Legré-Mante : « La Ville souhaite que le projet soit revu »

Distinguo
Bref
Julien Vinzent_
10 Jan 2017 1

Dans le cadre de notre article sur le démarrage des travaux pour la construction de six villas en contrebas de l’ancienne usine Legré-Mante, nous n’avions pas réussi à joindre la mairie de Marseille. Ce mardi, l’adjointe à l’urbanisme Laure-Agnès Caradec nous répond qu’elle n’avait pas été informée de ces travaux par le promoteur Océanis et n’a donc pas pu prévenir les riverains.

Sur le fond, elle ne s’oppose pas au chantier, « dont le permis de construire est valable et purgé de tout recours ». L’élue estime que « le vrai sujet c’est de revenir vers la population lorsqu’on aura construit un nouveau projet » pour le site même de l’usine, où 286 logements et 34 villas étaient prévus. Suite à l’annulation d’un permis de construire par le tribunal administratif, confirmée par la cour d’appel en octobre 2016, le promoteur a porté l’affaire devant le Conseil d’État, indique-t-elle.

Après avoir soutenu le projet pendant plusieurs années, « la Ville souhaite qu’il soit revu dans des dimensions beaucoup plus raisonnables, qui s’intégreraient dans l’esprit villageois et dans les contraintes paysagères du parc national des Calanques ».

1
commentaires

A la une

Policiers escortés par des scooters, la vidéo choc était un clip de rap
"Regardez comment les policiers sont traités, et j'en ai plein d'autres des vidéos comme ça. Ce que je veux dire, c'est que ce sont...
« On apprend aux filles à se méfier de l’espace public »
Prendre les transports, aller d'un point à un autre dans la ville, s'arrêter sur une place, rentrer tard le soir... Que l'on soit homme ou...
Des quartiers Nord à la Belle de Mai, elles veulent une ville pensée pour elles
"On est toutes des militantes. On ne voulait pas faire la cuisine, on voulait faire des projets !" Comme ses amies du groupe Passer'elles...
« Si l’outrage sexiste est dans le code pénal, on pourra agir »
Lorsqu'une femme victime de violences arrive dans un commissariat, l'expérience n'est pas toujours aisée. À Marseille, le bureau d'aide aux victimes, rattaché à la...
Annoncée en 2015, la station Gèze déraille jusqu’à septembre 2019
L'effet de la nouvelle est imparable. La mâchoire se décroche, puis la bouche s'arrondit pour laisser passer un "oh non" incrédule, outré, vindicatif ou...
Poids lourd de l’éducation populaire, l’IFAC Provence menacée de liquidation
Les mines sont défaites. "On n'en peut plus", glisse-t-on parmi les représentants du personnel de l'IFAC Provence, devant la salle d'audience du tribunal administratif...
  1. Jean LucJean Luc

    Après avoir soutenu le projet pendant plusieurs années, « la Ville souhaite qu’il soit revu dans des dimensions beaucoup plus raisonnables, qui s’intégreraient dans l’esprit villageois et dans les contraintes paysagères du parc national des Calanques ».
    Savoureux…
    Effectivement, pourquoi ne pas avoir, dès le départ, été beaucoup plus raisonnable en refusant le permis de construire?
    Quels ont donc été les critères d’évaluation par la mairie à l’époque?
    La pollution du site était déjà largement connue, et les problèmes de congestion automobile dans le quartier également.
    Donc???

    Signaler

Ajouter un commentaire

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire