Pour s’étendre, Kedge Business School va raser un bout de pinède à Luminy

Expansion
Bref
Lisa Castelly
2 Jan 2018 9

L’école de commerce Kedge Business School, située à Luminy, en bordure directe du parc des Calanques, a obtenu l’autorisation d’étendre sa surface et, pour ce faire, de raser 11 000 mètres carrés de pinède, révèle La Marseillaise dans son édition de ce mardi 2 janvier. L’école de commerce a obtenu de la Ville un permis de construire en juillet dernier afin d’étendre sa surface, malgré l’avis de l’architecte des bâtiments de France qui jugeait le projet en désaccord avec le plan local d’urbanisme.

En produisant des études complémentaires, la CCI-MP (chambre de commerce et d’industrie Marseille-Provence), propriétaire de l’école, a par ailleurs pu obtenir du préfet d’être exempté d’étude d’impact environnemental. Bien que ne se trouvant pas dans le périmètre du parc national, la zone à déboiser, aujourd’hui couverte de 298 arbres, dont 271 pins d’Alep, se trouve en site classé « Massif des Calanques ». Mais, selon les arguments avancés par la CCI-MP, la zone ne présente qu’un « enjeu local de préservation faible ». L’abattage est prévu, toujours selon le quotidien, du 5 au 16 juillet 2018, et de l’aveu même de la CCI-MP « les quantités d’arbre à replanter ne pourront pas être replantées »Des aménagements végétaux sont néanmoins prévus sur les dessins de ce projet architectural à 19 millions d’euros, haut de 8 étages, et qui permettra d’accueillir jusqu’à 2400 élèves et professeurs, contre 1540 aujourd’hui.

9
commentaires
Source : La Marseillaise

A la une

Métro Gèze : la métropole sort les rames
Non, on ne verra pas les fameuses armoires électriques car "le métro fonctionne en ce moment". À l'origine du retard considérable de la livraison...
À l’hôpital Nord, les manifestants désespèrent de voir un jour arriver le métro
Le choix du parvis de l'hôpital Nord, pour une manifestation en faveur d'un métro dans les quartiers Nord, a la force de l'illustration. À...
Policiers « escortés » par des scooters, un clip de rap à l’origine de la vidéo choc
"Regardez comment les policiers sont traités, et j'en ai plein d'autres des vidéos comme ça. Ce que je veux dire, c'est que ce sont...
« On apprend aux filles à se méfier de l’espace public »
Prendre les transports, aller d'un point à un autre dans la ville, s'arrêter sur une place, rentrer tard le soir... Que l'on soit homme ou...
Des quartiers Nord à la Belle de Mai, elles veulent une ville pensée pour elles
"On est toutes des militantes. On ne voulait pas faire la cuisine, on voulait faire des projets !" Comme ses amies du groupe Passer'elles...
« Si l’outrage sexiste est dans le code pénal, on pourra agir »
Lorsqu'une femme victime de violences arrive dans un commissariat, l'expérience n'est pas toujours aisée. À Marseille, le bureau d'aide aux victimes, rattaché à la...
  1. menpentimenpenti

    Demain on rase gratis. 11 000 m2, 300 arbres dans le massif des Calanques qui attire des visiteurs du monde entier. Une honte de plus, on n’en est pas à ça près…

    Signaler
  2. Electeur du 8eElecteur du 8e

    Le projet se trouve en « site classé » et est en outre « en désaccord avec le plan local d’urbanisme », mais c’est pas grave : on va bétonner quand même.

    Où il se confirme (s’il en était besoin) que le gaudinisme, c’est l’art de contourner le PLU et de ne pas réaliser le PDU, pourvu qu’on puisse couler du béton. Un espace boisé classé au PLU ? Bétonnons quand même. Un tunnel Schloesing non prévu au PDU ? Bétonnons quand même. J’espère qu’au moins, les bétonneurs expriment leur reconnaissance à Jean-Claude.

    Mais quel dommage qu’on ne puisse pas ressortir des cartons le projet d’autoroute Marseille – Cassis imaginé dans les années 1960 : ce serait du béton en plus. Et le béton, c’est bon.

    Signaler
  3. toinetoine

    Il est plus que temps pour Gaudin et sa bande d’heureux crétins de prendre une bonne retraite « anticipée »! Quoique vue la moyenne d’age de nos zélus, pas sûr qu’on puisse parler « d’anticipation » ici.

    Signaler
  4. barbapapabarbapapa

    Encore plus d’étudiants chinois à 12000 euros par an

    Signaler
  5. Antoine de MeriaAntoine de Meria

    Toujours tout pour la façade, et oui nous sommes à Marseille.
    Des étudiants chinois en veux tu en voilà , c’est à la mode et cela fait chic. C’est « trendy » comme disent les marketeurs, mais surtout cela rapporte des sous avec un peu n’importe quoi et n’importe qui . Mais ce n’est pas la seule en France.
    On refait le bâtiment en faisant fi de la réglementation , mais nous en avons la sale habitude en mettant ainsi en avant le développement de KEDGE
    Mais malheureusement concernant le classement de l’école et sa reconnaissance , c’est plutôt pas terrible. La valeur d’une école ne se mesure pas au mètre carré mais par sa reconnaissance dans les classements internationaux.
    KEDGE est dans le ventre mou et en régression :40 e place dans le classement du FINANCIAL TIMES en Europe et 10 e école dans le classement du FIGARO étudiant en France.
    Encore une belle inauguration en perspective et une belle séance d’auto congratulation et d’autosatisfaction , mais il faudrait peut être penser à améliorer le niveau qui est plus que moyen. Pour une CCI et une ville qui se prétendent êtres le phare de l’Euro méditerranée , cela fait un peu léger, vraiment léger.
    Pour mémoire BARCELONE est 8e en Europe. Aïe, cela fait mal !

    Signaler
  6. TaramaTarama

    Luminy, les années paires il faut tout rapatrier au centre-ville parce que c’est trop loin, qu’il faut faire revivre la Canebière,etc., Les années impaires il faut agrandir Luminy et fermer les facs du centre-ville, pour développer les campus périphériques.
    Quelle vision à long terme de nos édiles…

    Signaler
    • libegafralibegafra

      La CCI moteur d’avenir ou bidule dépassé ? Quand elle n’aura plus ses gamins à caser, elle jettera probablement son jouet, comme elle a jeté l’ESIM.

      Signaler
  7. TaramaTarama

    Luminy n’est pas située « en bordure directe », mais au coeur du Parc National, même si le tracé administratif lui a dessiné une enclave bétonnable.

    Signaler
  8. Alexandre GUYOTAlexandre GUYOT

    Après l’indignation on fait quoi ?
    Si c’est contraire au PLU il y a des recours administratifs et juridiques.

    Signaler

Ajouter un commentaire

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire