Des ralliés à Macron aux derniers LR, la droite locale prépare sa rentrée

Enquête
le 3 Août 2022
11

Alors que les législatives ont achevé de fracturer la droite locale, Lionel Royer-Perreaut, Martine Vassal ou encore Renaud Muselier tentent d'accroître leur influence. En ligne de mire déjà, les municipales de 2026.

Martine Vassal et Lionel Royer-Perreaut en juin 2021. Photo Emilio Guzman.

Martine Vassal et Lionel Royer-Perreaut en juin 2021. Photo Emilio Guzman.

C’est dans la touffeur d’un soir d’été, au cœur d’un parc et au son des cigales que la droite locale commence à régler ses comptes. Avec la relative confidentialité de la mairie des 9e et 10e arrondissements pour décor, les convertis au macronisme et les fidèles de LR se livrent bataille les mâchoires serrées. Le […]

Cet article est réservé aux abonnés au journal

Vous seul garantissez notre indépendance Offres d'abonnement à partir de 1€ Poursuivez votre lecture et rejoignez la communauté JE M'ABONNE

Si vous avez déjà un compte, identifiez-vous

Commentaires

L’abonnement au journal vous permet de rejoindre la communauté Marsactu : créez votre blog, commentez, échanger avec les autres lecteurs. Découvrez nos offres ou connectez-vous si vous êtes déjà abonné.

  1. Brallaisse Brallaisse

    Et voilà le cirque Pinder est de retour !
    Les municipales 2026 en ligne de mire de tous les “nullimunicipaliteurs” de la droite locale qui vont ne rien fiche de leurs mandats pendant,4 ans sauf a prendre les sous et ce qu’il va avec et depenser nos impôts pour se payer leurs campagnes électorales.Allons nous voir prochainement la tête de Vassal sur des boîtes à pizzas ou bien des couscoussieres ,cela changerait des sacs a pains
    On reprend les mêmes et on recommence,il manque quand même Maurice du Nocera dans la liste, mais Bruno Gilles est encore là,pauvre de nous..Le petit musée des horreurs est donc au complet.
    Avec cette équipe l’avenir de notre ville peut d’ores et déjà se conjuguer au passé.
    Avec les 25 années de gaudinisme nous pourrons éventuellement en rajouter 5 de plus au crédit du retard marseillais.
    Je viens de relire votre acticle et à la lecture des prénoms de Martine, Valérie ou Lionel je commence déjà à me gratter.

    Signaler
  2. Tarama Tarama

    Nouveau monde, vieilles lanternes.

    Signaler
  3. jasmin jasmin

    C’est une grande ville donc beaucoup d’élus. Le sud riche est à droite et pousse contre le nord pauvre à gauche. Que la droite ait 50 facettes (comme la gauche d’ailleurs), ce n’est peut être pas important. Qu’elle se recompose après les alliances macroniennes, ça se comprend aussi. Ces gens entrent en politique pour servir, et rapidement pour se servir. Ils veulent perpétuer leurs revenus et promotions.

    Quel dommage que nos ressources ne soient pas dans des instances apolitiques. Peut être alors le plan du grand Marseille verrait alors le jour, les poubelles seraient ramassées, la ville deviendrait propre, les emplois propres s’installeraient, les enfants auraient tous accès à une education méritée dans la joie, l’incivilité diminuerait, on aurait moins peur de vivre et se déplacer à Marseille sans avoir ses biens arrachés ou cambriolés. Parce que franchement l’image de ces batailles de clochers fait vomir la ville.

    Signaler
    • MarsKaa MarsKaa

      Un brin dépassé le clivage “Le sud riche est à droite / contre le nord pauvre à gauche”… au sud il y a des gens qui votent à gauche, même des “riches”, et au Nord il y a des gens , même pauvres, nombreux, qui votent à droite, et extrême-droite…

      Signaler
  4. PromeneurIndigné PromeneurIndigné

    Rien d’autre qu’ un panier de favouilles. Mais dire ça, c’est incontestablement faire injure à ces petits crabes, qui sont si bons … à déguster , en soupe ,autour du feu l’hiver ,quand le mistral souffle.

    Signaler
  5. mada mada

    Qu’ils partent tous ces versaillais.

    Signaler
  6. MarsKaa MarsKaa

    La droite marseillaise et ses magouilles avec un seul et même but : avoir le pouvoir (et l’argent) pour soi et ses copains.
    Les citoyens, les habitants, le bien commun, ils s’en tapent.
    Ne compte que leur micro monde.

    On a déjà donné, on n’en veut plus, quelle que soit l’étiquette RPR, UDF, UMP, LR, LREM, “Renaissance”, “Provence unie”, “Cap machin nos territoires”…. toujours les mêmes, dont on n’oublie pas les casseroles, et l’inaction, sur les enjeux essentiels du territoire. On en subit tous les jours les conséquences, même après leur éviction de la municipalité marseillaise. Ya basta !

    Signaler
  7. Patafanari Patafanari

    Des ralliés à Macron . Des maillons à raclée.

    Signaler
  8. Lecteur Electeur Lecteur Electeur

    Tous ces gens-là (L.R-P., Vassal, Muselier, Réault, Caradec, etc) ainsi ont bien pour objectif d’être élus et réélus et ils savent qu’ils ne peuvent l’être qu’à condition de faire en sorte que les plus riches en France et dans la région s’enrichissent toujours davantage au détriment de ceux qui travaillent et des précaires.

    En effet, ce ne sont pas les électeurs qui font les élections mais les groupes de presse et de télévision financés justement par les ultra-riches * et à leur service exclusif au-delà de toute les apparences de soi- disant objectivité et neutralité. La publicité est aussi un formidable instrument de décervelage.
    Tous ces gens-là ont aussi favorisé, à un moment ou à un autre, la réélection de Macron qui pour préserver son pouvoir a aussi fait élire le plus grand nombre possible de députés RN : Macron – RN, même combat ! LR -RN même combat également.

    Alors il ne faut pas se faire d’illusions ; Marseille en grand ne sera pas pour là pour favoriser la lutte contre le réchauffement climatique, la propreté de la ville, la rénovation des écoles, le développement véritable et la gratuité des transports publics, la construction d’équipements culturels et de véritables piscines, la végétalisation de la ville avec des couloirs d’ombre et l’installation de fontaines publiques et installations aquatiques.

    * Sur la presse et les TV : “Ces propriétaires n’ont cependant pas besoin de posséder une majorité d’actions au sein des groupes pour exercer leur pouvoir. Ainsi, grâce à des montages financiers complexes, Vincent Bolloré contrôle Vivendi avec 20 % des actions, Arnaud Lagardère contrôle Lagardère SCA avec 8 %, etc.” ( https://www.monde-diplomatique.fr/cartes/PPA )

    Signaler
    • Brallaisse Brallaisse

      Et alors ?

      Signaler
  9. Electeur du 8e Electeur du 8e

    Des “micro-partis” locaux, une vieille recette utilisée, avec le succès qu’on sait, par Jean-Nono et sa “Farce du 13” au moment où il a senti qu’il perdait la main (et le chéquier).

    Mais un Jean-Nono, un Lionel, une Vassal et un Moraine restent un Jean-Nono, un Lionel, une Vassal et un Moraine, quelle que soit l’étiquette ou la couleur sous lesquelles ils se vendent.

    Signaler

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire