Les Docks village, nouvelle victime de l’overdose commerciale ?

Cimetière
Bref
Jean-Marie Leforestier
2 Oct 2017 17

On savait les commerces du centre-ville mal en point. Les Docks village semble suivre le même chemin, comme le documente ce lundi La Provence. Quinze boutiques ont déjà baissé le rideau en deux ans, pour seulement cinq créations. “Si ça continue, nous allons devenir un cimetière commercial”, s’inquiète Emmanuel Laurand, patron du restaurant l’Ambassade de Bretagne et président de l’association des commerçants.

Parmi les griefs des commerçants, on retrouve la faible occupation de la partie bureaux qui selon eux nuit à la fréquentation de leurs commerces. Ils se plaignent aussi d’une augmentation conséquente des charges réclamées par Constructa, le promoteur du projet. Une première enseigne a fait annuler par la justice une saisie sur le compte d’un commerçant de 12 000 euros correspondant à des charges présentées sans justificatifs.

Voisins des Terrasses du port, les Docks village misent sur des boutiques et une clientèle haut de gamme.

Source : La Provence

A la une

Martine Vassal paye de nouveaux vestiaires à 1,8 million au Cercle des nageurs
Combien coûtent des vestiaires de champions olympiques ? Si l'on en croit le rapport qui sera soumis au vote vendredi en commission permanente du...
17 ans plus tard, le tramway vers la place du Quatre-Septembre fait son grand retour
À Marseille pour que les choses bougent, il faut parfois prendre un peu d'avance. Il en est ainsi du tronçon de tramway qui doit...
« Notre préjudice s’élève à près d’un million et demi d’euros de marchandises volées »
"C’était open-bar pour tout le monde. Même les gens installés à la terrasse d’à côté sont venus se servir !" Samedi en fin d’après-midi,...
Vice-président LR du département, Thierry Santelli loue un taudis à Saint-Mauront
"Péril grave et imminent", "interdit à toute occupation". Ces mots, devenus récurrents, frappent un logement loué par Thierry Santelli, conseiller municipal Les Républicains et...
Manifestants cherchent maire, désespérément
Huit cercueils de carton noir avancent lentement vers l'hôtel de ville marseillais, au son d'une marche funèbre jouée par un saxophone, un tuba et...
Euroméditerranée se projette jusqu’en 2030, avec de nombreuses zones d’ombre
Il est de ces documents complexes aux nombreux acronymes qui découragent d'y plonger le nez. C'est le cas du "Protocole-cadre de partenariat n°V pour l'extension...

Commentaires

Vous devez être vous-même abonné pour écrire un commentaire sur un article réservé aux abonnés.

  1. LNLN

    Et on aurait des nouvelles du “futur” centre commercial Bleu Capelette ? vous savez ce terrain vague juste à côté de la patinoire…. ; )
    Parce que les panneaux publicitaires nous vendant le miracle étant tjs là, on peut tout imaginer quoi !

    Signaler
  2. Antoine de MeriaAntoine de Meria

    Ne soyez pas inquiet ou inquiète, la croisière devrait tout sauver, comme d’habitude

    Signaler
    • neomarsneomars

      C’est vrai que les nombreux croisiéristes à 500€ la semaine “all inclusive”, vont venir dépenser au moins 200€ dans chaque boutique , non ? On aurait pas confondu les croisiéristes du Costa gnagnagna et ceux du Phocéa dans les belles études ?

      Signaler
  3. TaramaTarama

    Idem pour les Voûtes de la Major dont la moitié des vitrines sont vides.

    Signaler
  4. LaPlaine _LaPlaine _

    Les Voûtes se remplissent à pas comptés…pour combien de temps? (Habitat une atmosphère glaciale, un emplacement raté selon moi). Les Docks, une ambiance de musée, comme le disent si bien les commerçants, mais où on ne consomme pas. Les TDP, désertes en semaine et un peu plus “visitées” le samedi (je serais curieux d’avoir le CA du Printemps…). Rue de la république…on connait la chanson. Le centre-ville historique ,entre abandon et rafistolages. Ajoutez là-dessus une couche de CC du Prado à venir et vous aurez l’avenir glorieux de cette folie des grandeurs commerciale aujourd’hui totalement hors-sol.

    Signaler
  5. julijojulijo

    Oui, ambiance de musée. On vient s’y promener de temps en temps, mais pas y faire des achats (une ou deux bricoles en passant et encore) . Les docks, c’est un très bel endroit, la balade jusqu’au mucem est fort agréable si on évite les jours de mistral….et on aperçoit de temps en temps un “magasin” ouvert….atmosphère effectivement un peu bizarre.
    Les terrasses du port ne bénéficient pas de cette envie de promenade, trop centre commercial…..mais la terrasse est un endroit sympa si on y monte.

    Bref, avait-on vraiment besoin de ces endroits “commerciaux” ?
    D’autant que lorsqu’on se penche, notamment aux docks, sur les vitrines de certains magasins, on est ébahi par les prix….certains objets sont vendus au double du prix normal. Parallèlement, ces endroits sont destinés davantage aux croisiéristes qu’à la population marseillaise…. quand il y a des bateaux de croisière dans le port, il n’y a pas pour autant foule…
    Une grande réussite.
    La nullicipalité est bien nulle, CQFD quasi inutile.

    Signaler
    • leravidemiloleravidemilo

      Le double du prix!!! Ah ben zut alors, j’aurais pas crû. Moi, perso, concernant ces vitrines là, j’applique la sage recommandation de notre cher César:, “Et quand vous mesurez la profondeur, laisse un peu les autres se pencher!”

      Signaler
    • LaPlaine _LaPlaine _

      Puis-je me permettre de rectifier, n’est-ce pas plutôt :”…laisse un peu plonger les ôtres !”

      Signaler
    • TaramaTarama

      J’aimais bien les Docks avant qu’ils n’en fassent un centre commercial. La rénovation était très réussie.

      Signaler
    • LNLN

      Ou plutôt : “… et là où ça sera trop profond, laisse un peu mesurer les zôtres.”

      Signaler
    • LaPlaine _LaPlaine _

      Ah la mémoire…finalement on créé de nouvelles répliques…

      Signaler
  6. leravidemiloleravidemilo

    ça suit son cours, hors course/off course… La “ville nouvelle” euro+mède alors (!) tire l’ensemble vers le bas, avec ses airs de déjà vu. (Waiting for the yacht club et ses boutiques, ainsi que ses boutiques…).

    Signaler
  7. Electeur du 8eElecteur du 8e

    La folie des centres commerciaux qui déplacent la consommation plus qu’ils ne l’accroissent et tuent les centres-villes n’est malheureusement pas une spécialité de notre nullicipalité : il y a en France un “stock” de quelques centaines de milliers de mètres carrés encore à construire.

    Apparemment, nos maires et élus municipaux n’ont jamais entendu parler d’internet et des achats en ligne, qui gagnent chaque année des parts de marché – surtout dans le non alimentaire – au détriment des lieux physiques d’achat. Le vrai match ne se joue pas entre les TDP et le Centre Bourse, mais entre ces deux-là et Amazon…

    Que va-t-on faire des mètres carrés commerciaux excédentaires en centre-ville ou en périphérie ? Des musées à la gloire de la gestion de nos élites municipales ?

    Signaler
    • LaPlaine _LaPlaine _

      Il est clair que d’ici 10 ans le tableau va être désastreux et en particulier ici…

      Signaler
  8. Antoine de MeriaAntoine de Meria

    Oh c’est déjà le cas pas la peine d’attendre 10 ans .
    Canebière, un mouroir, St Ferréol le vide sidéral, Rome désertique , Paradis la décrépitude est en marche. Je ne parle même pas de la galerie du Centre Bourse. Le sort de la République est déjà scellé.
    Oublions La palud , La rue Longue. Reste Grignan et encore et jusqu’à quand.
    Qui a connu Marseille et qui la voit aujourd’hui. Un véritable Massacre.
    Vous pouvez rajouter, tant que nous y sommes, un quartier vivant comme la Belle de Mai qui est devenue “La poubelle de Mai” comme dirait QN.
    Bravo à Gaudin et a son orchestre !!!!!!!!

    Signaler

Ajouter un commentaire

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire