emmaüs (ACE), une structure nationale dont les salariés sont mis à disposition des communautés. Le bureau démissionnaire regrette les “nombreuses zones d’ombre” que le rapport met en exergue : “difficulté à récupérer les pièces et factures justifiants certaines dépenses, notamment les factures liées aux achats par les responsables avec leur carte bleue de l’association EPR (Emmaüs Pointe-Rouge); absence de double contrôle sur la plupart des actes de gestion ; manque de clarté sur les rôles propres à chacun ; question de la subordination pas évidente…”

Opacité

“Ce que l’on a découvert c’est que les responsables font ce qu’ils veulent. Ils ont toute latitude et ne rendent de comptes à personne.

Marie-Christine Lauriol, ex-co présidente

“Ce que l’on a découvert c’est que les responsables font ce qu’ils veulent, déplore Marie-Christine Lauriol. Ils ont toute latitude et ne rendent de comptes à personne y compris lorsqu’il s’agit de virer sans ménagement des compagnons en plein confinement…” À ses côtés, François-Noël Bernardi siégeait au bureau comme conseiller spécial – l’homme connaît la musique pour avoir longtemps été trésorier du Secours catholique. Avocat de métier et homme politique (PS), il a un temps présidé la commission d’appel d’offres des marchés publics de la communauté urbaine marseillaise. Il dit avoir été “effaré par une entreprise au fonctionnement très étrange”. Notamment l’organisation du travail opaque pointée par le rapport. Selon François-Noël Bernardi, elle a été signalée, sans réaction de sa part à l’employeur ACE : “En l’absence de planning, on ne sait jamais qui est là, qui n’est pas là, qui travaille ou pas, qui est en congé, qui fait quoi…” 

Dans leur courrier à Emmaüs France et ACE, les ex membres du bureau alertent sur les dysfonctionnements constatés, en particulier l’absence de contrôle dans l’utilisation des cartes bancaires. Un ancien membre du bureau souffle : “Tout cela relève de l’abus de bien social plutôt que de l’enrichissement personnel. Mais c’est quand même important de savoir où passe le fric, non ? ” Le rapport temporaire compare les exploitations des sites voisins de Pointe-Rouge, Saint-Marcel et Cabriès et s’étonne, par exemple, d’un poste “fournitures” qui dans les comptes 2019 dépasse les 37 000 euros à la Pointe-Rouge quand il est de 12 000 et 10 000 euros environ dans les autres communautés. Les auditeurs suggèrent : “Il y aurait lieu d’examiner le détail de ce compte.”

“Militants” vs “notables”

Ils pensaient en chefs d’entreprise, avec des idées préconçues. Et ça, avec une communauté ça ne marche pas !

Kamel Fassatoui, directeur d’Emmaüs Pointe-Rouge

Devant la charge virulente, Kamel Fassatoui, le directeur d’Emmaüs Pointe rouge minimise. La guéguerre entre les bénévoles du bureau et les responsables tient, dit-il, de la tempête dans un verre d’eau. “Le nœud du problème c’est la lutte de pouvoir, d’égos, cadre le responsable, en poste à la communauté de la Pointe-Rouge depuis 18 ans. Ils [le nouveau bureau, ndlr] pensaient qu’ils avaient une mission ­: celle de faire un grand nettoyage. Ils pensaient en chefs d’entreprise, avec des idées préconçues. Et ça, avec une communauté ça ne marche pas !” 

Kamel Fassatoui oppose les salariés “qui gèrent tout” aux présidents, “qui sont là pour faire de la représentation auprès des partenaires” ; les “militants” comme lui, aux “notables qui trouvent en Emmaüs une super asso pour briller”. Or, affirme-t-il, ce partage du pouvoir ne fonctionne pas. “La réalité c’est que les bénévoles ne comprennent rien. Quand vous ne comprenez rien à rien, vous suspectez des magouilles, vous suspectez que les responsables abusent…”, s’agace celui qui est pourtant allé chercher le duo Marie-Christine Lauriol-Olivier Giraud, après avoir mis en minorité la précédente présidence de Claude Escoffier et Fathi Bouaroua en juin 2020.

(Photo : LC)

Chiffres erronés

Quant à cet audit temporaire, le responsable ne veut pas en entendre parler. “D’abord, le résultat n’est pas conforme au cahier des charges. Nous on voulait un audit des comptes et certains chiffres sont faux. Et puis c’est un audit à charge effectué par une entreprise proche de Giraud. J’ai passé deux heures dans un bureau à être questionné comme au commissariat”, fustige le responsable qui s’énerve aussi de la fuite de ce document confidentiel. Il en balaye les arguments un à un.

La voiture ? La belle affaire répond-il : “Je devrais la rendre le week-end, je ne la rends pas. Mais je m’en fous de cette bagnole-là ! J’en ai une autre ! On a un chiffre d’affaires d’1,8 million d’euros annuels, c’est vraiment ça le problème­ ?” Sur les dépenses non justifiées ? Il rétorque : “Le gars, il veut du thé ou des produits à la pharmacie, je vais les lui acheter. La prise en charge du compagnon est globale. Donc oui, on fait des dépenses. Mais avec la carte bleue il y a des traces. Et je n’ai pas la signature sur les chèques de toute façon.”

Vengeance

Monique Marin, la nouvelle trésorière, installée par le conseil d’administration qui a acté le départ du précédent bureau dit ne constater “aucun dysfonctionnement” depuis son arrivée, il y a deux mois. Elle utilise les mêmes éléments de langage que Kamel Fassatoui sur “un audit à charge” qui tient, selon elle, de “la vengeance”. Les comptes de l’association ont, en tout cas, été certifiés par le commissaire au compte.

Contactée par Marsactu, la direction générale d’Emmaüs France répond par mail qu’elle n’a “pas l’habitude de donner un avis dans la presse sur les éventuelles tensions dans les gouvernances internes”. Mais précise, par la voix de Jean-François Maruszyczak son directeur général : “Pour Pointe-Rouge, nous accompagnons cette communauté Emmaüs pour que les relations entre les acteurs soient plus apaisées, nous allons aux instances et nous sommes en lien constant avec eux.” Un comité de pilotage est prévu, “mais il vont rebâtir sur des ruines”, s’insurge un démissionnaire.

Conseils d’administration pipés

Pris entre les deux parties, les compagnons ont voix au chapitre en conseil d’administration, mais se positionnent rarement.

Ces tensions entre le pied “salarié” et le pied “bénévole” du trépied ne datent pas d’hier, dans cette communauté. Il y a dix ans, le 29 septembre 2011, lorsqu’il explique dans une courte lettre qu’il renonce à se représenter à la présidence de la communauté, Gérard Genaud écrit : “Je dois affirmer que je ne suis plus en mesure de faire confiance à l’équipe de responsables”. Il laisse entendre, en outre, qu’il ne peut se représenter en raison d’un CA manipulé par l’équipe de responsables. Si les salariés y siègent sans avoir de suffrage, des représentants des compagnons, eux, y votent. Au fil des années, ce reproche d’une instance aux dés pipés est récurrent. “Le CA est façonné à la botte de Kamel, reprend Claude Escoffier. Comme ça personne ne l’emmerde…”

Dans leur lettre, les bénévoles démissionnaires insistent sur “la manipulation des compagnons dont Kamel Fassatoui est capable. Avantages accordés à certains, menaces voilées pour d’autres. (…) À chaque prise de position de ce responsable, nous constatons que, subtilement, il se sert de certains compagnons comme prétexte et arguments pour imposer ses vues.” À l’inverse Kamel Fassatoui se pose en homme “du lien avec les compagnons”, quand les bénévoles “ne les côtoient pas”.

Compagnons silencieux

Entre le marteau et l’enclume, les compagnons – ils sont 72 à vivre et travailler dans cette communauté- ne pipent mot. Ceux que Marsactu a interrogés répondent invariablement : “Ça ne nous regarde pas, on ne se mêle pas de ça.” Un silence révélateur d’un climat malsain, aux yeux de certains bénévoles. Karine Bonjour a distribué pendant 5 ans les petits-dejs au camion d’Emmaüs garé aux Réformés. Le 24 novembre dans une longue lettre, elle explique qu’elle jette l’éponge : “Je suis partie car je trouvais que la gestion de l’équipe de salariés créait une situation qui dégrade les compagnons”, dit-elle. “Ils sont infantilisés, manipulés, rabougris… Où est la dignité du compagnon quand au fond ce qu’on lui dit c’est : tu as un toit, de quoi t’acheter tes clopes, alors ferme-la!”

Marie-Christine Lauriol ne dit pas autre chose quand elle évoque “des compagnons marchandises” réduits à “l’état d’asservissement.” Loin, si loin, de l’esprit de l’Abbé Pierre qui prônait que la personne en situation d’exclusion devienne actrice de sa vie, en passant du rôle d’aidé, à celui d’aidant.

Article en accès libre

Soutenez Marsactu en vous abonnant

OFFRE DÉCOUVERTE – 1€ LE PREMIER MOIS

Si vous avez déjà un compte, identifiez-vous.

+++

Commentaires

L’abonnement au journal vous permet de rejoindre la communauté Marsactu : créez votre blog, commentez, échanger avec les autres lecteurs. Découvrez nos offres ou connectez-vous si vous êtes déjà abonné.

  1. jean-marie MEMIN jean-marie MEMIN

    Et pendant ce temps les élus qui se foutent du social ou des précaires se frottent les mains…
    Plus sérieusement, l’audit est une bonne idée mais à sa tête il conviendrait d’une ”tête” indubitable qui forcerait le respect à tout ceux qui veulent tirer quelques avantages de cette misère humaine.
    Par ailleurs pourquoi dans cette structure qui aide les plus précaires, ceux ci n’ont pas la parole alors que c’est pour eux que tout ce beau monde grouille et grenouille…
    C’est pas demain que les Associations vont venir en aide aux plus pauvres. Mais j’en connais qui fonctionnent plutôt bien et elles bénéficient de fond d’État donc sont soumises à des audits comptables et de personnel permanents. Bien entendu je n’inclus pas le Samu Sociale de la Ville qui a eut qq problèmes récemment.

    Signaler

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire