Les migrants mineurs de Saint-Just pris en charge par le département ce mardi

Départ
Bref
le 28 Avr 2020
1

Le département avait été sommé par la justice de mettre à l’abri 50 mineurs hébergés au squat Saint-Just dans un délai de 15 jours, il aura mis finalement une seule semaine pour le faire. Ce mardi, selon le collectif qui gère l’occupation du lieu depuis fin 2018, une quarantaine de jeunes a été prise en charge par la collectivité, certains dans des structures d’hébergement adaptées à Marseille et Arles, d’autres à l’hôtel dans un premier temps.

Parmi eux, certains vivaient dans ce squat dans l’attente d’une prise en charge depuis plusieurs mois. « Les jeunes sont plutôt contents de partir, ils en avaient marre, les conditions de vie se détériorent au squat, l’application des gestes barrière est impossible », commente Isabelle, membre du collectif.

Il ne resterait donc plus de mineurs isolés dans le bâtiment actuellement, certains jeunes, arrivés plus récemment, ayant été orientés vers des hébergements organisés par Médecins du monde et Médecins sans frontières. Le squat est toujours sous la menace d’une expulsion, qui pourrait survenir à la fin de la trêve hivernale, prolongée jusqu’au 31 mai. Près de 150 personnes, familles et adultes isolés, y vivent actuellement.

Commentaires

L’abonnement au journal vous permet de rejoindre la communauté Marsactu : créez votre blog, commentez, échanger avec les autres lecteurs. Découvrez nos offres ou connectez-vous si vous êtes déjà abonné.

  1. petitvelo petitvelo

    Quand on veut on peut ? Et bien sûr pas de pénalité pour rechignement, pas de quoi dissuader de recommencer à jouer le droit

    Signaler

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire