La Ville d’Aix a équipé ses rues de 860 capteurs pour devenir « ville intelligente »

Big data
Bref
Violette Artaud
20 Août 2019 1

Ils sont placés dans les poubelles, sur les lampadaires ou dans les ruelles. La Ville d’Aix-en-Provence a installé 861 capteurs dans son espace public. La municipalité vise ainsi à devenir une « smartcity », ou « ville intelligente ». « Notre approche n’est pas, comme ailleurs, de partir de la technologie, mais de l’usage qu’on en fait pour le citoyen, et quelle interaction on peut mettre entre lui et la ville », développe dans la Provence Stéphane Paoli, adjoint LR au numérique. La Ville a ainsi sélectionné huit thématiques pour orienter l’utilité de ces capteurs : le flux piéton, l’éclairage et l’arrosage public, les îlots de chaleur, la qualité de l’air, la taux de remplissage des poubelles et le bruit.

« On pourra alors ajuster la politique publique avec plus de souplesse et sans lancer des frais dans des bureaux d’études », ajoute l’élu. La Ville entend également mieux répondre aux « besoins d’information » des citoyens. L’expérimentation a été initiée il y a un an sur 2 km² du centre-ville et doit se déployer pour couvrir toute la ville jusqu’à la Duranne. Le budget est de 300 000 euros par an, soit 1,2 million depuis 2016. Jaguar Network, Axians, Cisco et PTC sont, entre autres, les entreprises privées qui portent le projet. À Marseille, un projet similaire a été lancé il y a plusieurs années sous le nom de « big data de la tranquillité publique » (lire notre article). Celui-ci semble être aujourd’hui au point mort. Il inquiétait déjà les défenseurs des libertés publiques.

Actualisation le 26 août : il s’agit de Jaguar Network et non Jaguar.

Source : La Provence

A la une

Renvoyé en correctionnelle, le militant Kevin Vacher dénonce une décision « politique »
Épuisé mais soulagé. Le militant du collectif du 5 novembre, Kévin Vacher est sorti du palais de justice après plus de 28 heures de...
Marseille, bonne élève de la lutte contre les trafics de stupéfiants ? Pas si sûr
Mardi, trois ministres et un secrétaire d'État "descendaient" à Marseille, annoncés à la dernière minute, pour présenter le nouveau plan national de lutte contre...
La relance accélérée du PPP des écoles paraît mal engagée
En février dernier, le tribunal administratif décidait d'annuler la délibération actant le recours au PPP, partenariat public privé à un milliard d'euros, pour la...
Le cas Benoît Payan, point de crispation de l’union de la gauche marseillaise
Tout occupé à son union inédite et nourrie d'horizontalité, le mouvement pour un "rassemblement inédit" de la gauche se détourne pour le moment de...
Les dossiers chauds du conseil municipal du 16 septembre 2019
D'abord la foire de Marseille, fin septembre, puis la rentrée politique. Depuis vingt ans, le rituel est quasi immuable avec seulement deux conseils municipaux...
Soutenue par Jean-Claude Gaudin, Martine Vassal espère éviter la « guerre des droites »
Le secret de polichinelle n'en est plus un. Après plusieurs mois de faux suspens, Martine Vassal a annoncé sa candidature aux élections municipales, vendredi...

Commentaires

Vous devez être vous-même abonné pour écrire un commentaire sur un article réservé aux abonnés.

  1. Richard MourenRichard Mouren

    A Marseille, le « Big Data De La Tranquillité Publique » est devenu le big papa (Gaudin) de la quiétude municipale. Qu’en sera-t-il à Aix? j’ai bien aimé la touche hilarante du taux de remplissage des poubelles, un capteur dans chaque récipient?

    Signaler

Ajouter un commentaire

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire