Sur Plombières, un immeuble insalure vendu aux enchères passe sous propriété publique

Préemption
Bref
Jean-Marie Leforestier
7 Mar 2019 0

La Marseillaise poursuit son suivi de l’immeuble insalubre du 69, boulevard de Plombières. Le journal relate ce jeudi que l’immeuble va finalement passer sous le giron de l’établissement public foncier régional. “Considérant que les biens vendus, objet d’un arrêté d’insalubrité remédiable, à usage principal d’habitation, ne sont plus adaptés au vu de leur situation et de leur configuration à de l’habitat, leur reconfiguration doit être envisagée au vu d’un projet d’aménagement d’ensemble et de renouvellement urbain”, a annoncé la Ville de Marseille.

L’édifice de cinq niveaux, qui comprend aussi un bar au rez-de-chaussée, avait été vendu aux enchères au début du mois de février. L’acheteur pensait l’avoir acquis pour 212 000 euros avant.

Source : La Marseillaise

A la une

Le parquet financier perquisitionne la vieille garde pléthorique de Jean-Claude Gaudin
Le parquet national financier est de retour au château. Il y a quelques jours, des gendarmes ont opéré de nouvelles perquisitions à l'hôtel de...
Faute de dialogue, la grève des femmes de chambre de l’hôtel NH s’enlise
C'est le 43e jour de grève. L'entrée principale de l'hôtel NH Collection est habillée de confettis de papier journal. Un mot signé de l'établissement...
Nouvelle information judiciaire ouverte pour harcèlement à Lidl Rousset
L'affaire Sansonetti est devenue un symbole du mal-être au travail, depuis le suicide de ce technicien de maintenance, sur le site de Lidl à...
Déguisés en touristes, militants et délogés interpellent Martine Vassal sur son indifférence
Ils sont entrés discrètement, au compte-goutte, en chemises et petites robes chics, quand on les croise plus souvent en t-shirt et pantalon. Ce mercredi,...
Travailleuses détachées à Arles, elles ont lancé l’alerte contre le servage moderne
Yasmine et sa cousine K. grandissent à Tarragone, en Catalogne, bien loin de la plaine fertile du pays d'Arles. En 2011, la crise les...
Au 11 rue d’Aubagne, les locataires vivent dans l’inquiétude et sous les étais
"Je rêve régulièrement que je suis sous les gravats, et que ma fille me cherche." Depuis le 28 février 2018, Nadia Bechari habite Noailles,...

Commentaires

Vous devez être vous-même abonné pour écrire un commentaire sur un article réservé aux abonnés.

Ajouter un commentaire

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire