La rue Gilbert-Bossy comme nouveau symbole des décharges sauvages

Déchargés
Bref
Jean-Marie Leforestier
13 Mar 2018 1

L’homme se fait appeler “Jys”, contraction des initiales de Jean-Yves Sabbag. Sur sa page Facebook, il traque sans relâche les incivilités. Dans son regard, la rue Gilbert-Bossy est devenue le symbole des décharges sauvages. Dans sa dernière vidéo en date à ce sujet, il annonce que cette voie privée devrait bientôt être équipée de portails pour éviter les dépôts illégaux.

Voilà les amis deux très bonnes nouvelles ! Merci à tous pour votre fidélité , de votre gentillesse, pour votre soutien , pour vos partages et likes penser à inviter vos amis à liker le groupe Marseille je t'aime officiel MJT ! On partage les amis svp merci beaucoup jys

Publiée par Jean Yves Sayag sur lundi 12 mars 2018

La décision a été prise par les propriétaires de la rue, Loomis, Renault Trucks et le CFA Corot afin d’éviter ces désagréments. “Depuis deux ans, nous vivons un véritable calvaire. Ils cassent même les lampadaires pour déposer plus tranquillement leurs déchets la nuit”, témoignent deux entrepreneurs dans La Provence.

Dans un communiqué diffusé ce mardi, la sénatrice et ancienne maire de secteur PS Samia Ghali a plaidé pour “une éco-taxe pour la gratuité des décharges”. Une idée que Jean-Yves Sayag défend de longue date.

Source : La Provence

A la une

La halte ferroviaire d’Arenc, cinq ans et puis s’en va
Au pied de la tour La Marseillaise, un panneau estampillé SNCF et une machine pour éditer des billets signalent la présence d'une voie unique...
À la Castellane, la rénovation prend forme mais bute toujours sur l’avenir du centre social
C'était au printemps 2016, la démolition d'une barre de logements à la Castellane était retardée pour cause de bras de fer politique autour de...
Enseignants et parents du collège Versailles refusent trois ans de cours dans un chantier
Ils n'étaient qu'une petite centaine mais ont fait beaucoup de bruit. Ce jeudi matin, parents d'élèves, professeurs et élèves du collège Versailles, dans le...
La marche contre les boues rouges lance l’année cruciale d’Alteo
La pression ne faiblit pas. Ce dimanche, trois associations organisent à Mange-Garri une "marche contre la pollution des boues rouges", à laquelle se joindra...
Joissains en appel : “Ne m’assimilez pas à un certain nombre de voyous de la République”
C'est un cri du cœur expulsé après près de cinq heures d'audience. "Ne m’assimilez pas à un certain nombre de voyous de la République...
La feuille de route du préfet Dartout pour une grande métropole d’Arles à Saint-Zacharie
Le document tant attendu par les élus est enfin arrivé. Le préfet des Bouches-du-Rhône vient de remettre ce mercredi au gouvernement son rapport sur la...

Commentaires

Vous devez être vous-même abonné pour écrire un commentaire sur un article réservé aux abonnés.

  1. Pascal LPascal L

    Au 148 chemin du littoral, l’ancien parking de DIA (supermarché maintenant fermé) est rempli chaque semaine un peu plus. En plein jour des camionnettes viennent y déposer des pneus, du placoplatre et de la laine de verre. Les places de parking, squattées pour aller au marché aux puces le week end, fondent comme neige au soleil, supprimant inexorablement les revenus de la petite bande qui s’était arrogé le titre de percepteur de redevance de stationnement. On attend le feu (pour faire fuir les rats).

    Signaler

Ajouter un commentaire

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire