Estrosi lâche le siège de maire de Nice pour mieux devenir premier adjoint

Passation
Bref
le 1 Juin 2016
1

Élu président de région, Christian Estrosi ne peut rester maire de Nice, loi sur le non cumul des mandats oblige. Vendredi ce sera chose faite… a minima. Son premier adjoint Philippe Pradal va certes lui succéder indique Nice-matin mais Estrosi va rester très présent puisqu’il deviendra à cette même occasion… premier adjoint.

Cette décision intervient alors que le Conseil d’État vient d’écarter les trois recours déposés contre son élection à la tête de la région. Tant qu’ils n’étaient pas purgés, cela suspendait l’application de la règle sur le non-cumul des mandats. Christian Estrosi avait justifié de se maintenir à son poste par crainte de se retrouver sans poste si la décision du conseil lui était défavorable. Fin mars, le président de région a volontairement remis sa démission de l’Assemblée nationale, ce qui a entraîné l’élection dimanche de Marine Brenier dont il est le suppléant. Il reste aussi président de la métropole de Nice.

Source : Nice-Matin

Commentaires

L’abonnement au journal vous permet de rejoindre la communauté Marsactu : créez votre blog, commentez, échanger avec les autres lecteurs. Découvrez nos offres ou connectez-vous si vous êtes déjà abonné.

  1. Electeur du 8e Electeur du 8e

    M. Estrosi est sans nul doute un homme absolument indispensable. Ce n’est pas nécessairement un défaut, et l’on en trouve d’ailleurs beaucoup dans les cimetières.

    Mais manifester cette qualité en devenant suppléant de son successeur à l’Assemblée nationale et premier adjoint de son successeur à la mairie de Nice présente un petit inconvénient : on voit un peu trop qu’il prend la loi sur le cumul des mandats pour quantité négligeable, et les électeurs pour des cons.

    Signaler

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire