Du retard dans l’application de la loi sur la prostitution à Marseille

VU SUR LE WEB
Bref
Lisa Castelly
11 Sep 2018 1

En 2016, les parlementaires votaient une nouvelle loi sur la prostitution prévoyant la pénalisation des clients et la mise en place de “parcours de sortie” pour les travailleuses du sexe souhaitant arrêter. Mediapart interroge dans un article paru cette semaine l’application de la loi, deux ans après, à Marseille. À première vue, les effets commencent à peine à se faire sentir.

Ainsi, la première commission départementale de prévention et de lutte contre la prostitution, le proxénétisme et la traite des êtres humains s’est réunie pour la première fois le 4 juillet dernier. Les associations ont présenté les cas de 11 personnes candidates à ces parcours de sortie, cinq ont été retenus. Des dossiers qui comportent bien souvent un volet immigration, puisque les personnes en situation irrégulière se voient proposer entre autres aides, un titre de séjour renouvelable, ce qui rend l’examen des dossiers d’autant plus scrupuleux. Par ailleurs, les personnes qui gagnent bien leur vie grâce à la prostitution sont moins intéressées par ces parcours de sortie en raison de la très faible indemnisation mensuelle proposée, 330 euros.

Pour ce qui est de la pénalisation des clients, la loi ne semble pas être davantage appliquée. “Occasionnellement, en deux ou trois endroits du département, des clients ont été verbalisés, mais pas à Marseille”, estime Véronique Castelain de la directrice de l’association Le Nid auprès de Mediapart. “À Lyon, la mairie voulait faire disparaître les filles des rues pour gentrifier. Ils les ont incitées à se mettre en camionnette. Marseille, c’est un peu comme Liverpool. Dans les ports, il y a une sorte de tolérance”, analyse ainsi une travailleuse du sexe membre du Strass.

Source : Mediapart

A la une

Le projet de la piscine d’Euroméditerranée prend l’eau
Il fait partie des arguments avancés par la ville de Marseille, lorsque les critiques concernant le manque de piscines municipales se font trop vives....
Bernard Tapie veut licencier le principal syndicaliste de La Provence
La scène se déroule non pas à Marseille mais à Paris d'où Bernard Tapie dirige son journal, La Provence. L'actionnaire principal tient ses conseils...
Habitat indigne : l’État et les collectivités rejouent leur éternel ping-pong
"Jean-Claude, cela serait bien que nous appelions Julien Denormandie et Jacqueline Gourault lundi matin. Je la connais bien, elle était au Sénat avec moi"....
Violences à la marche de la colère, manifestants et policiers se rejettent la faute
Fierté et déception. C'est dans cet état d'esprit que les organisateurs de la marche de la colère faisaient le bilan devant la presse. Fierté...
Un nuage de lacrymo trouble la colère des Marseillais
Un énorme nuage de lacrymogène en guise de réponse à la contestation pacifique. À 19 h 30, une partie des 8000 manifestants comptés par la police...
Emportée par la vague #BalanceTonTaudis la mairie tente de garder la tête hors de l’eau
"Depuis que ça a été lancé, c'est une avalanche. Ça noie complètement le service gestion des risques parce qu'on est appelé de partout." Ce week-end,...

Commentaires

Vous devez être vous-même abonné pour écrire un commentaire sur un article réservé aux abonnés.

  1. ptit-marinptit-marin

    loi totalement démagogique, faite par un PS en mal de reconnaissance.
    souvenons nous de Msieur Dominique S-K et ses copines Lilloise et d’ailleurs….

    quant au fait de donner des titres de séjours, là encore pure démagogie!!
    bravo

    Signaler

Ajouter un commentaire

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire