Sursis pour l’imprimerie MOP à Vitrolles en attendant l’issue d’une médiation préfectorale

URGENT
Bref
Benoît Gilles
5 Oct 2017 0

Ce matin, les salariés de l’imprimerie MOP de Vitrolles, filiale du groupe Riccobono, avaient un rendez-vous crucial au tribunal de commerce de Salon-de-Provence. Celui-ci devait se prononcer sur la possible liquidation de l’entreprise qui imprime notamment la Marseillaise, le Ravi, l’Humanité et le Canard enchaîné. Il pouvait également décider d’étendre le redressement judiciaire à l’ensemble du groupe Riccobono (Lire notre article).

Le tribunal a choisi la prudence en offrant un délai supplémentaire d’une semaine aux acteurs, le temps de faire aboutir une médiation entreprise par la préfecture. « Le procureur ne croit pas trop à cette médiation car le préfet n’a pas de baguette magique. Il a expliqué au groupe Riccobono qu’il s’apprêtait à plaider l’extension du redressement à l’ensemble du groupe », a expliqué Jérémy Jacques, délégué du personnel. Les salariés en grève depuis le 26 septembre devraient reprendre le travail dès ce soir. Le jugement sur l’extension du redressement judiciaire comme sur la liquidation sera rendu jeudi prochain.


Articles liés

A la une

Au 22 rue des Feuillants, l’habitat indigne entre les mains de la justice
Mise en danger de la vie d'autrui, conditions d'hébergement incompatible avec la dignité humaine, refus délibéré d'exécuter les travaux prescrits, perception de loyers, refus...
La plateforme de prise de rendez-vous Doctolib s’impose à l’AP-HM
En quelques clics, il est maintenant possible de réserver son rendez-vous médical avec plus de 100 praticiens de l'Assistance publique des hôpitaux de Marseille...
[Ô mon bateau] Faute de casse, des vieilles coques à l’abandon
Au large de la rade marseillaise, les plongeurs s'en donnent à cœur joie. À une quinzaine de mètres de profondeur, ils peuvent nager le...
À Marseille, McDo achète un faux témoignage 25 000 euros pour écarter un syndicaliste
"Je suis fatigué de ces négociations. J'ai besoin de mes sous. J'ai l'impression que c'est du chantage. Je demande mon dû. On avait négocié...
[Municipales, le tuto] Comment élit-on le maire de Marseille ?
Le saviez-vous ? Vous n’élirez pas le successeur de Jean-Claude Gaudin. Il y a même sept chances sur huit que vous ne puissiez pas...
La discrète vente de la villa de René Egger, l’architecte du Marseille d’après-guerre
Hissées sur les hauteurs du Roucas-Blanc, les luxueuses villas du Parc Talabot s'étendent dans l'enceinte fermée de la résidence. Parmi elles, une villa sur...

Commentaires

Vous devez être vous-même abonné pour écrire un commentaire sur un article réservé aux abonnés.

Ajouter un commentaire

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire