Le diocèse de Marseille agacé après la vidéo de Martine Vassal réalisée au squat Saint-Just

Confession
Bref
le 17 Juin 2020
10

La dernière vidéo de la candidate LR à la mairie de Marseille a fait frémir jusqu’à Notre-Dame-de-la-Garde. Le diocèse fait savoir son agacement ce mercredi après la publication sur Facebook par Martine Vassal d’une vidéo où elle prend la parole dans l’enceinte de l’ancien squat Saint-Just évacué récemment. Elle y déplore l’occupation de ce bâtiment appartenant à l’église par des migrants durant plusieurs mois, dénonce les “exactions” qui y auraient été commises selon elle et critique les arrivées “massives” de migrants. Avant de promettre de faire en sorte “qu’il n’y ait plus ce genre de squats” si elle est élue maire de la Ville.

“Le diocèse ne cautionne pas du tout ces propos”, a confié une représentante de l’institution à Marsactu, qui ajoute que “Martine Vassal n’avait pas du tout l’autorisation de pénétrer sur notre propriété pour faire cette vidéo”. Durant l’occupation des lieux, le diocèse a longtemps travaillé avec les associations et collectifs qui y étaient installés et a notamment tenté à plusieurs reprises d’interpeller l’État et le département pour qu’ils prennent en charge ces populations. “Il faut rappeler que si le bâtiment a été occupé depuis décembre 2018, c’était pour y mettre à l’abri des mineurs non-accompagnés, dont le département présidé par Martine Vassal a la charge”, tacle la porte-parole du diocèse. En avril, la collectivité avait été une nouvelle fois sommée par la justice de prendre en charge des mineurs hébergés au squat Saint-Just et avait placé une cinquantaine d’entre eux.

+++

Commentaires

L’abonnement au journal vous permet de rejoindre la communauté Marsactu : créez votre blog, commentez, échanger avec les autres lecteurs. Découvrez nos offres ou connectez-vous si vous êtes déjà abonné.

  1. leb leb

    De pire en pire, après la bûche de chèvre, la Sibérie, les affiches diffamatoires et la fraude électorale, voici la xénophobie la plus rance. Elle propose quoi elle pour les migrants ? De les laisser à la flotte ? Bel exemple de faux-culterie chrétienne et réaction très digne du diocèse pour le coup.

    Signaler
  2. Electeur du 8e Electeur du 8e

    Aucune pudeur, aucune honte. Le-département-présidé-par-Martine-Vassal ne fait pas son boulot de mise à l’abri, et la-candidate-Martine-Vassal croit bon de surfer sur sa propre carence pour faire de la propagande xénophobe.

    Martine, voyons, en plus du Code électoral, il faut que tu médites cette phrase : “nul ne peut se prévaloir de sa propre turpitude.”

    Signaler
    • l'hirondelle attend toujours le Printemps l'hirondelle attend toujours le Printemps

      très bien résumé

      Signaler
  3. l'hirondelle attend toujours le Printemps l'hirondelle attend toujours le Printemps

    Le squat était en partie du au fait qu’elle ne respectait pas les obligations du département qu’elle préside sur l’hébergement des mineurs isolés. Si elle ne fait pas son job, qu’elle dégage et se taise! Elle est calamiteuse cette femme

    Signaler
  4. Brallaisse Brallaisse

    Cette femme n’a pas d’humanité.

    Signaler
  5. Freddo69 Freddo69

    Le diocèse avait retabli l’eau et l’électricité dès que les assocs se sont installées avec les gosses et les familles

    Signaler
  6. patrick patrick

    je suis certain que toutes les infos marsactu seront reprises par la provence la fameuse PQR avec une consonne de trop.

    Signaler
  7. Karo Karo

    A ce rythme même le diocèse va appeler à voter contre Martine !

    Signaler
  8. Haçaira Haçaira

    Si même les curés la rabrouent, il y a de l’espoir

    Signaler
  9. eolienne eolienne

    Madame Vassal accuserait le diocèse de laisser faire de son local un lieu de prostitution et de trafic de drogue au milieu de famille et de mineurs ? Entendons-nous bien, c’est une accusation grave ! Elle refuse la responsabilité qui lui revient à elle, présidente du département, de prendre en charge les mineurs étrangers isolés, selon la loi. Or trop de mineurs vivent à la rue ou dans des squats munis d’une obligation de protection provisoire que le Conseil départemental refuse de prendre en charge ; fort heureusement quelques uns ont pu trouver refuge dans cette demeure diocésaine, sous la protection de bénévoles éducateurs, médecins et autres… Ignore-t-elle que c’est abandonnés dans la rue qu’ils risquent en plus des maladies, d’être recrutés pour le trafic de stupéfiants et la prostitution ? Et que vient faire Mélanchon dans l’affaire ? De plus il n’est pas sur la liste des candidats du Printemps marseillais ?

    Signaler

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire