« Une erreur humaine partagée » à l’origine de la pollution dans les Calanques

Responsabilités
Bref
Jean-Marie Leforestier
8 Jan 2019 3

« Une erreur humaine partagée ». C’est ainsi que le ministre des transports tunisiens a expliqué ce lundi la collision du 7 octobre en Méditerranée de deux navires qui a entraîné une fuite d’hydrocarbures s’échouant ensuite sur les plages du Var et les Calanques.

Selon Youssef Ben Romdhane, directeur général du transport maritime au sein du ministère tunisien du commerce, « le capitaine du navire tunisien était occupé à passer des appels téléphoniques privés » tandis que le navire chypriote, victime de la collision, mouillait en plein milieu d’une « autoroute de la mer ».

Source : AFP

A la une

La discrète vente de la villa de René Egger, l’architecte du Marseille d’après-guerre
Hissées sur les hauteurs du Roucas-Blanc, les luxueuses villas du Parc Talabot s'étendent dans l'enceinte fermée de la résidence. Parmi elles, une villa sur...
Le port suspend son projet de réaménagement du quai de la Lave pour « concerter » à nouveau
Le port a décidé de remettre l'ouvrage sur le métier. Un an et demi après avoir lancé un appel à manifestation d'intérêts pour le...
Emmanuel Patris (Un centre-ville pour tous) : « La charte du relogement n’est pas respectée »
Un centre-ville pour tous fait partie des associations qui ont participé aux négociations de la charte du relogement pour les personnes évacuées, finalement signée...
À peine libérée de sa tutelle, la fédération des chasseurs 13 déraille à nouveau
À peine sortie d'une année sous la tutelle d'un administrateur provisoire, la fédération des chasseurs des Bouches-du-Rhône pourrait y retourner. Malaise social, gouvernance défaillante,...
[La gloire de nos pierres] La bastide de Pagnol devenue temple maçonnique
Souvenez-vous. Le petit Marcel Pagnol, la famille encombrée de paquets, qui traverse anxieusement les terrains de superbes demeures à l'aide d'une clé secrète, raccourci...
La mairie « privatise » une partie du chemin qui mène à la plage de Corbières
"C’est scandaleux qu’ils aient installé ça, en plus c’est pas un petit portique, quoi !", s'agace un passant. "Je viens ici tous les jours,...

Commentaires

Vous devez être vous-même abonné pour écrire un commentaire sur un article réservé aux abonnés.

  1. barbapapabarbapapa

    “Une erreur humaine partagée” ? Non, Faute inexcusable collective. Même si on passe des appels privés, et qu’on est de veille, on ne les passe pas en soute pendant une heure, et il y a aussi les alarmes radars qui ont du couiner cher pendant des miles, ou être débranchées…

    Signaler
  2. Richard MourenRichard Mouren

    Mille sabords! C’est toujours le capitaine qui est à la barre sur les navires de la CTN ? C’est pas une vie! Ils devraient se mettre en grève, ces pachas……. En plus pas un autre marin à bord pour prendre la barre, c’est un scandale! Et les radars qui disfonctionnent! Et putaingue, qu’est-ce-qu’il faisait ce navire chypriote sur l’eau? En plus y bougeait pas! Et en plus, il était perpendiculaire à leur route, s’il avait été dans le même sens que le roulier, ils se seraient frôlés pour se dire bonjour, ben oui il était 7 heures du matin en octobre. Et en plus à l’arrêt sur une autoroute! oui monsieur, une autoroute de la mer! oui monsieur, genre rail d’Ouessant, un tout petit plus petit…..
    Tout ça, ça montre bien que le porte-conteneurs il a tort, d’ailleurs pendant que le capitaine tunisien il remplissait le constat à l’amiable pour les tôles froissées, son équipage regardait un dessin animé à la télé! C’est pas le signe d’une tranquillité d’esprit, çà? Et la pollution, elle provient bien du porte-conteneurs, non? alors!

    Signaler
  3. TaramaTarama

    Branque était aux commandes du ferry et Quignole à celles du porte-conteneur.

    Signaler

Ajouter un commentaire

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire