Marseille capitale des sports… mais lesquels ?

Chronique
Joël Gombin
25 juin 2016 3

Ville hôte de l’Euro de football, Marseille commence déjà à penser à son statut de capitale européenne du sport 2017, quatre ans après celui de capitale européenne de la culture. Ainsi, notre ville sera sous les projecteurs (dans la limite de la visibilité qu’offre ce label non officiel), et tâchera de mettre en valeur les sports. Mais, de quels sports au juste Marseille pourrait-elle bien être la capitale ?

Le football est bien sûr le premier à venir en tête. C’est sans doute vrai au niveau de l’élite : l’Olympique de Marseille est évidemment intimement lié à l’identité de la ville, comme l’ont montré jadis Christian Bromberger et naguère Ludovic Lestrelin. Pourtant, comme l’avait déjà montré @matamix dans un article chez nos confrères de Slate.fr, la pratique amateur du football est assez faible à Marseille, comme dans le sud-est de la France en général. Certes, c’est en football qu’il y a, à Marseille comme au plan national, le plus de licenciés amateurs, mais cela ne représente que 1,8 % de la population marseillaise. Marseille est même dans le quart des communes qui comptent le moins de licenciés de football.

De manière générale, d’ailleurs, Marseille n’est pas véritablement une ville sportive. Si on cumule toutes les licences sportives délivrées par des fédérations pour lesquelles le ministère des sports diffuse des données (ce qui ne concerne malheureusement pas toutes les fédés : ainsi, on n’a pas les chiffres de celle de rugby), Marseille est dans le dernier tiers. Plus précisément, seulement 35 % des communes comptent moins de licenciés que Marseille.

Il y a pourtant des sports pour lesquels la pratique amateur est importante à Marseille. La voile rassemble plus de 7000 licenciés, les pêcheurs en mer (fédération dont le siège est d’ailleurs situé à Marseille) sont 1149. Derrière ces deux sports liés à sa situation géographique on trouve… le golf. Derrière, même si on trouve certains sports locaux (la pétanque et le jeu provençal) ou de nouveau liés à la mer (sauvetage et secourisme, sports sous-marins, aviron, joutes et sauvetage nautique, natation) autour de la pratique médiane des communes françaises, toutes les autres sont fortement sous-représentées. Il faut préciser que notre analyse laisse de côté les fédérations multisports (Union nationale des clubs universitaires, Fédération sportive des ASPTT, FF du sport universitaire), plus représentées dans les grandes villes mais pour lesquelles nous ne disposons pas de données détaillées sur les disciplines pratiquées.

Marseille n’est décidément pas une grande ville de pratique sportive – même s’il faut nuancer en rappelant qu’on ne s’intéresse ici qu’à la pratique en club : point besoin d’être licencié pour faire un footing sur la corniche, faire une randonnée à Marseilleveyre ou aller nager dans les calanques.

graphique-sports-marseille

Représentation relative de chaque fédération sportive à Marseille par rapport aux autres communes françaises. Le chiffre indiqué est le percentile : ainsi, 82 % des communes françaises comptent une proportion moins élevée de licenciés de voile que Marseille ; 98 % des communes comptent une proportion plus élevée de licenciés de cyclotourisme que Marseille.

Maintenant, mesdames et messieurs les politiques, à vous de faire de Marseille 2017 la grande fête du sport populaire que les Marseillais espèrent, en plaçant la pratique sportive de toutes et tous, et pas seulement le business, au cœur de votre projet…

Comme d’habitude, le code et les données de cette chronique sont disponibles sur github.

3
commentaires
Joël Gombin
Politiste, il mange des données au petit-déjeuner. R est son oxygène, le CSV remplit son CV. Sinon, il aime bien contempler le Frioul depuis son balcon.


Commentaires

Abonnez-vous pour voir les commentaires.

  1. Electeur du 8e

    « La pratique sportive au coeur du projet » ? Très bien, mais où sont les équipements sportifs ? Combien d’euros ont été investis pour réhabiliter ceux qui existent depuis que le « label » de capitale du sport a été attribué à Marseille ?

    Pour l’heure, il me semble que Marseille est surtout la capitale des enfants qui ne savent ni nager, ni faire du vélo… Mais l’inénarrable Miron nous dira certainement que c’est entièrement de leur faute.

    Signaler
  2. barbapapa

    Effectivement, ces chiffres démontrent une pratique du sport sous-développée à Marseille,on le devine à la quasi inexistence d’équipements.
    Si on regarde mieux les chiffres, il serait intéressant de comparer les pratiques liées à la mer avec d’autres villes littorales, il y a fort à parier que Marseille serait en queue de peloton (il n’y a aucun intérêt à comparer la pratique de la chasse sous-marine à Marseille et à Strasbourg…)
    Et si l’on regarde aussi d’autres chiffres, là où Marseille n’est pas trop mal classée, c’est pour les activités liées à la violence et à la beaufitude : boxe, judo, karaté, tir, taekwondo

    Signaler
  3. MarsKaa

    Interessant…mais frustrant ! cet article permet de découvrir les percentiles (non, ce ne sont pas des fleurs !), mais , sur ce sujet épineux du sport à Marseille, on aimerait d’autres chiffres pour compléter l’approche ! parce que ces données là sont difficile à manipuler (au sens propre, à utiliser), à comprendre, quand même…
    Mais où sont tous ces licenciés de la FF de Golf ?? et de la FF de secourisme ??
    Et le resultat pour le foot est surprenant ! de quoi remettre les idées en place, ou en tout cas, à remuer les idées reçues.. mais c’est compliqué (ils ne sont pas plus nombreux, moins nombreux, il s’agit de proportions..et de comparaison avec d’autres communes..ouch, pas simple à placer dans une discussion !)

    Signaler

Ajouter un commentaire

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire