Les salariés du McDo de Saint-Barthélémy s’opposent à la médiation de l’État

Réaction
Bref
Violette Artaud
30 Août 2018 2

“C’est tout le monde autour d’une table, ou rien.” Voilà en substance ce veulent faire savoir les salariés du McDonald’s de Saint-Barthélémy, fer de lance syndical dans le conflit social autour du projet de cession de six restaurants marseillais. Une réaction qui fait suite à un article paru ce matin dans La Provence annonçant la tenue d’une médiation organisée par l’État autour du conflit social. Ce jeudi, un délégué interministériel envoyé par la ministre du travail et Bercy a reçu les deux repreneurs, l’ancien franchisé et les représentants de McDonald’s, accompagné de Saïd Ahamada, député LREM de la circonscription.

“Nous n’adhérons pas à celle-ci [la médiation, Ndlr.] parce qu’elle remet à plat un rapport de force que nous avons patiemment et courageusement construit. […] Cette méthode qui prétend d’abord discuter avec les patrons en premier est celle de « l’ancien monde ». Nous voulons une médiation qui nous prenne aussi au sérieux !”, peut-on lire sur un communiqué envoyé cet après-midi par Kamel Guémari, représentant de l’intersyndicale des six restaurants.


A la une

Le projet de brasserie de la chambre de commerce fait bondir les cafetiers du Vieux-Port
Au Palais fin ? Le palais gourmand ? Le bistrot du palais ? Le concours est ouvert pour trouver un nom à la future...
Rue des Feuillants l’indignité côtoie toujours les immeubles évacués
Ça s'active rue des Feuillants. Les locataires du 22 font des aller-retour les mains chargées de cabas - ils ont une heure pour prendre...
Saint-Louis scelle la fin du sucre marseillais
Les 11 hectares adossés à la rue de Lyon où se trouve l’usine Saint-Louis sucre avaient déjà perdu de leur éclat depuis quelques temps,...
Mille logements et plusieurs tours pourraient pousser autour du Corbusier
Le bruit de la circulation du boulevard Michelet résonne jusqu'au pied de la Cité radieuse. L'unité d'habitation Le Corbusier classé au patrimoine de l'Unesco...
Sexisme en politique : dix élues marseillaises témoignent
Le 4 février dernier, le sénateur Rassemblement national Stéphane Ravier se lançait dans une attaque sexiste contre la conseillère municipale Europe écologie les verts...
Confortés par la justice, les opposants au PPP veulent un audit de toutes les écoles
Le 12 février sera marqué d'une croix rouge dans le calendrier des "anti-PPP". Architectes, instituteurs, parents d'élèves, professionnels du bâtiment, militants "attachés au service...

Commentaires

Vous devez être vous-même abonné pour écrire un commentaire sur un article réservé aux abonnés.

  1. Germanicus33Germanicus33

    Un conflit exemplaire : on comprend que les salariés refusent de se plier à ceux qui ont cherché à les flouer !
    D’ailleurs , si le New York Times est venu couvrir ces événements à Marseille, ce n’est pas pour rien !

    Signaler
  2. julijojulijo

    Oui un conflit exemplaire. Et je leur souhaite tout le courage possible pour continuer.
    Pas facile avec Mcdo dont le logiciel ne prévoie pas des emplois à longue durée.
    Le principe étant d’essorer les “équipiers” qui passent en général relativement peu de temps dans l’entreprise…. si ils obtiennent ce qu’ils demandent et qui est légitime, bien évidemment que cela va ébranler tout le modèle mcdo !!

    Signaler

Ajouter un commentaire

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire