Plongée illustrée dans le bar des maraîchers

Vu sur le web
Bref
Lisa Castelly
16 Avr 2018 0

Il ne paye pas de mine, à l’angle de la place Jean-Jaurès, il fait comme partie du décor. La Nuit magazine a toutefois décidé de plonger dans l’histoire du bar des maraîchers, incontournable enseigne du quartier de la Plaine.

Du parcours de son ancien propriétaire charismatique – ingénieur agronome en Algérie avant de s’exiler – à Jean-Claude Izzo qui se prit d’un coup de foudre pour l’établissement, en passant par l’énigmatique fresque qui orne les murs, les souvenirs remontent au milieu de ce bar toujours bien rempli, illustrés par une demi-douzaine de dessins.

Ce reportage est issu de la première session de la Street School à Marseille. À retrouver prochainement sur Marsactu.

0
commentaires
Source : La Nuit Magazine

A la une

Boues rouges : la justice met Alteo et l’État sous pression
Six jugements et un total de 65 pages. Le tribunal administratif de Marseille vient de rendre une série de décisions dans le dossier des...
La métropole, lamarque, lebus et le plan com
"Avec lacarte, si j’habite à Marseille et que je dois me rendre à Aix-en-Provence pour travailler, je pourrais prendre lemétro, puis lecar et enfin...
Un rapport ministériel épingle ArcelorMittal, « principal pollueur du département »
"Oui, bien sûr qu'on est au courant. Mais vous, comment vous l'avez su ?". L'embarras est de mise chez ArcelorMittal Méditerranée. Passé jusqu'alors inaperçu,...
Même condamnée, Maryse Joissains « la guerrière » s’y voit encore en 2020
"Incroyable !" Maryse est en mode combat. Quelques heures après l'annonce de sa condamnation à un an de prison avec sursis et dix ans...
Gymnase de l'école La Viste ©AM
Des militants de la France insoumise lancent une cagnotte pour rénover une école publique
"Les parents d’élèves n'en peuvent plus, il faut des travaux avant la rentrée de septembre", lance Sébastien Delogu, dont la fille est scolarisée à...
Quand le Vieux-Port a chaviré
Regarder les gens qui regardent. Vibrer avec eux d'une joie dont l'objet s'échappe. Parce qu'au final, seule compte cette liesse commune. Chroniqueur et photographe...

Vous devez être vous-même abonné pour écrire un commentaire sur un article réservé aux abonnés.

Ajouter un commentaire

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire