La rue Gilbert-Bossy comme nouveau symbole des décharges sauvages

Déchargés
Bref
Jean-Marie Leforestier
13 Mar 2018 1

L’homme se fait appeler “Jys”, contraction des initiales de Jean-Yves Sabbag. Sur sa page Facebook, il traque sans relâche les incivilités. Dans son regard, la rue Gilbert-Bossy est devenue le symbole des décharges sauvages. Dans sa dernière vidéo en date à ce sujet, il annonce que cette voie privée devrait bientôt être équipée de portails pour éviter les dépôts illégaux.

Voilà les amis deux très bonnes nouvelles ! Merci à tous pour votre fidélité , de votre gentillesse, pour votre soutien , pour vos partages et likes penser à inviter vos amis à liker le groupe Marseille je t'aime officiel MJT ! On partage les amis svp merci beaucoup jys

Publiée par Jean Yves Sayag sur lundi 12 mars 2018

La décision a été prise par les propriétaires de la rue, Loomis, Renault Trucks et le CFA Corot afin d’éviter ces désagréments. “Depuis deux ans, nous vivons un véritable calvaire. Ils cassent même les lampadaires pour déposer plus tranquillement leurs déchets la nuit”, témoignent deux entrepreneurs dans La Provence.

Dans un communiqué diffusé ce mardi, la sénatrice et ancienne maire de secteur PS Samia Ghali a plaidé pour “une éco-taxe pour la gratuité des décharges”. Une idée que Jean-Yves Sayag défend de longue date.

Source : La Provence

A la une

Les habitants de Bel horizon craignent de voir leur tour disparaître
Les gilets jaunes flottent aux fenêtres et balcons de cette grande tour inélégante qui sert de fanal de l'entrée de ville, entre Saint-Lazare et...
Le stadium d’athlétisme Miramas, 22 millions d’euros mais pas de projets
Si vous êtes au village de marques, vous n’avez qu’à traverser la rue. C’est à Miramas, dans une zone moitié résidentielle moitié en friche,...
Centre commercial mort né, Bleu Capelette se réincarne en quartier de ville
Ce n'est pas encore un acte de renaissance, comme une première pierre avec élus, écharpes et sourires posés, mais cela y ressemble tout de...
Pour les évacués de la rue d’Aubagne, un retour espéré mais sans calendrier
Rue d'Aubagne. Plusieurs riverains, valises vides en mains, sont escortés par les pompiers vers leurs logements. Sans avoir de date de retour, les habitants de...
Jean-Luc Ricca : avec la Scancar “le taux de personnes qui payent est passé de 30 à 85%”
Le 1er janvier 2018 a eu lieu une réforme du stationnement payant, qui a eu des impacts différents selon les choix des communes pour...
Recours et fantasmes du “prince saoudien” : la CCI peine à s’ancrer sur le Vieux-Port
Trois mois après, encore cette accusation de vouloir "faire du pognon". Parmi les plaisanciers de l'anse de la Réserve, 190 anneaux sur le Vieux-Port,...

Commentaires

Vous devez être vous-même abonné pour écrire un commentaire sur un article réservé aux abonnés.

  1. Pascal LPascal L

    Au 148 chemin du littoral, l’ancien parking de DIA (supermarché maintenant fermé) est rempli chaque semaine un peu plus. En plein jour des camionnettes viennent y déposer des pneus, du placoplatre et de la laine de verre. Les places de parking, squattées pour aller au marché aux puces le week end, fondent comme neige au soleil, supprimant inexorablement les revenus de la petite bande qui s’était arrogé le titre de percepteur de redevance de stationnement. On attend le feu (pour faire fuir les rats).

    Signaler

Ajouter un commentaire

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire