Évacuation des derniers occupants du bâtiment H du parc Kallisté

Dehors
Bref
Violette Artaud
12 Fév 2018 1

L’évacuation des derniers occupants illicites du bâtiment H du parc Kallisté, pour la plupart des migrants, a finalement eu lieu ce matin. « Le concours de la force publique demandé par la mairie à l’État a été accordé afin de procéder à l’évacuation des personnes qui se seraient maintenues dans les lieux sans droit ni titre et malgré l’arrêté municipal. Pour cette opération, deux escadrons de gendarmerie mobile sont venus épauler les policiers de la division Nord de la DDSP », a fait savoir la préfecture dans un communiqué envoyé ce lundi. Sous le coup d’un arrêté de péril visant les parties communes pris par la Ville, le bâtiment fait partie d’un plan de sauvegarde depuis 2009.

Un gymnase a été mis à disposition par la Ville afin d’héberger, pour une durée non précisée, les quelques occupants qui resteraient encore sur place. Un hébergement provisoire qui doit être accompagné d’un « diagnostic social » mené par les associations SARA, LOGISOL et la Croix rouge. Mais alors qu’ils étaient environ 200 dans ce bâtiment selon les associations, beaucoup, informés de l’imminence de l’évacuation, ont décidé de quitter les lieux avant ce matin, comme le montre un reportage de France 3 tourné ce dimanche. Pour eux, dont certains ont le statut de réfugié, c’est donc le retour à la rue.

1
commentaires
Source : France 3

A la une

Métro Gèze : la métropole sort les rames
Non, on ne verra pas les fameuses armoires électriques car "le métro fonctionne en ce moment". À l'origine du retard considérable de la livraison...
À l’hôpital Nord, les manifestants désespèrent de voir un jour arriver le métro
Le choix du parvis de l'hôpital Nord, pour une manifestation en faveur d'un métro dans les quartiers Nord, a la force de l'illustration. À...
Policiers « escortés » par des scooters, un clip de rap à l’origine de la vidéo choc
"Regardez comment les policiers sont traités, et j'en ai plein d'autres des vidéos comme ça. Ce que je veux dire, c'est que ce sont...
« On apprend aux filles à se méfier de l’espace public »
Prendre les transports, aller d'un point à un autre dans la ville, s'arrêter sur une place, rentrer tard le soir... Que l'on soit homme ou...
Des quartiers Nord à la Belle de Mai, elles veulent une ville pensée pour elles
"On est toutes des militantes. On ne voulait pas faire la cuisine, on voulait faire des projets !" Comme ses amies du groupe Passer'elles...
« Si l’outrage sexiste est dans le code pénal, on pourra agir »
Lorsqu'une femme victime de violences arrive dans un commissariat, l'expérience n'est pas toujours aisée. À Marseille, le bureau d'aide aux victimes, rattaché à la...
  1. libegafralibegafra

    Pour une fois, c’est allé vite. Un petit arrêté de péril pour l’Escalette ?

    Signaler

Ajouter un commentaire

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire