Le patronat marseillais à la rescousse du taudis de famille de son président

Associés
Bref
le 20 Juil 2022
7

Au milieu de “programmes d’exception”, un immeuble en péril. Le promoteur Habside, anciennement Perimmo, vient de racheter le 46-48 rue Tapis Vert, évacué depuis l’automne 2020. Cet immeuble de Belsunce a la particularité d’avoir été cogéré pendant 17 ans par Philippe Korcia, président de l’union patronale pour les entreprises des Bouches-du-Rhône (UPE 13), rappelle La Marseillaise, qui avait révélé l’affaire dans le cadre d’une enquête en partenariat avec Marsactu et Le Ravi. Quant à l’acheteur, le patron d’Habside, il n’est autre que le vice-président de l’UPE 13, Stéphane Perez.

Derrière cette opération de sauvetage d’une réhabilitation qui s’enlisait, on trouve même une quarantaine de chefs d’entreprise, réunis dans le projet “Plus belle la ville”. On a tous fait le constat que beaucoup d’immeubles étaient mal rénovés, alors on a décidé de mettre tous entre 5 000 euros et 50 000 euros dans un pot commun. On veut redonner vie à des rues abandonnées. On a l’ambition de faire dix immeubles dans l’année qui vient”, indique Stéphane Perez au quotidien.

Source : La Marseillaise

Commentaires

L’abonnement au journal vous permet de rejoindre la communauté Marsactu : créez votre blog, commentez, échanger avec les autres lecteurs. Découvrez nos offres ou connectez-vous si vous êtes déjà abonné.

  1. Patafanari Patafanari

    A creuser. Et à reboucher.

    Signaler
  2. polipola polipola

    destinés à loger qui ?

    Signaler
  3. Richard Mouren Richard Mouren

    Ce serait chouette de connaître le prix de la transaction. D’ailleurs, qui est vraiment l’acheteur: la société Habside, le patron d’icelle, Perez ou le le regroupement des patrons? Ces sommes auraient pu être consacrées à racheter son immeuble à un propriétaire désargenté, pour qui la rénovation était impossible. Mais c’est peut-être le cas, ah ah!

    Signaler
  4. Brallaisse Brallaisse

    Curieux de connaître la destination finale de cette rénovation et de son montage.
    Les petits patrons marseillais vont t’ils se distinguer par une magouille supplémentaire ?.

    Signaler
  5. Zumbi Zumbi

    Que peut-on encore espérer des “forces vives économiques “d’une ville dont la bourgeoisie depuis de très longues années a pour vrai parti dirigeant une UPE entre les mains d’affairistes de l’immobilier (Korcia, Perez) succédant à un patron du bâtiment (Bencivegna) ? Notez que l’un d’entre eux faisait aussi dans les agences de voyage…
    Quelle grande enquête journalistique, quelle étude de sociologie urbaine nous montrera le rapport qu’il y a entre cet étrange patronat et l’absence totale d’urbanisme dans cette ville, l’absence totale de plan de circulation, et la multiplication d’une part de taudis spéculatifs et d’autre part d’opérations immobilières sans rapport avec les besoins d’un quartier, les services publics nécessaires, les espaces verts ? Avec le développement illimité du tourisme comme seul axe structurant des politiques urbaines depuis un quart de siècle ?
    Qui s’inquiètera que ces gens-là présentent une nouvelle combine collective à Belsunce comme un grand progrès ?
    Que tel ancien dirigeant de l’UPE13 ait pendant un temps

    Signaler
    • Zumbi Zumbi

      (erreur de manoeuvre) Que tel ancien dirigeant de l’UPE13 ait pendant un temps été considéré comme le candidat macroniste potentiel, LR-compatible, à la mairie de Marseille — ce qui signifie que ces gens-là ont comme ambition de prendre le contrôle direct de la ville, en se passant des hommes de paille qui leur ont longtemps servi de représentation politique ?

      Signaler
  6. Lacoste P. Lacoste P.

    Concours d’idées !

    L’immeuble du 46-48 Tapis Vert a une autre particularité :
    Sa réhabilitation a DÉJÀ été lourdement subventionnée par nos impôts (via l’ANAH) dans la décennie 90.

    Le résultat était tellement honteux et immonde qu’en 2004 ou 2005 l’association Un Centre-Ville Pour Tous l’a fait visiter en alertant la presse sur le danger pour les locataires: câbles électriques découverts, WC communs en fond de couloir, insalubrite partout,planchers instables…

    Mais primo l’Etat défaillant (ANAH) ne contrôle pas les travaux qu’il subventionne, secondo les patrons du MEDEF local n’ont bien sûr aucune éthique, hier comme aujourd’hui.

    Voilà comment ils font:
    On conventionne avec l’Etat comme quoi on pratiquera des loyers modestes (que personne ne contrôle), et en échange on touche les subventions (nos impôts) de la Ville et L’Etat, et cerise sur le gâteau on defiscalise ( c’est-à-dire dire qu’on ne paiera pas les impôts qu’on doit, sous prétexte de loyers sociaux que personne ne contrôle).
    Jackpot!

    Donc si les promoteurs- agents immobiliers, dont le seul vrai métier est d’extorquer le profit et la rente foncière, (soit du pigeon privé , soit de l’Etat )
    décident d’investir sur la réhabilitation du centre-ville de Marseille c’est qu’il y a un problème systémique .

    Je lance un concours d’idées à qui démontrera que dans le système vertueux mis en place au travers du PPA, la SPLA-IN, etc , il y a à un bug géant qui pourrait encore enrichir les spéculateurs et autres magouilleurs en cravate. Qui referont ce qu’ils savent faire depuis 30 ans: travaux sur facturés , sous-traites , hors normes, pas contrôlés , le tout en defiscalisant, et payés par le contribuable.
    Banco!

    Patrick LACOSTE

    Signaler

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire