Rue d’Aubagne : ouverture d’une information judiciaire pour homicides involontaires

Judiciaire
Bref
Lisa Castelly
27 Nov 2018 1

Trois semaines après le drame de la rue d’Aubagne, le procureur de la République a annoncé dans un communiqué à l’AFP avoir ouvert ce mardi une information judiciaire pour “homicides involontaires” aggravés “par violation manifestement délibérée d’une obligation de prudence ou de sécurité”. Selon le code pénal, ce délit peut être puni de 3 à 5 ans d’emprisonnement et d’une amende au montant variable en fonction du caractère délibéré ou pas.

L’enquête quitte donc les mains du parquet pour être menée par un juge d’instruction, ce qui ouvre la possibilité aux victimes de se constituer partie civile. Malgré la précision des motifs, le procureur ajoute qu’à ce jour, “les causes de l’effondrement de ces immeubles (…) ne sont pas établies”.

Source : AFP

A la une

Le parquet financier perquisitionne la vieille garde pléthorique de Jean-Claude Gaudin
Le parquet national financier est de retour au château. Il y a quelques jours, des gendarmes ont opéré de nouvelles perquisitions à l'hôtel de...
Faute de dialogue, la grève des femmes de chambre de l’hôtel NH s’enlise
C'est le 43e jour de grève. L'entrée principale de l'hôtel NH Collection est habillée de confettis de papier journal. Un mot signé de l'établissement...
Nouvelle information judiciaire ouverte pour harcèlement à Lidl Rousset
L'affaire Sansonetti est devenue un symbole du mal-être au travail, depuis le suicide de ce technicien de maintenance, sur le site de Lidl à...
Déguisés en touristes, militants et délogés interpellent Martine Vassal sur son indifférence
Ils sont entrés discrètement, au compte-goutte, en chemises et petites robes chics, quand on les croise plus souvent en t-shirt et pantalon. Ce mercredi,...
Travailleuses détachées à Arles, elles ont lancé l’alerte contre le servage moderne
Yasmine et sa cousine K. grandissent à Tarragone, en Catalogne, bien loin de la plaine fertile du pays d'Arles. En 2011, la crise les...
Au 11 rue d’Aubagne, les locataires vivent dans l’inquiétude et sous les étais
"Je rêve régulièrement que je suis sous les gravats, et que ma fille me cherche." Depuis le 28 février 2018, Nadia Bechari habite Noailles,...

Commentaires

Vous devez être vous-même abonné pour écrire un commentaire sur un article réservé aux abonnés.

  1. corsaire vertcorsaire vert

    Qu’est ce qu’il leur faut ! encore des morts ?
    Il faut souhaiter que tous les responsables de ce crime ,de bas en haut ,soient jugés et condamnés en toute équité .

    Signaler

Ajouter un commentaire

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire