La lettre des délogés du 65, rue d’Aubagne aux autorités

Colère
Bref
Jean-Marie Leforestier
29 Déc 2018 2

Ils sont quatre foyers à avoir survécu à l’effondrement du 65, rue d’Aubagne. Ce samedi midi, ils se sont rassemblés devant l’espace d’accueil des personnes évacuées de la rue Beauvau, fermé pour l’occasion, pour réclamer aux autorités “une aide exceptionnelle” après avoir tout perdu. Une petite centaine de personnes était présente pour les soutenir et écouter leur message.

Au mégaphone, Sophie D., elle-même ex habitante du 65, a lu une lettre à l’attention du préfet Pierre Dartout, au maire de Marseille Jean-Claude Gaudin et à la présidente du département et de la métropole Martine Vassal. “Sur quatre foyers, deux vivent encore à l’hôtel dont l’un sans aucune possibilité de relogement et deux autres ont été relogés, dont l’un dans un appartement insalubre qui ne lui convient pas”, ont-ils exposé.

Depuis lors, ils estiment que le traitement qui leur est réservé relève de la “maltraitance psychologique” et de “mauvais traitements”. Le courrier cite en exemple la demande au fonds solidarité logement devant être “accélérée”, qu’il a fallu “réitérer trois fois” et qui n’a pas obtenu de réponse du département vingt-cinq jours plus tard. Il ajoute que les 5000 euros de bons d’achat promis par la Croix-rouge – “la seule aide conséquente” – n’ont pas été versés.


A la une

[C’est mon data] Où sont les 22 000 hectares de terres agricoles bétonnées depuis 25 ans ?
Prenez une carte de Marseille. Enlevez quand même un petit bout du massif des calanques. Vous avez une idée de la surface de terres...
Jean-Noël Consalès : “90% du maraîchage de la métropole est consommé à l’extérieur “
Rarement le contenu de nos assiettes a autant servi de miroir à notre civilisation. La qualité de ce qu'on mange, comment et où ces...
La marina fantôme cachée derrière le hangar J1
Derrière le projet du hangar J1, il y a un loup voire, vu le contexte marin, un requin. La métaphore animale est de rigueur...
Romain Capdepon : “Dans les réseaux, on voit d’abord les minots mais sans rien savoir d’eux”
Pour les "Minots" dont parle Romain Capdepon, il y a, au commencement, l'espoir de côtoyer un "destin social acceptable". Le premier livre du chef de rubrique...
BG
Plan d’urbanisme : “Il y a une volonté politique latente d’embourgeoiser le centre-ville”
Depuis ce lundi et jusqu'au 4 mars prochain, la métropole soumet à enquête publique l'un des documents clefs du développement des 18 communes qui...
Christian Burle, un vice-président bétonneur pour gérer l’agriculture à la métropole
Martine Vassal était l'invitée d'honneur des vœux du maire de Peynier. "C'était une évidence de donner à Christian Burle la délégation de l'agriculture", déclame-t-elle. À...

Commentaires

Vous devez être vous-même abonné pour écrire un commentaire sur un article réservé aux abonnés.

  1. Bakto13Bakto13

    Ce traitement sans aucune compréhension de la détresse humaine de la part des administrations locale et départementale n’est malheureusement pas étonnant. J e suis moi-même un délogé pour “évacuation à titre conservatoire” (!). Petit retraité et grand invalide, j’ai été une première fois mis à la rue par l’hôtel où j’ai été “relogé” provisoirement. J’ai dû me battre pour y être réintégré plusieurs jours plus tard. J’ai dû aussi dormir dans ma voiture une vingtaine de jours en tout entre le 18 novembre 2018 et aujourd’hui. J’apprends par votre article qu’il existe un fonds solidarité logement au Conseil départemental et que la Croix rouge émet des bons d’achat ! “On nous cache tout, on nous dit rien”

    Signaler
    • LNLN

      Allez au 2 rue Beauvau, vous aurez bcp d’infos sur vos droits et peut être un peu de réconfort 😊

      Signaler

Ajouter un commentaire

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire