“Une erreur humaine partagée” à l’origine de la pollution dans les Calanques

Responsabilités
Bref
Jean-Marie Leforestier
8 Jan 2019 3

“Une erreur humaine partagée”. C’est ainsi que le ministre des transports tunisiens a expliqué ce lundi la collision du 7 octobre en Méditerranée de deux navires qui a entraîné une fuite d’hydrocarbures s’échouant ensuite sur les plages du Var et les Calanques.

Selon Youssef Ben Romdhane, directeur général du transport maritime au sein du ministère tunisien du commerce, “le capitaine du navire tunisien était occupé à passer des appels téléphoniques privés” tandis que le navire chypriote, victime de la collision, mouillait en plein milieu d’une “autoroute de la mer”.

Source : AFP

A la une

[C’est mon data] Où sont les 22 000 hectares de terres agricoles bétonnées depuis 25 ans ?
Prenez une carte de Marseille. Enlevez quand même un petit bout du massif des calanques. Vous avez une idée de la surface de terres...
Jean-Noël Consalès : “90% du maraîchage de la métropole est consommé à l’extérieur “
Rarement le contenu de nos assiettes a autant servi de miroir à notre civilisation. La qualité de ce qu'on mange, comment et où ces...
La marina fantôme cachée derrière le hangar J1
Derrière le projet du hangar J1, il y a un loup voire, vu le contexte marin, un requin. La métaphore animale est de rigueur...
Romain Capdepon : “Dans les réseaux, on voit d’abord les minots mais sans rien savoir d’eux”
Pour les "Minots" dont parle Romain Capdepon, il y a, au commencement, l'espoir de côtoyer un "destin social acceptable". Le premier livre du chef de rubrique...
BG
Plan d’urbanisme : “Il y a une volonté politique latente d’embourgeoiser le centre-ville”
Depuis ce lundi et jusqu'au 4 mars prochain, la métropole soumet à enquête publique l'un des documents clefs du développement des 18 communes qui...
Christian Burle, un vice-président bétonneur pour gérer l’agriculture à la métropole
Martine Vassal était l'invitée d'honneur des vœux du maire de Peynier. "C'était une évidence de donner à Christian Burle la délégation de l'agriculture", déclame-t-elle. À...

Commentaires

Vous devez être vous-même abonné pour écrire un commentaire sur un article réservé aux abonnés.

  1. barbapapabarbapapa

    “Une erreur humaine partagée” ? Non, Faute inexcusable collective. Même si on passe des appels privés, et qu’on est de veille, on ne les passe pas en soute pendant une heure, et il y a aussi les alarmes radars qui ont du couiner cher pendant des miles, ou être débranchées…

    Signaler
  2. Richard MourenRichard Mouren

    Mille sabords! C’est toujours le capitaine qui est à la barre sur les navires de la CTN ? C’est pas une vie! Ils devraient se mettre en grève, ces pachas……. En plus pas un autre marin à bord pour prendre la barre, c’est un scandale! Et les radars qui disfonctionnent! Et putaingue, qu’est-ce-qu’il faisait ce navire chypriote sur l’eau? En plus y bougeait pas! Et en plus, il était perpendiculaire à leur route, s’il avait été dans le même sens que le roulier, ils se seraient frôlés pour se dire bonjour, ben oui il était 7 heures du matin en octobre. Et en plus à l’arrêt sur une autoroute! oui monsieur, une autoroute de la mer! oui monsieur, genre rail d’Ouessant, un tout petit plus petit…..
    Tout ça, ça montre bien que le porte-conteneurs il a tort, d’ailleurs pendant que le capitaine tunisien il remplissait le constat à l’amiable pour les tôles froissées, son équipage regardait un dessin animé à la télé! C’est pas le signe d’une tranquillité d’esprit, çà? Et la pollution, elle provient bien du porte-conteneurs, non? alors!

    Signaler
  3. TaramaTarama

    Branque était aux commandes du ferry et Quignole à celles du porte-conteneur.

    Signaler

Ajouter un commentaire

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire