Michèle Rubirola n’est « pas pour une personnification de la politique »

Siège
Bref
le 20 Fév 2020
7
Michèle Rubirola entourée de l'équipe du Printemps marseillais le 10 janvier 2020. (Image LC)

Michèle Rubirola entourée de l'équipe du Printemps marseillais le 10 janvier 2020. (Image LC)

La candidate du Printemps marseillais explique ce jeudi dans La Provence son rapport à la fonction de maire. « Moi, je tire un projet. Je ne me suis pas levée un matin en me disant je veux être maire de Marseille », indique celle qui a été désignée par le mouvement d’union de la gauche en janvier dernier, après le retrait du socialiste Benoît Payan. À la question « le maire de Marseille peut-il être quelqu’un d’autre du Printemps marseillais », Michèle Rubirola prolonge donc sa réflexion. « On verra bien. Rien n’est acté chez nous. Je ne suis pas pour une personnification de la politique. Ça c’est le propre des écologistes. On est tous autour d’un projet », répond l’adhérente d’EELV, suspendue du parti pour avoir choisi le Printemps marseillais plutôt le rassemblement autour de Sébastien Barles. En cas de victoire de son camp à la mairie centrale, la candidate laisse donc la porte ouverte à de nouvelles discussions pour désigner la personne qui s’assiérait dans le fauteuil de Jean-Claude Gaudin.

Source : La Provence

Commentaires

L’abonnement au journal vous permet de rejoindre la communauté Marsactu : créez votre blog, commentez, échanger avec les autres lecteurs. Découvrez nos offres ou connectez-vous si vous êtes déjà abonné.

  1. Opiniatre Opiniatre

    D’autant que le troisième tour risque d’être sportif. Si, comme c’est plausible, personne n’aura de majorité absolue au conseil municipal, il faudra être en capacité de créer une alliance, et donc choisir une personne pour l’incarner, qui ne sera pas forcément une des têtes de liste actuelles.
    Idem pour le quatrième tour, l’élection à la présidence de la Métropole dont personne ne parle, et qui détient la clé de la plupart des questions marseillaises.

    Signaler
    • leravidemilo leravidemilo

      (.Tiens, Re voila @0piniatre. Dès que l’on cause Payan, même sans en parler mais tout en en parlant, Opiniatre sort de son trou pour montrer qu’il l’est bien, et …Opiner, tout son soul.)
      Ce printanier rassemblement n’en rate vraiment plus une seule. Et Mm Rubirola vient ici scier une branche déjà bien ployée par les « erreurs » et mauvaises manières de ces rassemblés.es. Il fut combien laborieux (et fort long) de sortir de l’hypothèque d’un Payan tête de liste, et la voila qui lâche le morceau et reconnais qu’on en est toujours pas sortie…. en nous initiant pour ce faire aux délices politicards du troisième tour. Avec eux, c’est sans fin!
      Z’auront vraiment tout fait pour perdre. Bon le chamboule tout politique semble bien à son comble (pas que sur Marseille mais là plus qu’ailleurs) et la situation est incertaine; tous les désespoirs et les espoirs sont permis, mais avec une forte prime pour les premiers…
      Ceci après les refus fort aveugles concernant l’intégration du pacte démocratique pourtant nécessaire à un renouveau politique, les mauvaises manières renouvelées avec l’ensemble des « partenaires » potentiels, les discussions/validations sans fin des listes, et en attendant Godot pardon le programme (très mauvais genre par exemple la conf de presse où l’on annonce, si si, un tract à l’imprimerie avec les dix premières propositions et qu’on est infoutu de répondre à la question suivante qui demande c’est quoi ces dix proposition?!!!)
      Ceci après une affiche d’un vide sidéral en terme de contenu « Rubirola est là » (.ça reste à voir, visiblement!) . Rien, pas même un Marseille solidaire, un Renouveau démocratique un… Les Valeurs de la gôche, dont la Gôche tant nous bassine sont donc vraiment au ciel, ou en bourse, ou sur les post it collés sur le frigo…Et tout ceci au final pour une union de la gauche qui n’existe évidement pas, mais union des gauches ça aurait attiré par trop l’attention sur les proportions respectives et déséquilibrées.
      Bon, se sont montrés bien incapables de répondre aux attentes de renouveau générées par la situation dramatique de la ville, mais concernant leur capacité à perdre, là comme on disait dans l’ancien temps, ils en ont sous le capot!

      Signaler
  2. gastor13 gastor13

    Vous la sentez l’arnaque ? Dommage, c’était tellement bien parti cette histoire de Printemps MArseillais, on y croyait vraiment, mais au final je crains qu’on se retrouve avec les magouilles habituelles du marigot politique marseillais.. ça fait ch..r !

    Signaler
  3. Otox Otox

    La seule arnaque à gauche qui existe aujourd’hui à mes yeux à Marseille est la présence de deux listes écologistes et sociales, menées par deux écolos, qui n’arrivent pas à s’unir. Question division, on est bon! Niveau responsabilité dans une ville en état d’urgence, faudra repasser. Pour le moment, je donne le point à Rubirola car Barles transpire « l’opportunisme du bulletin vert ». Il aura une lourde responsabilité dans cette histoire si défaite il y a.

    A noter qu’il faudrait en savoir plus sur les conditions du vote en interne sur le choix de la motion Barles sur l’autonomie. Ensuite, Sarah Soilihi, comme l’indique la Provence du 20/02, quitte Debout Marseille en avançant le fait qu’il n’y a pas assez de représentation citoyenne. Elle dit surtout que Barles envisage de s’allier au second tour avec LREM. Est-ce vrai? Si oui, on aura touché le fond de l’incohérence. Des précisions @Marsactu @Sebastien Barles @Hervé Menchon ?

    Signaler
    • Otox Otox

      Pour précision, je trouve le programme de Debout Marseille très bon, et celui du PM le sera tout autant je le crois. A quoi bon se diviser?

      Signaler
    • Electeur du 8e Electeur du 8e

      A quoi bon se diviser ? Très bonne question, mais dont la réponse est connue : pour être sûr de perdre les élections.

      Signaler
    • Félix WEYGAND Félix WEYGAND

      « A quoi bon se diviser…pour perdre les élections « . Perdre c’est sur mais limiter la casse, ce n’est pas dit… Deux listes au premier tour fusionnant au second peuvent avoir un meilleur profit.
      Tout va dépendre des seuils de 5 et de 10% par secteur.
      Dans le 4-5 au moins cela peut se justifier, ailleurs ça va être plus compliqué… Dans le 13-14 EELV à sûrement fait un bon choix en s’alliant avec une tendance de LFI, mais cela ne va sans doute pas payer plus qu’une 3e place.
      Si Vassal prend le 13-14 au RN, comme elle ne va pas perdre le 6-8 ni le 9-10, elle n’aura peut-être pas une situation si tendue que cela au 3e tour…
      Ce sont des oppositions inconciliables qui seront emiettées et elle pourra y faire son « petit marché » en décrochant des clients un par un dans les rangs de ses anciens opposants.

      Signaler

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire