Duel de repreneur pour sceller le destin d’Alteo Gardanne

Décryptage
le 8 Déc 2020
1

Ce mardi le tribunal de commerce de Marseille examine les deux seules offres de reprises de l'usine d'alumine de Gardanne qui ont été maintenues. Au terme d'une procédure de redressement judiciaire d'un an, il devra prendre une décision dans un dossier aux forts enjeux économiques et environnementaux concernant un site industriel célèbre par ses "boues rouges".

crédit : LC

crédit : LC

L'enjeu

L'offre de reprise d'UMS veut arrêter le traitement du minerai de bauxite dit "amont". L'autre offre baptisée Alto souhaite conserver l'ensemble de l'usine.

Le contexte

Sans "l'amont", le problème des "boues rouges" serait reporté en Guinée mais une centaine d'emplois devrait être supprimée. Préfet et région s'y opposent au nom d'un impératif de souveraineté.

Ils ne sont plus que deux repreneurs en lice. Ce mardi, le tribunal de commerce de Marseille examine les offres de reprise de l’usine d’alumine d’Alteo avant de trancher en faveur d’un industriel plutôt qu’un autre. Implanté depuis 1894 à Gardanne, le site est en redressement judiciaire depuis un an et en recherche de repreneur […]

Contenu réservé aux abonnés au journal

Offre découverte 1 € le premier mois puis 6,99 €/mois JE M'ABONNE

Si vous avez déjà un compte, identifiez-vous

Commentaires

L’abonnement au journal vous permet de rejoindre la communauté Marsactu : créez votre blog, commentez, échanger avec les autres lecteurs. Découvrez nos offres ou connectez-vous si vous êtes déjà abonné.

  1. Jacques89 Jacques89

    « impératif de souveraineté » : naïveté ou nouvelle esbroufe pour nous faire croire que les entreprises ont les mains libres pour choisir leur destin ? Si on devait faire la liste des fleurons nationaux passés aux fonds de pensions domiciliés dans les paradis fiscaux après avoir englouti des milliards, Muselier serait la énième marionnette à ouvrir le chéquier.
    Quant à la pollution en mer, au regard des constats de rejets « sournois » qui se pratiquent régulièrement en sortie de stations d’épuration du littoral (avec la bénédiction du Préfet), on se demande bien qui va aller vérifier la composition des effluents en profondeur : Ballesta ?
    Sur le papier, tout est magique. Dans la réalité, il n’y a plus personne pour contrôler (Lubrizol en fait la démonstration). Les élus de PACA n’ont pas fini de vouloir nous faire avaler des couleuvres.

    Signaler

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire