L’association Le Refuge porte plainte après l’agression transphobe de deux jeunes hébergés

TRANSPHOBIE
Bref
Jean-Marie Leforestier
7 Août 2018 2

Ils pensaient tranquillement aller acheter une pizza dans le quartier des Réformés. Deux jeunes majeurs hébergés par l’association Le Refuge, qui vient en aide aux jeunes LGBT ont été pris à parti par un couple alors qu’ils cheminaient dans le quartier ce lundi. Une insulte transphobe aurait été prononcée contre un des deux pensionnaires, raconte l’association. Les jeunes gens, qui ne se seraient dans un premier temps pas laissé faire, auraient été contraints de se replier dans le foyer rue Saint-Basile à quelques mètres de là. Poursuivis par le couple, ils auraient alors vu celui-ci défoncer la porte du local et y vider une bombe lacrymogène.

Ces faits ont poussé les deux hébergés et Le Refuge à déposer plainte ce mardi matin. L’association, qui loge les jeunes de 18 à 25 ans chassés par leur famille en raison de leur orientation sexuelle, raconte vivre déjà dans un contexte difficile : “Nous avons été victime d’un cambriolage pendant la Marche des fiertés. Les agressions verbales se sont multipliées dans le quartier. Des personnes malintentionnées sont venues uriner sur nos locaux. Il y a une escalade”, note le délégué départemental adjoint Flavien Odorin. Celui-ci poursuit : “Ce genre d’actes ne fait que renforcer notre foi dans le fait que nous sommes indispensables et qu’il est nécessaire que nous continuions notre travail pour faire changer les mentalités”.


A la une

Euroméditerranée se projette jusqu’en 2030, avec de nombreuses zones d’ombre
Il est de ces documents complexes aux nombreux acronymes qui découragent d'y plonger le nez. C'est le cas du "Protocole-cadre de partenariat n°V pour l'extension...
L’annulation du conseil municipal repousse encore le débat politique sur le mal-logement
Il y aura bien un rassemblement devant la salle du conseil municipal ce lundi matin. Mais celle-ci demeurera vide. Ce dimanche, le maire de...
Les habitants de Bel horizon craignent de voir leur tour disparaître
Les gilets jaunes flottent aux fenêtres et balcons de cette grande tour inélégante qui sert de fanal de l'entrée de ville, entre Saint-Lazare et...
Le stadium d’athlétisme Miramas, 22 millions d’euros mais pas de projets
Si vous êtes au village de marques, vous n’avez qu’à traverser la rue. C’est à Miramas, dans une zone moitié résidentielle moitié en friche,...
Centre commercial mort né, Bleu Capelette se réincarne en quartier de ville
Ce n'est pas encore un acte de renaissance, comme une première pierre avec élus, écharpes et sourires posés, mais cela y ressemble tout de...
Pour les évacués de la rue d’Aubagne, un retour espéré mais sans calendrier
Rue d'Aubagne. Plusieurs riverains, valises vides en mains, sont escortés par les pompiers vers leurs logements. Sans avoir de date de retour, les habitants de...

Commentaires

Vous devez être vous-même abonné pour écrire un commentaire sur un article réservé aux abonnés.

  1. stopcorruption13stopcorruption13

    Cette haine cette intolérance ne sont plus supportables !
    Mais une implantation du local dans la rue Saint bazile expose forcément à ce genre de dérives ! En passant à pied dans cette rue je me suis faite interpellée ainsi : ” Madame les femmes n’ont pas le droit de fumer ..”

    Signaler
  2. chabby chicchabby chic

    Pourquoi tant d’actes homophobes dans cette ville? il est temps de regarder la réalité en face!

    Signaler

Ajouter un commentaire

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire