L’audience décisive pour la survie du journal La Marseillaise aura finalement lieu le 16 mai

SURSIS
Bref
Jean-Marie Leforestier
9 Mai 2018 0

Salariés et soutiens s’étaient rassemblés devant le tribunal de commerce ce matin dans l’attente de l’audience décisive pour la survie du journal La Marseillaise. Ils devront finalement attendre une semaine supplémentaire jusqu’au mercredi 16 mai. Le président des éditions des Fédérés qui possèdent le journal, Alain Hayot s’est adressé à eux depuis les marches du tribunal : “Le président tenait à nous voir pour nous dire “soyez prêts mercredi prochain”. Nous le serons.”

Depuis 18 mois, la Marseillaise est en période d’observation sur décision du tribunal de commerce. Le 16 mai, avec l’appui du promoteur immobilier Quartus et de Nice-matin,  la direction devra convaincre de la viabilité de son plan de redressement qui inclut un nouveau plan social.


A la une

À Marseille, l'”ancien monde” ne craint plus La République en marche
Poignées de main chaleureuses, cigarillo aux lèvres, petites blagues décontractées, Dominique Tian est ici chez lui et il entend bien le montrer. Vendredi 12...
Martine Vassal bricole un agenda environnemental à un milliard d’euros
Moins d'un mois. C'est le temps record qu'il aura fallu aux équipes de la métropole pour se greffer sur l'agenda environnemental du conseil départemental....
Les premiers arbres de La Plaine tombent malgré la résistance
La pluie tombe, les arbres aussi et certains manifestants pleurent en voyant les premiers tilleuls chuter dans un grand crac sinistre. Ils hurlent aussi...
Conflit d’intérêts à la tête de l’institut de recherche pour le développement
Charles Duchaine est de retour à Marseille. Pas le premier juge de l'affaire Guérini en personne, mais les contrôleurs de l'agence française anti-corruption (AFA)...
À Saint-Victoret, des travaux qui se font tout seuls embarrassent la métropole
C'est un joli parc à la sortie du bourg de Saint-Victoret en direction de la gare de Pas-des-Lanciers. A côté du centre aéré fraîchement...
L’institut Ricard drague les habitants de l’Estaque avec une ferme à poissons du futur
"Nous avons proposé un projet de ferme que l'on pourrait appeler... permaquacole !", lance fièrement Patricia Ricard, petite-fille de Paul et présidente de l'Institut océanographique du...

Commentaires

Vous devez être vous-même abonné pour écrire un commentaire sur un article réservé aux abonnés.

Ajouter un commentaire

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire