Les salariés du McDo de Saint-Barthélémy s’opposent à la médiation de l’État

Réaction
Bref
Violette Artaud
30 Août 2018 2

“C’est tout le monde autour d’une table, ou rien.” Voilà en substance ce veulent faire savoir les salariés du McDonald’s de Saint-Barthélémy, fer de lance syndical dans le conflit social autour du projet de cession de six restaurants marseillais. Une réaction qui fait suite à un article paru ce matin dans La Provence annonçant la tenue d’une médiation organisée par l’État autour du conflit social. Ce jeudi, un délégué interministériel envoyé par la ministre du travail et Bercy a reçu les deux repreneurs, l’ancien franchisé et les représentants de McDonald’s, accompagné de Saïd Ahamada, député LREM de la circonscription.

“Nous n’adhérons pas à celle-ci [la médiation, Ndlr.] parce qu’elle remet à plat un rapport de force que nous avons patiemment et courageusement construit. […] Cette méthode qui prétend d’abord discuter avec les patrons en premier est celle de « l’ancien monde ». Nous voulons une médiation qui nous prenne aussi au sérieux !”, peut-on lire sur un communiqué envoyé cet après-midi par Kamel Guémari, représentant de l’intersyndicale des six restaurants.


A la une

Malades de la pollution à Fos : “Les personnes peuvent aussi être expertes de leur corps”
L'équipe du projet de recherche Epseal vient de dévoiler le deuxième volet de son étude. En 2017, ces universitaires franco-américains lancent un pavé dans...
Les États généraux de Marseille oscillent entre contre-pouvoir et stratégie électorale
"Quitte à mettre les pieds dans le plat je vais le dire : je veux qu'il y ait un homme ou une femme issue...
Maryse Joissains : “Les procès, tout ça, cela a été fait pour m’empêcher d’être candidate”
Élue depuis 2001, la maire Les Républicains d’Aix-en-Provence a annoncé à Marsactu son désir de briguer un quatrième mandat. À 76 ans, et malgré...
Trois immeubles menacent ruine et ferment une station de métro jusqu’à nouvel ordre
La place Jules-Guesde vibre de son activité habituelle, ce jeudi matin. Les turfistes cochent les cases autour du kiosque central. Quelques chibanis cherchent l'ombre...
La métropole met la première pierre à sa politique de lutte contre l’habitat indigne
La politique de lutte contre l'habitat indigne concentre les effets de contraste les plus radicaux : la réalité parfaitement abjecte des conditions de vie...
La décharge du Mentaure, où se croisent les intérêts des frères Guérini
C'est le dernier fil qui, selon le procureur de la République de Marseille, relie Jean-Noël Guérini à la première affaire qui porte son nom....

Commentaires

Vous devez être vous-même abonné pour écrire un commentaire sur un article réservé aux abonnés.

  1. Germanicus33Germanicus33

    Un conflit exemplaire : on comprend que les salariés refusent de se plier à ceux qui ont cherché à les flouer !
    D’ailleurs , si le New York Times est venu couvrir ces événements à Marseille, ce n’est pas pour rien !

    Signaler
  2. julijojulijo

    Oui un conflit exemplaire. Et je leur souhaite tout le courage possible pour continuer.
    Pas facile avec Mcdo dont le logiciel ne prévoie pas des emplois à longue durée.
    Le principe étant d’essorer les “équipiers” qui passent en général relativement peu de temps dans l’entreprise…. si ils obtiennent ce qu’ils demandent et qui est légitime, bien évidemment que cela va ébranler tout le modèle mcdo !!

    Signaler

Ajouter un commentaire

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire