Une étude pointe le fort taux de cancer de la vessie dans le sud des Bouches-du-Rhône

Inquiétude
Bref
Lisa Castelly
10 Juil 2019 1

Lancé en 2010, l’observatoire des cancers dans le Bouche-du-Rhône, porté par l’Agence régionale de santé et Santé publique France, présentait ce mercredi de premiers résultats. Cherchant à identifier si certains cancers liés à des facteurs environnementaux étaient présents de façon excessive selon les zones géographiques, l’étude s’est focalisée sur l’analyse de trois pathologies : la leucémie aiguë myéloïde, le cancer du rein et le cancer de la vessie. Pour les deux premiers, les résultats ne montrent pas de différence entre le nombre de cas dans le département et la moyenne nationale. En revanche, le taux de cancers de la vessie est davantage préoccupant, révèlent les chercheurs.

« Pour le cancer de la vessie, nous constatons des incidences plus élevées, chez les hommes et chez les femmes dans le département », explique le Dr Laurence Pascal. Un écart jugé « significatif », mais « pas énorme ». Pour les hommes, dans six arrondissements de Marseille, le taux de risque de contracter ce cancer est 50% plus élevé que dans le reste de la France, et de 40% plus élevé dans deux autres arrondissements, ainsi que dans le sud-est du département. Pour les femmes, la différence avec le niveau national est encore plus élevée, avec 80% de risques en plus de contracter la maladie dans neuf arrondissements marseillais et le centre-est du département (les résultats détaillés peuvent être consultés en ligne). En revanche, la zone de l’Étang de Berre ne présente pas de particularité quant à la présence de ces trois cancers.

« Cette première étude étude ne met pas en lien les incidences avec les facteurs environnementaux », précise Laurence Pascal. Le cancer de la vessie est connu pour être notamment lié au tabagisme. Des études complémentaires devraient permettre de documenter les liens avec l’environnement des lieux à fortes incidences, mais aussi d’élargir l’étude à d’autres cancers.


A la une

La Bonne-mère, une basilique au bord de la crise de nerfs
Elle est un symbole de Marseille. Calée sur un ancien fort militaire dont elle tire son nom, elle est censée garder et protéger les...
Au sein de la gauche marseillaise, l’union, mais chacun à son rythme
Un "Mouvement sans précédent". Jeudi matin paraissait dans Libération un appel au "rassemblement inédit" pour les municipales à Marseille. Comme une impression de déjà-vu après...
Au tribunal, le squat Saint-Just tente d’obtenir un nouveau sursis
Est-ce le début de la fin pour le squat du 59 avenue de Saint-Just ? Après plusieurs reports, la première audience en vue de...
Le Cabaret aléatoire et Anaïs Bourdet travaillent ensemble à un monde de la nuit plus sûr
Le 23 juin dernier, la Marseillaise Anaïs Bourdet annonçait mettre fin à un projet qu'elle portait à bout de bras depuis 2012 : son...
Le Rex, l’immeuble d’Istres où le parquet financier cherche « une association de malfaiteurs »
C'est un immeuble moderne, comme les villes en produisent à la pelle, au coin de boulevards passants d'Istres. À une grosse centaine de mètres...
Faute de pouvoir encadrer les sportifs, la Ville démonte des équipements du stade Vallier
La ville de Marseille a une politique sportive paradoxale. D'un côté, elle organise "le tremplin sport" qui donne la possibilité à des enfants d'expérimenter...

Commentaires

Vous devez être vous-même abonné pour écrire un commentaire sur un article réservé aux abonnés.

  1. hyacinthehyacinthe

    l’origine professionnelle du cancer de la vessie est fréquente : Les amines aromatiques avec des cycles de type benzénique ayant un caractère cancérogène (cancers de la vessie) sont utilisées par l’industrie chimique depuis longtemps dans la fabrication de colorants et de colles : la benzidine et ses dérivés, l’auramine sont possiblement cancérogènes vésicaux … : http://www.officiel-prevention.com/protections-collectives-organisation-ergonomie/risque-chimique/detail_dossier_CHSCT.php?rub=38&ssrub=69&dossid=501 ; http://www.officiel-prevention.com/protections-collectives-organisation-ergonomie/risque-chimique/detail_dossier_CHSCT.php?rub=38&ssrub=69&dossid=503 ; Compte tenu de données sur les excès de cancers de la vessie dus aux agents chimiques dangereux contenus dans les encres et solvants, les procédés d’imprimerie ont été classés par le Centre International de Recherche sur le Cancer (CIRC) comme cancérogènes possibles : http://www.officiel-prevention.com/formation/fiches-metier/detail_dossier_CHSCT.php?rub=89&ssrub=206&dossid=400

    Signaler

Ajouter un commentaire

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire