Pays d’Arles : participation importante pour les votations contre la métropole

NON
Bref
Jean-Marie Leforestier
3 Déc 2018 1

Les habitants de Fontvieille, Saint-Martin-de-Crau et Saint-Rémy-de-Provence étaient appelés aux urnes ce week-end. Des questions sensiblement identiques leur étaient posées pour savoir s’ils étaient favorables à l’intégration du pays d’Arles dans la métropole. Le “non” très majoritaire était attendu : à chaque fois, plus de 80 % des votants ne sont pas favorables à cette fusion, rapporte La Provence. Le chiffre le plus scruté était celui de la participation et celle-ci a été importante mais variable, de 18 % à Saint-Martin-de-Crau à 35 % à Fontvieille.

“Le résultat doit être entendu, sinon il faut revoir ce qu’on appelle le principe de démocratie”, a déclaré au quotidien Hervé Chérubini, le maire divers gauche de Saint-Rémy. “Les résultats sont sans appel. Sur ce sujet comme sur d’autres, Emmanuel Macron doit écouter les Français”, a réagi sur Twitter, le président de la région Renaud Muselier (LR). “75% de non participation avec une consultation de 4 communes sur 29, je ne vois pas en quoi, c’est un résultat sans appel !”, lui a répondu sur le même réseau social le député du nord des Bouches-du-Rhône Bernard Reynès (LR aussi) qui souhaite accompagner la fusion.

Trois autres communes ont organisé des sondages en ligne dont les résultats vont dans le même sens. Tous ces maires espèrent peser dans la consultation en cours sur la fusion métropole-département organisée par le préfet.  De son côté, le maire d’Arles n’a pas souhaité organiser la consultation que son conseil municipal avait pourtant voté.

Lire notre article : Le pays d’Arles déchiré par la fusion entre la métropole et le département

Source : La Provence

A la une

Travailleuses détachées à Arles, elles ont lancé l’alerte contre le servage moderne
Yasmine et sa cousine K. grandissent à Tarragone, en Catalogne, bien loin de la plaine fertile du pays d'Arles. En 2011, la crise les...
Au 11 rue d’Aubagne, les locataires vivent dans l’inquiétude et sous les étais
"Je rêve régulièrement que je suis sous les gravats, et que ma fille me cherche." Depuis le 28 février 2018, Nadia Bechari habite Noailles,...
Drame de la rue d’Aubagne : comment la justice a avancé en six mois
Les trois juges travaillent dans la discrétion, patiemment. Ils recueillent un par un les éléments qui, dans plusieurs années, permettront à un procès de...
Enquête judiciaire sur les effondrements de la rue d’Aubagne : le rapport qui accuse
Il est une des pièces-clefs du dossier de Matthieu Grand, le juge d'instruction chargé de l'affaire de la rue d'Aubagne, avec ses deux collègues...
Un projet de décret met à mal la protection de la Sainte-Victoire et de la Nerthe
C'est un petit changement qui pourrait avoir de lourdes conséquences sur le paysage des Bouches-du-Rhône et en premier lieu sur ses sites classés. Le...
Urbanisme : la métropole devra mettre du social dans son plan
La victoire se joue parfois dans les détails. La vice-présidente chargée de l'urbanisme, Laure-Agnès Caradec se réjouit d'un avis favorable "rendu à l'unanimité" des...

Commentaires

Vous devez être vous-même abonné pour écrire un commentaire sur un article réservé aux abonnés.

  1. leravidemiloleravidemilo

    Voila qui est tout à l’honneur des 3 maires concernés et des 3 conseils municipaux. C’est bien la meilleure chose à faire, et des plus simple, avant que d’agrandir le pataquès ingérable, et ingéré, de la kolossale métropole. C’est également ce qu’il aurait fallu faire en amont pour toute les populations embarquées, à l’insu de leur plein gré (et contre le souhait de la plupart de leurs maires), sur une chaloupe qui n’en finit pas de tanguer et risquera de chavirer en permanence.
    Le maire d’Arles, et sa majorité doivent rattraper le coup et appliquer leur vote en conseil, et fissa, s’ils ne veulent pas avoir à en rendre compte dès la première fois où les urnes seront ouvertes, occasion par laquelle les électeurs auraient alors à choisir, entre le PC et …la démocratie!Quant au LR B Reynes, il ne trouve comme argument que le coup des 3 communes sur 29, alors qu’il s’oppose avec force à la consultation des citoyens. Lui, il a vraiment déjà choisi entre la démocratie…et lui!
    Mm Vassal déploie à l’extérieur de Marseille, et à l’échelle des maires, les savoir faire et les mauvaises manières du clientélisme marseillais et du système Guérini (une des utilités de la métropole).. Mais les subventions, à la tête du client et en proportion de sa soumission, ne peuvent tout acheter, en tous cas pas tout le monde, dès qu’on sort de Marseille (Defferre l’avait bien compris, qui ne s’y aventurait pas).
    On ne construit rien de solide sur des dénis de la démocratie. Nombre de choses l’indiquent, dans l’air du temps qu’il fait!

    Signaler

Ajouter un commentaire

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire