Yvon Berland présente ses premières têtes de liste entre ouverture et grand écart

Prises
Bref
le 17 Jan 2020
39
Yvon Berland présente les premiers de liste dans quatre secteur dont l'adjointe à la sécurité Caroline Pozmentier.

Yvon Berland présente les premiers de liste dans quatre secteur dont l'adjointe à la sécurité Caroline Pozmentier.

La République en marche a choisi un QG de campagne fidèle à l’image de la start up nation, un lieu de co-working dans le quartier d’Arenc, en pleine transformation. Les premières têtes de liste qui accompagnent Yvon Berland dans la conquête de la ville sont en droite ligne de ce symbole, savant alliage entre les nouvelles têtes et les politiques plus installés. Entrepreneur du digital, Arnaud Devigne portera ces couleurs dans le 1/7. Dans le 4/5, c’est l’influenceur Mathieu Grapeloup, du blog « Marseille à la loupe » qui a été choisi comme tête de liste devant la députée Cathy Racon-Bouzon. L’un et l’autre se positionnent dans une volonté de « rupture » avec  la municipalité actuelle.

Une posture que ne reprend pas à son compte Caroline Pozmentier, adjointe au maire en charge de la sécurité depuis 2008 qui rejoint Yvon Berland, comme tête de liste dans le 6/8. « Si j’avais été en rupture, je serais partie depuis longtemps », estime celle qui défend son bilan dans une délégation qu’elle ne souhaite pas quitter. « Le job, je l’ai fait. J’ai mené une politique volontariste accompagnée par les gouvernements successifs ».

Dans les 11e et 12e arrondissements, c’est l’ancien conseiller municipal apparenté socialiste, déjà candidat aux législatives 2017 dans ce secteur, Pascal Chamassian qui portera les couleurs d’En marche. Derrière lui, proviseur et présidente de la fédération des CIQ du 11e, Myriam Janin se lance pour la première fois en politique à Marseille. Sur cette même liste, l’ancien recteur Jean-Paul de Gaudemar occupera l’une des premières places pour marquer la priorité faite à l’éducation. Les têtes de liste des quatre secteurs restant doivent être annoncées la semaine prochaine, après la réunion de la commission nationale d’investiture.

Commentaires

Vous devez être vous-même abonné pour écrire un commentaire sur un article réservé aux abonnés.

  1. Marble madness Marble madness

    Je suis assez surpris par le ralliement de Mme Pozmentier aux LREM. Après avoir été plus gaudiniste que Gaudin, la voilà qui crache dans la soupe. Quid de Intérêt général ? Celle de l élu.e représentant.e des citoyens ? Les.convictions politiques ? De bien beaux concepts remis au goût du jour en petite électorale. Je trouve ça pathétique ce manque de convictions…

    Signaler
  2. juH juH

    Convictions ? A mon avis ils ont les mêmes que la municipalité Gaudin avec une emballage un peu plus moderne. Quand on voit ce que ça donne au national… Il ne faut pas gratter le vernis. Mais plus personne n’est dupe: LREM c’est la droite encore plus violente que ce qu’on a connu avec Sarko. Ca sera exactement la même chose au niveau local.

    Signaler
    • Félix WEYGAND Félix WEYGAND

      C’est tellement dans l’excès qu’on ne peut même pas argumenter contre ce que vous dites puisque vous n’avancez aucun argument critique. Difficile de répondre à ce qui n’est qu’une émotion sinon à attendre que vous vous remettiez de cette émotion pour présenter un raisonnement…
      S’ils avaient les mêmes que la municipalité Gaudin, ils seraient avec Vassal… croyez vous vraiment qu’elle se serait livrée à ces gesticulations avec Agresti si elle n’avait pas tout essayé pour récupérer le label LREM ?

      Signaler
    • juH juH

      Effectivement, c’est une émotion. Parfois ça a du sens en politique.
      Quand je vois la déconstruction méthodique de la fonction publique et de la sécurité sociale engagée par le gouvernement, je ne me fais pas d’illusions sur les cadeaux au privé qui nous attendent si Berland est élu… Il n’y a qu’à voir le PPP en cours à l’université. Il y a donc un double discours: certains députés LREM se sont prononcés contre le PPP des écoles après avoir (très) longuement hésité. Ils critiquent dans l’opposition et font la même chose au pouvoir.
      Après, que cette vision très libérale existe, pourquoi pas, mais il faut arrêter de tromper les gens.

      Signaler
    • Félix WEYGAND Félix WEYGAND

      juH, pourriez vous dire de quoi vous parlez ?
      De quelle déconstruction de la fonction publique et de la sécurité sociale parlez-vous ?
      Si vous voulez dire qu’il n’est pas la peine d’être fonctionnaire pour exploiter des chemins de fer, des réseaux de télécommunications ou des liaisons maritimes entre la Corse et le continent… je vous ferai remarquer que cela n’a pas attendu LREM pour cesser d’être utile.
      En revanche, je trouve qu’à l’encontre de ce que l’on entend sans arrêt, le pouvoir actuel va plutôt dans le sens d’une réaffirmation du rôle de l’Etat, de la personne et des politiques publiques, contre l’effilochement et l’effacement des pouvoirs publics que l’on connaissait depuis des décennies. Par exemple, le volontarisme en matière de fiscalisation des GAFA, la pression (hélas vaine) pour avoir des politiques publiques européennes (défense, immigration, réfugiés, budget, fiscalité, etc.), la réussite du prélèvement à la source, le retour de l’Etat au coeur des relations sociales du travail là où les partenaires sociaux ne s’en sortent pas tous seuls…
      Quand à Yvon Berland … il est difficile de trouver plus sourcilleux serviteurs du service public (je pense à Berland lui-même, mais également des des personnes comme le recteur Jean-Paul de Gaudemar ou le PDG de l’IRD comme Jean-Paul Moatti, et beaucoup d’autre sur la liste de son comité de soutien qui est publique). Accuser ces ersonnes d’ultra-libéralisme ou de vouloir déconstruire le service public alors qu’elles ont passé leur vie à construire et à promouvoir des politiques publiques… C’est tout simplement (pardonnez-moi) délirant…

      Signaler
    • BerezinaTT BerezinaTT

      Cher Félix, la première partie de votre « argumentaire » vous renvoie directement à votre premier message. Aucun argument critique pour étayer un propos que vous validez comme s’il était un fait, alors que les contre-exemples factuels sont légion. Bel exercice d’auto-disqualification.

      Signaler
    • Félix WEYGAND Félix WEYGAND

      Lorsque je dis qu’il y a des activités qui relevaient hier d’un monopole public et que leur ouverture au marché a cessé sans que cela ait à voir avec le pouvoir actuel ?
      Par exemple la libéralisation des télécoms date de 1996, les opérateurs privés ont couvert le territoire de réseaux et de services que tout le monde utilisent massivement (ici même sur un journal en ligne) alors que les prix se sont effondrés (parfois jusqu’à la gratuité pour le téléphone fixe). Le régulateur public (ARCEP, Autorité de la concurrence, Agence des fréquences, CNIL…), a ces activités sous contrôle sévère pour les empêcher de revenir au monopole ou de sombrer dans l’anarchie « ultra-libérale ».
      En revanche dans ces domaines de nouveaux et dangereux monopoles « de fait » sont apparus qui exigent une action stratégique et concerté de la personne publique pour les contrôler afin de les rendre utile à l’intérêt général (moteur de recherche, cloud computing, géolocalisation, reconnaissance, commerce électronique, etc.), ce à quoi ce gouvernement s’est correctement attelé au niveau national et européen.

      Signaler
    • Regard Neutre Regard Neutre

      Le choix des têtes de liste du candidat Yvon Berland est surprenant.Il pioche, dans la liste de JC. Gaudin,une personnalité qui a été certainement oubliée/rejetée de la liste de Martine Vassal.En effet on lui préfère un général 5 étoiles qui monte au front —communal— pour occuper le poste de responsable de la sécurité et de la quiétude de la ville.Difficile de trouver mieux à Marseille.Alors appelées par ses profondes convictions de militante de droite,on peut en effet comprendre,que Madame Pozmentier rejoigne l’équipe adverse…

      Signaler
    • BerezinaTT BerezinaTT

      Félix, je vous cite, « cela n’a pas attendu LREM pour cesser d’être utile. » Avec parmi les exemples les chemins de fer, dont on connaît trop bien le désastre de la privatisation chez nos voisins anglais, et où la situation à la SNCF n’est que l’aboutissement de directions plus lamentables les unes que les autres, dont celle de votre actuelle ministre des Transports, bien aidées par des gouvernements ayant précipité la dégradation des services par des décisions indignes de gestionnaires compétents.
      Quant à l’exemple des télécoms, parlons-en. Combien va nous coûter le déploiement de la 4G en zone blanche ? Un max de subventions publiques, qui font frétiller les principaux acteurs du marché.
      Quel coût financier et humain pour le déploiement de la 5G ? On trouvera bien d’autres facteurs pour dédouaner cette technologie des conséquences qu’elle risque fortement d’engendrer sur ses utilisateurs…
      Combien nous coûtent chaque année les avantages fiscaux et patronaux de ces acteurs privés ? Un pognon de dingue.
      Combien d’affaires d’entente sur les prix entre eux depuis l’ouverture à la concurrence, faisant sérieusement penser que l’ancien marché monopolistique public est devenu un marché oligopolistique privé subventionné ?
      Et combien de ces acteurs maintiennent leur activité de relation client sur le territoire, en refusant de céder aux sirènes de la délocalisation quitte à dégrader leur niveau d’assistance et leur réactivité à rétablir les services lorsque des défaillances interviennent ?
      Personnellement, j’ai failli finir en procès contre Numéricable puis Free, et je sors d’un mois de décembre complet d’interruption de service internet-TV-téléphone fixe par Bouygues, qui rejetait la faute sur Orange concernant le motif de la panne. Et après deux demi-journées perdues pour des interventions fantômes, et seulement une journée de rétablissement complet de mes services, devinez quoi ? De nouveaux problèmes apparaissent, réguliers pour les uns, permanents pour les autres.
      L’intérêt de la privatisation dans les télécoms, permettez-moi d’en rire car c’est pour moi une fiction.

      Signaler
    • juH juH

      D’autant plus que les « nouveaux » acteurs des télécoms à l’époque ont profité d’infrastructures payées à grands frais par des décennies de service public qui leur on été louées à bas coût. Ca sera pareil pour l’ouverture à la concurrence des chemins de fer. Les acteurs privés ne se concentreront que sur ce qui est rentable. La fin de la péréquation… Privatisons les profits et socialisons les pertes.
      Ils se gaveront sur ce que nous avons déjà payé et sur des statuts de misère pour leurs personnels. Le service public est en totale contradiction avec toute entreprise capitaliste et ces messieurs veulent nous faire croire le contraire. Depuis quand une société privée se préoccupe de l’intérêt commun ? C’est pour cela que niveau national ou niveau local, il n’y aura aucune entente possible entre la gauche et la droite. Tout simplement parceque nos intérêts sont divergents. Il suffit que vous l’admettiez mais cessez svp de faire croire que l’ouverture à la concurrence profite aux usagers et aux salariés. Et que LREM n’est ni de gauche ni de droite.

      Signaler
  3. patrick patrick

    bon je n’attendais rien de berland si ce n’est reproduire à marseille le politique de son patron tatchérien. j’attends que les socialo du cru se rallient en peu chez vassal et beaucoup chez berland. certains ici même commencent à bouger.

    Signaler
  4. Brallaisse Brallaisse

    Chers tous . N’oubliez pas que nous sommes dans une élection locale , et à Marseille de surcroit agrémentée de ses particularités pour être gentil. Alors Reagan, Thatcher ou le Pape …..
    Pour les qualificatifs , pourquoi pas Benito Mussolini concernant Berland tant que nous y sommes?. C’est du n’importe quoi.
    Le choix est très simple: Vassal et sa politique ségrégationniste, la Gauche et d’abord laquelle ?, car difficile de s’y retrouver dans ce melting-pot idéologique . Le RN, non merci. Et puis au diable ces étiquettes, Marseille doit être remise sur les rails avec les gros dossiers que nous connaissons tous : inégalités, éducation, pollution, transport, FO, logement, équipements sportifs, délires dépensiers, fraudes, copinages , etc.
    Cette ville doit être rééquilibrée vers le Nord, sans faire de l’anti Sud. Autrement dit ne pas reproduire les erreurs ,qui n’en sont pas d’ailleurs, car c’était une volonté politique de Gaudin et de son équipe (dont Vassal) de créer ce déséquilibre.
    Il nous faut des gens honnêtes, professionnels et Républicains qui puissent faire le « job ». Berland n’est sûrement pas parfait, mais le fond est là.
    Après nous pourrons parler du sexe des anges, de savoir si Banks à arrêté la tête de Pelé ,mais il y a urgence.

    Signaler
  5. Un électeur du 9 ème Un électeur du 9 ème

    @ Félix WEYGAND

    1. Sur la déconstruction de la fonction publique et de la sécurité sociale :

    Réponse : la contractualisation à l’œuvre dans la fonction publique y compris sur les emplois de direction va mettre fin à l’indépendance de cette fonction publique qui sera aux ordres d’un pouvoir le plus souvent élus avec une faible proportion des électeur inscrits. Cette contractualisation permettra d’aller recruter des agents contractuels dans les sociétés privées avec lesquels seront ensuite passés des marchés le plus souvent truqués

    La déconstruction de la sécurité sociale passe par les exonérations de cotisations patronales qui assèchent le budget de la SS et créent artificiellement un déficit pour le faire payer aux travailleurs et populations déjà modestes. Voir sur internet « Le nouveau paysage des exonérations des cotisations et des contributions »

    2. Sur la réaffirmation du rôle de l’Etat, de la personne et des politiques publiques

    On constate une dérive autoritaire de type bonapartiste, habillage permanent de contre-réformes anti-sociales sous un vocabulaire. La réaffirmation du rôle de l’Etat passe-t-elle par la réduction drastique des libertés publiques et du droit de manifester, l’usage disproportionné d’une police qui a perdu le contrôle d’elle-même et qui mutile, éborgne et tue en attendant d’être au service du FN ? Belle réaffirmation de la personne en effet !

    Par ailleurs le macronisme défigure la notion même de politique publique par une vaste inversion sémantique où l’on utilise des termes pour couvrir des politiques « publiques » qui concrétisent exactement le contraire du vocabulaire utilisé. Exemple : le vocabulaire utilisé dans la loir réduisant les droits des chômeurs loi baptisé « avenir professionnel », titre I « vers une nouvelle société de compétence », titre 2 « une indemnisation du chômage plus universelle et plus juste » etc.

    Enfin on constate que sur certains sujets sensibles les interventions répétées de Felix Weygand (ici 4 interventions sur 7 le 19 janvier 2020 à 09h15, ailleurs 4 ,6 ou 8 interventions (pour les commentaires des articles « Enfin lancé par LREM, Yvon Berland veut se poser en alternative crédible à Vassal » ou article « Le Printemps marseillais désignera son candidat en janvier»)

    Ces interventions répétées constituent une tentative de prise de contrôle par un aspirant macaroniste, ex-ps fils à papa, du fil des commentaires Marsactu qui veut signifier à tous les lecteurs qu’il n’y a point de vérité hors de Macron et de sa marionnette Berland et bien sûr hors de Weygand Félix.

    Signaler
    • Félix WEYGAND Félix WEYGAND

      Même remarque que d’habitude mon pauvre gars ! si tu me connaissais tu n’en dirais pas tant et si tu n’écrivais pas sous pseudo tu serais plus crédible…

      Signaler
    • M M

      @Felix Weygand, je ne vous connais pas. Mais je suis d’accord avec ce que dit électeur du 9ème (sauf sur le « fils à papa »).
      Il répond sur le fond

      Signaler
    • M M

      @Felix Weygand, je ne vous connais pas.
      Mais je suis d’accord avec ce que dit électeur du 9ème (sauf sur le « fils à papa »).
      Il répond sur le fond

      Signaler
    • juH juH

      Super « Un électeur du 9 ème » !
      Tout à fait d’accord avec l’analyse. Même pas besoin de parler du passé de FW. Votre argumentation suffit.

      Signaler
    • patrick patrick

      dès que m weygand se sent attaqué ou contesté il s’énerve et tutoie et pense qu’écrire sous pseudo disqualifie son contradicteur. pas facile d’être et avoir été.

      Signaler
  6. Brallaisse Brallaisse

    9e, je viens de m’arrêter de lire votre texte qui doit être sûrement intéressant, mais quand je lis que Macron va mettre fin à l’indépendance de la fonction publique au début de vôtre texte, là je dis stop. Avant d’écrire ce type de bêtises vous auriez dû vous reporter à l’article 20 de notre constitution,vous auriez économisé votre temps et le mien.

    Signaler
  7. Brallaisse Brallaisse

    Il suffit de de relire l’article 20 de la Constitution:
    « Le Gouvernement détermine et conduit la politique de la Nation.
    Il dispose de l’administration et de la force armée.
    Il est responsable devant le Parlement dans les conditions et suivant les procédures prévues aux articles 49 et 50. »
    Donc par définition l’Administration ( fonction publique) ne peut être indépendante. Ce principe est le même au tant au niveau de l’administration centrale ou non.Après si certains dans cette dernière n’approuvent pas à titre personnel la politique menée par le gouvernement ,c’est autre chose.
    Ce n’est donc pas très complexe , il suffit de se pencher sur le texte de base.

    Signaler
    • M M

      @Brallaisse. Oui…oui…et la délégation de services publics c’est quoi?
      Comment appelle t’on les barbouses qui protègent macron en lieu et place du service de sécurité mis en place par les institutitons républicaines?
      https://www.francetvinfo.fr/politique/emmanuel-macron/agression-d-un-manifestant-par-un-collaborateur-de-l-elysee/affaire-benalla-des-barbouzes-assurent-ils-la-protection-d-emmanuel-macron_2866463.html

      Y.Berland et le reste de LREM reste dans une logique de privatisation de l’Etat en le plaçant en dessous du pouvoir des multinationales via des tribunaux d’arbitrage où siègeraient des « juges » issus de ces multinationales (en matière de défense des intérêts privés face à l’intérêt général on ne peut pas mieux faire!!!!) .
      Grace à des traités de libres échanges comme le TAFTA, le CETA, etc… les multinationales pourront attaquer des Etats si ces derniers défendent l’intérêt général au détriment des intérêts particuliers

      Signaler
    • Un électeur du 9 ème Un électeur du 9 ème

      @Brallaisse
      En fait le principe est double : Indépendance et subordination de l’administration au pouvoir exécutif et s’en tenir à l’énoncé de l’article 20 de la constitution sans tenir compte de l’ensemble législatif en vigueur relève d’une dérive autoritaire bien macronnienne .

      Le principe d’indépendance de l’administration découle du principe d’indépendance des fonctionnaire : «Le principe d’indépendance du fonctionnaire vis-à-vis du pouvoir politique qui conduit à réaffirmer la distinction du grade et de l’emploi, fondement du système dit de « carrière » ( https://www.fonction-publique.gouv.fr/trente-ans-statut-general-des-fonctionnaires-editorial-de-marylise-lebranchu ).

      Pour Jacques Chevallier, l’un des plus éminent professeur de droit public en France, la question s’inscrit dans un développement historique : « un ensemble de réformes ont certes conduit pendant la seconde moitié du XIXe siècle, à soustraire les fonctionnaires à l’exigence d’allégeance politique et à les doter de garanties d’indépendance professionnelle face au pouvoir politique » (voir cairn.info, revue française d’administration publique 2011 page 217.
      On comprend donc parfaitement bien pourquoi Macron veut remplacer les fonctionnaires par des contractuels en particulier dans les postes de direction : il veut des serviteurs, non pas de la République, mais de sa personne et de son parti qui appliquent sa volonté comme dans l’armé ou la police le doigt sur la couture du pantalon.

      De même Gaudin a préféré recruter des fonctionnaires de catégorie C le plus souvent sans aucun concours pour avoir une administration servile. On ne peut qu’ en constater le résultat en terme de fonctionnement des services public et de gestion de la ville.

      Quant au principe général de subordination de l’administration au pouvoir politique il ne peut s’appliquer harmonieusement que quand ce pouvoir politique est vraiment légitime, or la plupart des observateurs s’accordent aujourd’hui pour considérer que dans la crise actuelle il y a un vrai problème de légitimité du pouvoir politique : il est légal compte tenu du fonctionnement de la 5 ème république et de son fonctionnement électoral, mais pas légitime.
      J’ajoute que fort heureusement l’administration s’est parfois affranchie du pouvoir politique sous Pétain en particulier.

      Signaler
    • M M

      Ce débat de privatisation des fonctions régaliennes à déjà eu lieu aux USA avec l’opposition frontale entre leur ministère des armées et l’utilisation des services de Blackwater (aujourd’hui dénommée Academi : https://fr.wikipedia.org/wiki/Academi )

      Le néolibéralisme porté par les intitutions de l’UE (telle que construite aujourd’hui et rejetées en 2005 par réfendum) et soutenue par le PS-LR-UDI-MODEM-EELV-PCF-LFI-RN-LREM (Cf. positionnement lors des précédentes élections du parement européen) est une plaie pour tous les habitants de l’UE et plus largement pour l’ensemble de la population mondiale.

      LREM et affiliés sont les destructeurs de l’intérêt général, de la démocratie (les gilets jaunes éborgnés et les amputés des membres pourront témoigner de la transformation des forces de l’ordre en milice politique de mafieux en col blanc) et les ennemis de la grande majorité des marseillais et de toutes les autres communes de France (sauf certaines communes telles que Neuilly etc…)

      Signaler
  8. Brallaisse Brallaisse

    Votre complément est intéressant, et vous noterez néanmoins que cette décision est politique de la part de Lebranchu, concernant la légitimité, hors mis de Gaulle, aucun président n’a été élu avec 51% au premier tour. Donc le problème ne se pose pas, c’est notre système et je préfère à un système soviétique. Il peut être corrigé sans doute.
    Concernant Petain, j’adore votre parfois

    Signaler
  9. Simon BECHELEN Simon BECHELEN

    Et sinon, au lieu de vous entretuer, ne préférez-vous pas commenter le choix de ces premières têtes de liste?
    Comme le choix de Mathieu Grapeloup en tant que tête de liste du 4/5 qui constitue un beau choix de renouveau non? 🙂
    Bonne soirée à vous.

    Signaler
    • M M

      En fait, la question n’est pas le choix (comme pour les parlementaires LREM) des godillots municipaux LREM, mais de la ligne que suivront ces godillots

      Signaler
    • M M

      Godillots LREM inter-changeables, il en va sans dire

      Signaler
    • juH juH

      Un beau choix ? Pourquoi ? Parcequ’il tient un site internet ? C’est la technique de lrem, on prend des candidats insipides pour mieux les contrôler après.

      Signaler
    • Laurent MALFETTES Laurent MALFETTES

      Je ne connais pas personnellement ce jeune homme, mais j’ai consulté son site et parcouru son compte twitter. Voilà quelqu’un qui aime sa ville, la connaît bien pour l’avoir arpentée et photographiée sous tous les angles, mesure ses propose et désire mettre à profit sa petite notoriété pour s’engager en politique. Même s’il ne le fait pas sous la bannière où j’aimerais le trouver, il a pris publiquement position pour une alliance avec le Printemps Marseillais et affirme haut et fort son désir de rupture avec l’ère Gaudin. On ne peut pas appeler au renouvellement, à l’engagement des jeunes en politique et dénigrer une telle candidature. Il tente sa chance et il a bien raison. Les électeurs choisiront…

      Signaler
  10. M M

    Je crois que la prochaine fois que je vois un.e élu.e ou un.e candidat.e de LREM je lui balance ma chaussure dans la tête voire plus si affinité!

    Comme si les retraites ne suffisait pas, ces connards sont en train de truquer le résultats des élections municiaples!!!!
    La démocratie est morte; si ça continue il va falloir prendre les armes avant qu’ils aient notre peau!
    https://www.youtube.com/watch?v=xGW48as_WIk

    Signaler
    • Pascal L Pascal L

      Et pourquoi votre chaussure et pas l’huile de ricin conne en Italie il y a un siècle ??? Il me semble qu’on est dans un pays ou il y a des élections. Ce qu’une assemblée décide, une suivante peut le défaire. Si vous contester les élections, c’est parce que vous pensez être le seul à avoir raison contre la majorité. Je n’aime pas ceux qui pensent comme cela.

      Signaler
    • M M

      Le gars on lui dit que des connards au pouvoir sont en train de truquer les élections pour qu’à la présentation des résultats on ne prenne en compte que la portion qui leur est favorable et tout ce qu’il trouve d’intelligent à répondre c’est qu’il y a des élections pour nous exprimer!!!!

      De toutes évidences vous n’avez pas vu la vidéo (lien dans mon précédent commentaire) expliquant la circulaire de castaner aux préfets.
      Votre commentaire est hors sujet

      Signaler
  11. Pascal L Pascal L

    M comme Mussolini ?

    Signaler
    • M M

      Quand on a rien à dire sur le fond, on se focalise sur la forme 🙂

      Signaler
  12. Brallaisse Brallaisse

    Alors si c’est sur le net. Melanchon y est aussi, c’est dire.

    Signaler
    • M M

      Il n’y a que les anti-démocrates ou ceux qui parlent sans se documenter qui défendent cette circulaire LREM (je n’ose plus dire ministre de l’intérieur tellement le gouvernement ne se sert de l’Etat que pour les intérêts d’une poignée de LREMistes contre les 82% de la population n’ayant pas voté pour eux!!!)

      ça vous va comme source Public Sénat?
      https://www.publicsenat.fr/article/politique/document-la-circulaire-polemique-de-l-interieur-sur-les-nuances-politiques

      J’espère que nous resterons sur un échange de fond qui nous permettra d’éviter le pipi-caca de bac à sable (mussolini, melenchon, etc…)

      Signaler
  13. Brallaisse Brallaisse

    Dans la série, après anti démocratique, ceux qui, et etc, vous avez oublié celui de connard.Je ne fais que vous citer en rappelant ce dernier qualificatif.
    Vous semblez d’ailleurs avoir quelques competances et disposition dans ce domaine voire une certaine expertise.
    Échanger avec des gens qui veulent prendre les armes en France, non merci. Ne pas être d’accord est une chose vouloir imposer sa façon de penser par la force en est une autre.
    Je me suis documenté sur l’auteure de votre fameuse vidéo, vue dans son intégralité, votre Tatiana est vraiment gratinée. Heureusement qu’elle a quitté son métier d’enseignante.
    Continuez à insulter les gens, continuez à vider votre bile, si cela vous fait du bien, mais vous echangerez seul. En prenant les scripteurs pour des imbéciles en général et votre serviteur en particulier, vous devez avoir un niveau de réflexion très élevé, mais je me dis quand même que si votre source de documentation est fournie par ce type de personne, je fais allusion à Tatiana Ventôse, c’est quand même un peu léger. Alors un conseil, allez chez Ciryl Hanouna directement,là vous aurez du lourd.

    Signaler
    • M M

      Les faits sont têtus.
      ça fait 2 jours que je vous lis et 80% de vos commentaires/interventions n’apportent rien sur le fond. Vous ne faites que mépriser les commentateurs en les infantilisants. Et dès qu’on vous demande d’élever le débat en apportant des éléments factuels permettant de relativiser les positions. Là du coup, vous revenez dans le mépris infantilisant…

      Dire que ceux qui soutiennent ce gouvernement et LREM sont anti-démocratiques est juste et factuel.
      Avec plus de 75% de la population systématiquement opposée à sa politique, l’impunité de ce gouvernement et LREM ne tiennent que grace à la fidélité des forces de l’ordre à nos institutions républicaines. Lorsque cette dernière aura le déclic, tout sera finit pour les mafieux en col blanc

      Se rabattre sur la forme pour cacher la vacuité de ses arguments sur le fond (j’aurais pu rajouter la mauvaise foi, mais j’ai préféré accorder le bénéfice du doute) c’est être intellectuellement à poil. Il n’y a aucune insulte à décrire la réalité

      Parler de Tatiana Ventose sans parler de Public Sénat comme source informative commence à fortement sentir la mauvaise foi.

      Apparemment vous ne comprenez pas la différence qu’il y a entre forme et fond d’un message.
      Focaliser l’attention sur le messager au lieu de débattre du message, c’est comme si je vous montrais la lune du doigt et que vous me parliez du doigt.
      C’est interessant. Mais ça n’est pas le sujet 🙂

      Signaler

Ajouter un commentaire

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire