La fondation Abbé-Pierre se constitue partie civile dans l’affaire de la rue d’Aubagne

Enquête
Bref
Benoît Gilles
9 Jan 2019 1

Dans un entretien paru sur le site internet de France Info, le délégué général de la fondation Abbé-Pierre, Christophe Robert, annonce que son association va se constituer partie civile dans le cadre de l’information judiciaire ouverte contre X suite à l’effondrement de trois immeubles rue d’Aubagne. Il s’agit pour l’association de “passer à la vitesse supérieure” en se mobilisant “dans les années à venir avec un avocat pénaliste, maître Daoud, parce qu’on ne peut pas laisser faire comme ça”.

L’association veut faire de cette action un symbole d’une pression plus forte pour infléchir les politiques publiques : “Il faut vraiment que le ministre [du logement] s’engage dans un plan national contractualisé avec les collectivités locales”.

Source : Francetvinfo

A la une

Malades de la pollution à Fos : “Les personnes peuvent aussi être expertes de leur corps”
L'équipe du projet de recherche Epseal vient de dévoiler le deuxième volet de son étude. En 2017, ces universitaires franco-américains lancent un pavé dans...
Les États généraux de Marseille oscillent entre contre-pouvoir et stratégie électorale
"Quitte à mettre les pieds dans le plat je vais le dire : je veux qu'il y ait un homme ou une femme issue...
Maryse Joissains : “Les procès, tout ça, cela a été fait pour m’empêcher d’être candidate”
Élue depuis 2001, la maire Les Républicains d’Aix-en-Provence a annoncé à Marsactu son désir de briguer un quatrième mandat. À 76 ans, et malgré...
Trois immeubles menacent ruine et ferment une station de métro jusqu’à nouvel ordre
La place Jules-Guesde vibre de son activité habituelle, ce jeudi matin. Les turfistes cochent les cases autour du kiosque central. Quelques chibanis cherchent l'ombre...
La métropole met la première pierre à sa politique de lutte contre l’habitat indigne
La politique de lutte contre l'habitat indigne concentre les effets de contraste les plus radicaux : la réalité parfaitement abjecte des conditions de vie...
La décharge du Mentaure, où se croisent les intérêts des frères Guérini
C'est le dernier fil qui, selon le procureur de la République de Marseille, relie Jean-Noël Guérini à la première affaire qui porte son nom....

Commentaires

Vous devez être vous-même abonné pour écrire un commentaire sur un article réservé aux abonnés.

  1. LNLN

    Enfin !
    Oui, on ne peut pas laisser faire comme ca. Oui, il faut passer à la vitesse supérieure. Oui, le ministre du logement doit s’engager ET imposer un plan à cette équipe de bras cassés infâme, indigne et incompétente. Il ne faut pas infléchir ces politiques publiques, il faut en instaurer une et une vraie sans tous ces zozos. Outre la pression, il faut s’en mêler, dénoncer, accuser et condamner.
    Venez demander aux 1900 personnes évacuées qui n’ont aucune solution que des nuits en hôtel depuis plus de 2 mois pour certaines, qui se ruinent en repas froids, qui n’ont plus rien, qui ne dorment pas, qui sont en arrêt de travail, qui sont traumatisées, qui ont des enfants perturbés. Venez demander aux personnes âgées paumées dans des hôtels loin de chez elles, qui ne sortent même plus tant le choc les a sidérées.
    Venez voir leurs angoisses quand elles apprennent que leurs logements fermés sont cambriolés.
    Venez les rencontrer, les écouter. Elles sont au bord de l’implosion.

    Signaler

Ajouter un commentaire

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire