En grève de la faim, une délogée reçoit des menaces

Logement
Bref
Marie Dédéban
9 Avr 2019 2

S’ils ferment les logements à cause de toi (…) je reviens te brûler, ta maison, toi, tes enfants et tout le reste. Sale arabe, si on perd notre logement c’est à cause de toi.” Depuis quelques jours, Chaïma Belkhiria reçoit ce genre de menaces téléphoniques, comme le révèle La Marseillaise. La mère de famille est en grève de la faim depuis huit jours, ainsi que deux autres femmes. Elles protestent contre l’état dégradé de leur immeuble, situés au 289 avenue de la Capelette (10e arrondissement).

En décembre 2018, alors que Chaïma cuisine, le plafond de son appartement, situé au premier étage de l’immeuble, s’écroule. Un mois plus tard, l’ensemble des habitants du 289 avenue de la Capelette sont évacués, au grand dam des autres propriétaires, qui estiment la situation “injuste”. Selon certains d’entre eux, la structure de l’immeuble serait “saine”. 

Le 29 mars, la Ville signe une mainlevée partielle du péril. Les services de la mairie rappellent Chaïma, par erreur, et lui demandent de regagner son logement. Son appartement ne fait pas partie de ceux qui sont concernés par la main levée. Comme le précise La Marseillaise, les appartements de Chaïma, Laurina, mère de cinq enfants, et Gloria, sexagénaire isolée, n’ont pas été rénovés, contrairement aux attestations produites un architecte. Ce dernier serait, toujours selon La Marseillaise, le frère d’un des propriétaires. Les trois femmes, quant à elles, entendent faire valoir leur droit à la décence.

Source : La Marseillaise

A la une

Élus et policiers municipaux plébiscitent les caméras portatives qui ne filment jamais
Les policiers municipaux de Marseille, de Venelles ou encore de Saint-Martin-de-Crau vont pouvoir redevenir vidéastes. Le 16 avril, le préfet de police des Bouches-du-Rhône...
[Document] Dès 2016, une étude comptait 1100 logements très dégradés à la Belle-de-Mai
Y a-t-il un tiroir spécial où la Ville range ses études urbaines ? Un tiroir avec la particularité d'avaler la clef avec laquelle il...
Marseille manque-t-elle de bureaux ? Le vrai du faux
Vœux de début d’année, inauguration, bilan….. À chaque sortie devant les journalistes,  Jean-Luc Chauvin l'assure : "Marseille manque de bureaux pour accueillir des entreprises...
La fille de Zineb Redouane demande le dépaysement de l’enquête
Quatre mois et demi après le décès de Zineb Redouane à Marseille, Yassine Bouzrou, l’avocat de sa fille Milfet, a contesté le 15 avril sur France...
Au squat Saint-Just, après quatre mois d’accueil, la menace de l’expulsion s’accentue
Le squat Saint-Just a gardé ses airs de petite communauté joyeuse autogérée, mais l'effervescence n'est plus la même. Les 4 et 5 avril, la...
L’architecte du Vélodrome version 98 ne peut faire valoir ses droits sur le stade
Le post-scriptum de l'enrhumoir ou le testament d'une corolle. Il y a un an, Marsactu révélait que l'ancien architecte du stade Vélodrome, Jean-Pierre Buffi,...

Commentaires

Vous devez être vous-même abonné pour écrire un commentaire sur un article réservé aux abonnés.

  1. chlochettechlochette

    Attention il y a des fautes et il manque des mots!

    Signaler
    • Julien Vinzent_Julien Vinzent_

      Bonjour, c’est corrigé, merci pour votre vigilance !

      Signaler

Ajouter un commentaire

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire