“Une erreur humaine partagée” à l’origine de la pollution dans les Calanques

Responsabilités
Bref
Jean-Marie Leforestier
8 Jan 2019 3

“Une erreur humaine partagée”. C’est ainsi que le ministre des transports tunisiens a expliqué ce lundi la collision du 7 octobre en Méditerranée de deux navires qui a entraîné une fuite d’hydrocarbures s’échouant ensuite sur les plages du Var et les Calanques.

Selon Youssef Ben Romdhane, directeur général du transport maritime au sein du ministère tunisien du commerce, “le capitaine du navire tunisien était occupé à passer des appels téléphoniques privés” tandis que le navire chypriote, victime de la collision, mouillait en plein milieu d’une “autoroute de la mer”.

Source : AFP

A la une

Malades de la pollution à Fos : “Les personnes peuvent aussi être expertes de leur corps”
L'équipe du projet de recherche Epseal vient de dévoiler le deuxième volet de son étude. En 2017, ces universitaires franco-américains lancent un pavé dans...
Les États généraux de Marseille oscillent entre contre-pouvoir et stratégie électorale
"Quitte à mettre les pieds dans le plat je vais le dire : je veux qu'il y ait un homme ou une femme issue...
Maryse Joissains : “Les procès, tout ça, cela a été fait pour m’empêcher d’être candidate”
Élue depuis 2001, la maire Les Républicains d’Aix-en-Provence a annoncé à Marsactu son désir de briguer un quatrième mandat. À 76 ans, et malgré...
Trois immeubles menacent ruine et ferment une station de métro jusqu’à nouvel ordre
La place Jules-Guesde vibre de son activité habituelle, ce jeudi matin. Les turfistes cochent les cases autour du kiosque central. Quelques chibanis cherchent l'ombre...
La métropole met la première pierre à sa politique de lutte contre l’habitat indigne
La politique de lutte contre l'habitat indigne concentre les effets de contraste les plus radicaux : la réalité parfaitement abjecte des conditions de vie...
La décharge du Mentaure, où se croisent les intérêts des frères Guérini
C'est le dernier fil qui, selon le procureur de la République de Marseille, relie Jean-Noël Guérini à la première affaire qui porte son nom....

Commentaires

Vous devez être vous-même abonné pour écrire un commentaire sur un article réservé aux abonnés.

  1. barbapapabarbapapa

    “Une erreur humaine partagée” ? Non, Faute inexcusable collective. Même si on passe des appels privés, et qu’on est de veille, on ne les passe pas en soute pendant une heure, et il y a aussi les alarmes radars qui ont du couiner cher pendant des miles, ou être débranchées…

    Signaler
  2. Richard MourenRichard Mouren

    Mille sabords! C’est toujours le capitaine qui est à la barre sur les navires de la CTN ? C’est pas une vie! Ils devraient se mettre en grève, ces pachas……. En plus pas un autre marin à bord pour prendre la barre, c’est un scandale! Et les radars qui disfonctionnent! Et putaingue, qu’est-ce-qu’il faisait ce navire chypriote sur l’eau? En plus y bougeait pas! Et en plus, il était perpendiculaire à leur route, s’il avait été dans le même sens que le roulier, ils se seraient frôlés pour se dire bonjour, ben oui il était 7 heures du matin en octobre. Et en plus à l’arrêt sur une autoroute! oui monsieur, une autoroute de la mer! oui monsieur, genre rail d’Ouessant, un tout petit plus petit…..
    Tout ça, ça montre bien que le porte-conteneurs il a tort, d’ailleurs pendant que le capitaine tunisien il remplissait le constat à l’amiable pour les tôles froissées, son équipage regardait un dessin animé à la télé! C’est pas le signe d’une tranquillité d’esprit, çà? Et la pollution, elle provient bien du porte-conteneurs, non? alors!

    Signaler
  3. TaramaTarama

    Branque était aux commandes du ferry et Quignole à celles du porte-conteneur.

    Signaler

Ajouter un commentaire

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire