Le président de l’OM envisage des investissements en baisse si le club ne gère pas le stade

Menace
Bref
Benoît Gilles
16 Mai 2018 1

Les négociations sont en cours mais l’ambiance tendue. En charge du partenariat public-privé du Vélodrome et de sa gestion, la filiale de Bouygues Arema a engagé des pourparlers avec l’Olympique de Marseille pour partager la gestion du stade. Invité de la matinale de France Bleu Provence, conjointement au maire de Marseille, le président de l’OM, Jacques-Henri Eyraud est revenu sur ce bras de fer en précisant : « On a compris que le stade n’était pas à vendre. Ce n’est pas un problème pour nous. Il y a d’autres solutions pour faire en sorte que l’OM soit l’opérateur du stade Vélodrome. C’est essentiel pour nous« .

En cas d’échec des négociations en cours, le président de l’OM agite désormais une menace : « Si cela ne devait pas se produire, alors on en tirerait toutes les conséquencesNous afficherions une ambition moindre et des investissements moins importants. Ce serait dommage pour les Marseillais et leur équipe« . Un jour de finale de coupe d’Europe, c’est un avertissement qui peut avoir une certaine portée.

1
commentaires
Source : France Bleu Provence

A la une

Métro Gèze : la métropole sort les rames
Non, on ne verra pas les fameuses armoires électriques car "le métro fonctionne en ce moment". À l'origine du retard considérable de la livraison...
À l’hôpital Nord, les manifestants désespèrent de voir un jour arriver le métro
Le choix du parvis de l'hôpital Nord, pour une manifestation en faveur d'un métro dans les quartiers Nord, a la force de l'illustration. À...
Policiers « escortés » par des scooters, un clip de rap à l’origine de la vidéo choc
"Regardez comment les policiers sont traités, et j'en ai plein d'autres des vidéos comme ça. Ce que je veux dire, c'est que ce sont...
« On apprend aux filles à se méfier de l’espace public »
Prendre les transports, aller d'un point à un autre dans la ville, s'arrêter sur une place, rentrer tard le soir... Que l'on soit homme ou...
Des quartiers Nord à la Belle de Mai, elles veulent une ville pensée pour elles
"On est toutes des militantes. On ne voulait pas faire la cuisine, on voulait faire des projets !" Comme ses amies du groupe Passer'elles...
« Si l’outrage sexiste est dans le code pénal, on pourra agir »
Lorsqu'une femme victime de violences arrive dans un commissariat, l'expérience n'est pas toujours aisée. À Marseille, le bureau d'aide aux victimes, rattaché à la...
  1. libegafralibegafra

    « Pas à vendre » c’est la première phase idéale d’une vente juteuse.

    Signaler

Ajouter un commentaire

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire