La lettre des délogés du 65, rue d’Aubagne aux autorités

Colère
Bref
Jean-Marie Leforestier
29 Déc 2018 2

Ils sont quatre foyers à avoir survécu à l’effondrement du 65, rue d’Aubagne. Ce samedi midi, ils se sont rassemblés devant l’espace d’accueil des personnes évacuées de la rue Beauvau, fermé pour l’occasion, pour réclamer aux autorités “une aide exceptionnelle” après avoir tout perdu. Une petite centaine de personnes était présente pour les soutenir et écouter leur message.

Au mégaphone, Sophie D., elle-même ex habitante du 65, a lu une lettre à l’attention du préfet Pierre Dartout, au maire de Marseille Jean-Claude Gaudin et à la présidente du département et de la métropole Martine Vassal. “Sur quatre foyers, deux vivent encore à l’hôtel dont l’un sans aucune possibilité de relogement et deux autres ont été relogés, dont l’un dans un appartement insalubre qui ne lui convient pas”, ont-ils exposé.

Depuis lors, ils estiment que le traitement qui leur est réservé relève de la “maltraitance psychologique” et de “mauvais traitements”. Le courrier cite en exemple la demande au fonds solidarité logement devant être “accélérée”, qu’il a fallu “réitérer trois fois” et qui n’a pas obtenu de réponse du département vingt-cinq jours plus tard. Il ajoute que les 5000 euros de bons d’achat promis par la Croix-rouge – “la seule aide conséquente” – n’ont pas été versés.


A la une

La halte ferroviaire d’Arenc, cinq ans et puis s’en va
Au pied de la tour La Marseillaise, un panneau estampillé SNCF et une machine pour éditer des billets signalent la présence d'une voie unique...
À la Castellane, la rénovation prend forme mais bute toujours sur l’avenir du centre social
C'était au printemps 2016, la démolition d'une barre de logements à la Castellane était retardée pour cause de bras de fer politique autour de...
Enseignants et parents du collège Versailles refusent trois ans de cours dans un chantier
Ils n'étaient qu'une petite centaine mais ont fait beaucoup de bruit. Ce jeudi matin, parents d'élèves, professeurs et élèves du collège Versailles, dans le...
La marche contre les boues rouges lance l’année cruciale d’Alteo
La pression ne faiblit pas. Ce dimanche, trois associations organisent à Mange-Garri une "marche contre la pollution des boues rouges", à laquelle se joindra...
Joissains en appel : “Ne m’assimilez pas à un certain nombre de voyous de la République”
C'est un cri du cœur expulsé après près de cinq heures d'audience. "Ne m’assimilez pas à un certain nombre de voyous de la République...
La feuille de route du préfet Dartout pour une grande métropole d’Arles à Saint-Zacharie
Le document tant attendu par les élus est enfin arrivé. Le préfet des Bouches-du-Rhône vient de remettre ce mercredi au gouvernement son rapport sur la...

Commentaires

Vous devez être vous-même abonné pour écrire un commentaire sur un article réservé aux abonnés.

  1. Bakto13Bakto13

    Ce traitement sans aucune compréhension de la détresse humaine de la part des administrations locale et départementale n’est malheureusement pas étonnant. J e suis moi-même un délogé pour “évacuation à titre conservatoire” (!). Petit retraité et grand invalide, j’ai été une première fois mis à la rue par l’hôtel où j’ai été “relogé” provisoirement. J’ai dû me battre pour y être réintégré plusieurs jours plus tard. J’ai dû aussi dormir dans ma voiture une vingtaine de jours en tout entre le 18 novembre 2018 et aujourd’hui. J’apprends par votre article qu’il existe un fonds solidarité logement au Conseil départemental et que la Croix rouge émet des bons d’achat ! “On nous cache tout, on nous dit rien”

    Signaler
    • LNLN

      Allez au 2 rue Beauvau, vous aurez bcp d’infos sur vos droits et peut être un peu de réconfort 😊

      Signaler

Ajouter un commentaire

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire