La rue Gilbert-Bossy comme nouveau symbole des décharges sauvages

Déchargés
Bref
Jean-Marie Leforestier
13 Mar 2018 1

L’homme se fait appeler “Jys”, contraction des initiales de Jean-Yves Sabbag. Sur sa page Facebook, il traque sans relâche les incivilités. Dans son regard, la rue Gilbert-Bossy est devenue le symbole des décharges sauvages. Dans sa dernière vidéo en date à ce sujet, il annonce que cette voie privée devrait bientôt être équipée de portails pour éviter les dépôts illégaux.

Voilà les amis deux très bonnes nouvelles ! Merci à tous pour votre fidélité , de votre gentillesse, pour votre soutien , pour vos partages et likes penser à inviter vos amis à liker le groupe Marseille je t'aime officiel MJT ! On partage les amis svp merci beaucoup jys

Publiée par Jean Yves Sayag sur lundi 12 mars 2018

La décision a été prise par les propriétaires de la rue, Loomis, Renault Trucks et le CFA Corot afin d’éviter ces désagréments. “Depuis deux ans, nous vivons un véritable calvaire. Ils cassent même les lampadaires pour déposer plus tranquillement leurs déchets la nuit”, témoignent deux entrepreneurs dans La Provence.

Dans un communiqué diffusé ce mardi, la sénatrice et ancienne maire de secteur PS Samia Ghali a plaidé pour “une éco-taxe pour la gratuité des décharges”. Une idée que Jean-Yves Sayag défend de longue date.

1
commentaires
Source : La Provence

A la une

La métropole de Martine Vassal se fera sans La République en marche
Bien sûr tout le monde s'est levé, comme de bien entendu Jean-Claude Gaudin a été acclamé et, comme annoncé, Martine Vassal a pu s'avancer...
Les six enjeux de l’élection programmée de Martine Vassal à la présidence de la métropole
Il y a des incertitudes que rien n'écarte jamais. Ce jeudi, tout le monde pressent une large élection de Martine Vassal, présidente intérimaire de...
L’association Accueil de jour, pilier de l’aide aux sans-abris, atterrit à la Belle-de-Mai
Après des mois, voire des années à appeler à l'aide, les salariés de l'association Accueil de jour commençaient à ne plus y croire. Rassemblés...
Mohamed Abbassi, sauveur téléguidé des McDo marseillais
Un patron "aux méthodes mafieuses" pour certains, un "très gentil monsieur" pour d'autres. Mohamed Abbassi, repreneur de cinq restaurants McDonald's de Jean-Pierre Brochiero, avec 13...
Ibrahim Ali honoré à l’Estaque, avec un soupçon de récupération politique
Une plaque pour Ibrahim Ali, c'est ce qui est demandé depuis 23 ans par ses proches et ceux qui militent pour la mémoire de...
Entre Castellane et Luminy, la métropole lance son bus B1 en oubliant la moitié des travaux
"Première rentrée pour la ligne de BHNS B1 Castellane - Luminy !" En ce 31 août, alors que des milliers d'étudiants s'apprêtent à retrouver...
  1. Pascal LPascal L

    Au 148 chemin du littoral, l’ancien parking de DIA (supermarché maintenant fermé) est rempli chaque semaine un peu plus. En plein jour des camionnettes viennent y déposer des pneus, du placoplatre et de la laine de verre. Les places de parking, squattées pour aller au marché aux puces le week end, fondent comme neige au soleil, supprimant inexorablement les revenus de la petite bande qui s’était arrogé le titre de percepteur de redevance de stationnement. On attend le feu (pour faire fuir les rats).

    Signaler

Ajouter un commentaire

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire