Centre commercial mort né, Bleu Capelette se réincarne en quartier de ville

Actualité
le 6 Déc 2018
14

Bleu Capelette n'est plus le nom d'un centre commercial mais celui d'un nouveau quartier de ville qui doit naître à côté du palais de la glace et de la glisse. Le projet prévoit des logements, des commerces, un cinéma et un hôtel.

Ce n’est pas encore un acte de renaissance, comme une première pierre avec élus, écharpes et sourires posés, mais cela y ressemble tout de même, tant le projet paraissait tanqué. Souvenez-vous, Bleu Capelette, dernier rejeton des grands commerciaux de la ville, en lice avec les Terrasses du port et celui du Prado, finalement échoué dans un terrain vague avant le premier coup de pioche.

Fin 2016, la Ville avait même fait mine de vouloir racheter le terrain acquis par la société Sifer auprès de Marseille Aménagement en 2011, pour contraindre le PDG de cette dernière, Éric Lasery, à faire couler du béton sur les herbes folles (lire notre article). Mais plus question d’un centre commercial supplémentaire alors que le centre-ville doit faire l’objet d’un énième plan de relance de son offre commerciale. Bleu Capelette est désormais un quartier de ville qui doit servir de suture entre le quartier qui lui donne son nom et le boulevard Rabatau. Ni la Ville, ni le promoteur, ni la Soleam n’ont souhaité répondre à nos sollicitations.

Un contrat pour une renaissance

Pourtant ces trois acteurs sont parties liées par une délibération qui sera soumise au vote du prochain conseil municipal, lundi 10 décembre. La Ville et la métropole sont appelés à signer un projet urbain partenarial avec le promoteur, la société civile immobilière Marseille Capelette 10, détenue par Sifer. La société publique locale Soleam étant désignée comme aménageur des éléments cités dans le projet. En l’espèce, il s’agit de faire financer par le promoteur 15 % du coût de construction du futur groupe scolaire de 16 classes, situé au cœur de la Capelette. De la même façon, Sifer prendra à sa charge le coût de réalisation des voies d’accès piétonnes et routières du futur quartier.

La nouvelle école du quartier devrait compter 16 classes.

Il s’agit effectivement d’un nouveau quartier de ville qui va naître sur l’emprise de l’ancien projet. Découpé en deux phases distinctes, il doit compter à la fois du logement, des bureaux et des commerces. « J’ai été contacté il y a quelques mois par le promoteur car j’avais signé pour être présent dans le centre commercial, explique un commerçant du cru. Dès qu’ils auront un permis, purgé de tout recours, ils démarreront les travaux de la première phase au sud du projet en perçant une voie entre le boulevard Rabatau et le boulevard Fernand-Bonnefoy ».

Le plan masse du nouveau projet de Bleu Capelette et l’emprise du projet urbain partenarial. La nouvelle rue François-Arnodin est en bordure sud.

Cette rue François-Arnodin était restée une impasse du fait d’un blocage lié à la présence du local des Ultras. Le groupe de supporters de l’OM occupe un des immeubles du boulevard Rabatau, avec une cour pour peindre bâches et tifos et organiser barbecue et apéros. Le plan du projet annexé à la délibération présente une place arborée sur l’emplacement de l’actuel local bleu et blanc. Nous n’avons pas pu confirmer auprès de la Ville ou du groupe de supporteurs l’issue positive de la démarche d’expropriation.

La première phase du projet devrait naître le long de cette nouvelle rue avec une moyenne surface, des commerces de proximité (3500 m2), une résidence pour les personnes âgées (4500 m2), des locaux d’activités tertiaires (1000 m2) et des logements (13 000 m2). Ces immeubles de 8 étages en moyenne feraient face à ceux déjà construits dans une première phase de la zone d’aménagement concertée de la Capelette.

Une deuxième phase du projet doit s’inscrire plus au Nord de la parcelle, à proximité de l’autoroute A50. Cette partie doit comporter ce qui reste du projet initial de Bleu Capelette avec un cinéma multiplexe. Nous n’avons pas pu confirmer si Didier Tarizzo, le propriétaire des 3 Palmes à la Valentine était toujours dans l’aventure.

Un cinéma, un hôtel ou des bureaux

« À ma connaissance, il était question de réaliser un hôtel de douze étages, à côté de la passerelle de l’autoroute », indique un autre investisseur approché par le promoteur. Ce projet hôtelier comme le cinéma figurent en toutes lettres dans la description soumise à la curiosité des conseillers municipaux. Elle ne serait encore qu’une hypothèse, indiquent plusieurs sources concordantes. Le projet présenté en conseil municipal ne décrit pas par le menu la nature des logements proposés sur le site. « Mais au moins 30 % sont des logements sociaux, ce qui permet au promoteur de démarrer les travaux au plus vite, une fois le permis purgé », reprend notre investisseur. Ces logements sociaux seraient installés dans les immeubles qui jouxtent le palais omnisport Marseille grand est, l’autre nom de la patinoire.

Le nouveau quartier Bleu Capelette doit offrir 1200 places de parkings en souterrain qui bénéficieront aussi aux usagers de la patinoire, contraints jusqu’ici d’utiliser un parking provisoire en bordure du centre de tri des déchets. C’était là une des raisons d’être du centre commercial qui devait s’adosser au plais de la glace et de la glisse. La galerie n’est plus, la glace est restée.

Article en accès libre

Soutenez Marsactu en vous abonnant

OFFRE DÉCOUVERTE – 1€ LE PREMIER MOIS

Si vous avez déjà un compte, identifiez-vous.

Commentaires

L’abonnement au journal vous permet de rejoindre la communauté Marsactu : créez votre blog, commentez, échanger avec les autres lecteurs. Découvrez nos offres ou connectez-vous si vous êtes déjà abonné.

  1. 9zéros 9zéros

    L’école elle est où, on n’en parle pas?
    Prévue près de l’autoroute au nord, près de la decheterrie au sud ou au centre du projet ou pas du tout?

    Signaler
  2. 9zéros 9zéros

    ok y’avais pas tout vu mais l’école est bien dessinée, par-contre un parc aurait-été une belle initiative au lieu de constructions et du béton…

    Signaler
  3. kukulkan kukulkan

    Très bonne nouvelle d’y réaliser du logement plutôt que des commerces! Pour la santé du centre-ville ! Et on ne construit pas assez de logements à Marseille, quand on compare à Lyon Toulouse ou Bordeaux par exemple… Par contre le promoteur va se gaver car construire du logement est beaucoup plus rentable que du commerce/loisir. Donc j’ai une question, comment la ville va-t-elle s’assurer que le promoteur ne fasse pas 20% de marge ? La vente avait sûrement eu lieu pour un programme donné : le programme change, le prix doit changer aussi! Il faut qu’ils récupèrent de l’argent, et autrement que la participation pour l’école!

    Signaler
  4. LN LN

    Tout ca entre autoroute et déchetterie…. Si on élargit un peu le zoom de la photo, on peut voir que ce quartier est totalement saturé en immeubles neufs sans aucune forme de vie hormis le petit bout de Capellette qui reste commerçant, vivant et populaire.
    Donc, cette rare vie de quartier va disparaître avec les commerces promis, les habitants vont s’empiler les uns sur les autres, et les enfants vont étouffer au milieu de tout ca. Quant à la maison de retraite, il y en a déjà une qui jouxte une série de locaux vides qui depuis 10 ans n’ont jamais trouvé preneurs sur le bd Bonnefoy.
    Alors, oui un grand parc aurait été le bien venu dans ce coin qui croise autoroutes, bretelles et auto-ponts sur fond béton

    Signaler
    • LN LN

      @Reuze : dites-moi là, vous avez oublié de rajouter LOL ou MDR ou bien je n’ai plus du tout le sens de l’humour ?

      Signaler
    • Reuze Reuze

      @LN: je préférerais… à moins que je ne me sois trompé de parcelle?

      Signaler
    • Reuze Reuze

      Pourquoi avoir une réelle politique d’aménagement ou un plan de développement quand on peut construire ici et là au gré des opportunités foncières?

      Signaler
    • Electeur du 8e Electeur du 8e

      @Reuze. C’est exactement la remarque que le commissaire-enquêteur a faite dans son rapport (négatif) sur le projet de méga-hôpital privé dans le 12ème, dont la localisation ne résultait d’aucune autre analyse que « chouette, j’ai un terrain ici, et si j’y posais un hôpital ? »

      Marseille, c’est un Monopoly géant en réalité, mais les joueurs sont tous gagnants, alors que les habitants sont presque tous perdants.

      Signaler
  5. Tarama Tarama

    J’aurais lu quelqu’un disant « on ne construit pas assez de logements à Marseille ».

    Mouarf.

    Signaler
    • kukulkan kukulkan

      Effectivement. Savez-vous ce que veulent dire décohabitation et desserrement des ménages?
      Il faut toujours plus de logements pour loger le même nombre de personnes. Rien que pour conserver une population stable il faut construire 3 000 logements par an à Marseille. Pour avoir une croissance qui n’est pas ridicule il en faut le double, or nous n’y sommes que rarement. Toulouse, Nantes, Lyon, Bordeaux… ont toutes des croissances démographiques (et du coup aussi éconnomiques etc) bien plus importantes que Marseille!

      Le problème ce n’est pas le fait de construire beaucoup (ce qui est relatif car Marseille est 2,5x plus vaste que Paris), mais de construire bien, dans des quartiers bien aménagés et équipés…

      Signaler
  6. Zumbi Zumbi

    Politique de bouche-trous au lieu d’aménagement urbain. Après au moins deux centres commerciaux de trop on s’est avisé qu’il y aurait un problème- on en avait été alerté dès le départ, mais c’était que du marseillobashingo.
    Au passage, si je peux dire, on s’avise qu’il faut des voies d’accès à un quartier, mais on avait ces dernières années entassé des immeubles d’habitation le long de l’unique petite rue à deux voies qui le traverse : bref on prépare l’engorgement définitif de l’entonnoir.

    Signaler
  7. PromeneurIndigné PromeneurIndigné

    « Pourtant ces trois acteur…. Des comiques ?

    Signaler
  8. Pierre Pierre

    Il est où le métro le plus proche ?
    Ou comment mettre la charrue avant les bœufs …

    Signaler

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire