L’évacuation a démarré au squat St-Just

Info Marsactu
Bref
Lisa Castelly
4 Avr 2019 1

Une grande banderole a été déployée sur l'ancien couvent squatté, situé en face du conseil départemental. (Image LC)

Les 250 occupants du squat Saint-Just, qui accueille depuis fin décembre des migrants, mineurs isolés et familles de demandeurs d’asile, savaient qu’il faudrait bientôt quitter les lieux. Le processus est désormais enclenché puisque plusieurs dizaines de mineurs ont été pris en charge ce jeudi après-midi par les services de l’Addap 13 et de l’association Sara-Logisol.

« Ça a la tête d’une évacuation mais ça n’en n’a pas le nom, commente une bénévole du collectif 59 Saint-Just présente sur place. Tout le monde est un peu effondré, on ne savait pas que ça se passerait aujourd’hui ». Selon le collectif, les mineurs étaient 178 lors de son dernier décompte. Ils vont être mis à l’abri dans des hôtels à travers le département. Plusieurs familles présentes en revanche, « demandent à avoir plus d’informations sur ce qui leur est proposé, et elles préféreraient rester là en attendant », ajoute la bénévole. Ces familles de demandeurs d’asile craindraient notamment d’être logés à l’hôtel pour des durées indéterminées alors que, pour la plupart, elles ont droit à des places en foyer adaptés aux familles.

À la préfecture, on confirme les opérations de relogement en cours, en précisant qu’il ne s’agit pas d’une évacuation à proprement parler. « En l’absence de cadre juridique résultant d’une décision du tribunal, nous ne pouvons que proposer aux personnes d’être mises à l’abri (…). La mise à l’abri n’a pas débuté aujourd’hui, nous le faisons depuis plusieurs semaines », précise le service de communication, qui ajoute que toutes les personnes présentes sur place ont reçu des propositions, quelque soit leur statut administratif.  Propriété du diocèse, le bâtiment doit être vendu prochainement, et l’archevêché avait demandé au département et à l’État, de reloger les familles qui y vivent avant avril, afin que le nouvel acquéreur puisse entreprendre des travaux.

Actualisation à 19h40 : ajout des précisions de la préfecture


A la une

Le difficile retour au 22 rue des Feuillants
"Là, il y a un souci." L’agent du service de l’hygiène de la mairie semble embarrassé. Il est censé contrôler les travaux effectués suite...
Le chemin semé d’embûches d’un accord entre Les Républicains et En Marche pour Marseille
Martine Vassal, candidate plus que probable à la mairie de Marseille et Yves Moraine, le maire de des 6e et 8e arrondissements, se sont...
Total redémarre La Mède avec un modèle économique encore fumeux
Habemus Total. Une fumée s’envole dans le ciel de Châteauneuf-les-Martigues. Elle est noire et fait office d’annonce pour les riverains : la Mède redémarre...
L’ouverture nocturne de la plage des Catalans revient à la barre du tribunal
Sera-ce la bonne ? Une décision de la cour administrative d'appel est sur le point d'influencer le devenir de l'apéro-les pieds-dans-l'eau-d'un-coup-de-vélo. C'est en tout...
Malades de la pollution à Fos : « Les personnes peuvent aussi être expertes de leur corps »
L'équipe du projet de recherche Epseal vient de dévoiler le deuxième volet de son étude. En 2017, ces universitaires franco-américains lancent un pavé dans...
Les États généraux de Marseille oscillent entre contre-pouvoir et stratégie électorale
"Quitte à mettre les pieds dans le plat je vais le dire : je veux qu'il y ait un homme ou une femme issue...

Commentaires

Vous devez être vous-même abonné pour écrire un commentaire sur un article réservé aux abonnés.

  1. PromeneurIndignéPromeneurIndigné

    A l’évidence l’église marseillaise a oublié ces paroles de Christ « J’étais un étranger et vous m’avez accueilli. » (Mt 25, 35)……..

    Signaler

Ajouter un commentaire

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire