Des incidents sur le chantier de La Plaine après le carnaval

Dégradations
Bref
Benoît Gilles
11 Mar 2019 5

Au milieu de la nuit de dimanche à lundi, la place Jean-Jaurès en chantier a été une nouvelle fois le théâtre d’affrontements, prolongement de ceux déjà esquissés durant l’après-midi, lors d’un face à face avec les forces de l’ordre en marge du carnaval (lire notre article). Selon La Provence, les agents de sécurité ont aussitôt prévenu les forces de l’ordre qui sont intervenues pour repousser la centaine d’individus qui tentaient d’occuper le chantier. Toujours selon le quotidien, sept interpellations ont eu lieu au cours de cette intervention et un policier a été blessé.

Ce lundi, le président LR de la région Provence-Alpes Côte d’Azur Renaud Muselier condamne de son côté les dégradations commises sur l’arc de triomphe de la porte d’Aix, demandant que des “sanctions exemplaires” soient prises contre les auteurs de ces “dégradations intolérables”.

Source : La Provence

A la une

Le parquet financier perquisitionne la vieille garde pléthorique de Jean-Claude Gaudin
Le parquet national financier est de retour au château. Il y a quelques jours, des gendarmes ont opéré de nouvelles perquisitions à l'hôtel de...
Faute de dialogue, la grève des femmes de chambre de l’hôtel NH s’enlise
C'est le 43e jour de grève. L'entrée principale de l'hôtel NH Collection est habillée de confettis de papier journal. Un mot signé de l'établissement...
Nouvelle information judiciaire ouverte pour harcèlement à Lidl Rousset
L'affaire Sansonetti est devenue un symbole du mal-être au travail, depuis le suicide de ce technicien de maintenance, sur le site de Lidl à...
Déguisés en touristes, militants et délogés interpellent Martine Vassal sur son indifférence
Ils sont entrés discrètement, au compte-goutte, en chemises et petites robes chics, quand on les croise plus souvent en t-shirt et pantalon. Ce mercredi,...
Travailleuses détachées à Arles, elles ont lancé l’alerte contre le servage moderne
Yasmine et sa cousine K. grandissent à Tarragone, en Catalogne, bien loin de la plaine fertile du pays d'Arles. En 2011, la crise les...
Au 11 rue d’Aubagne, les locataires vivent dans l’inquiétude et sous les étais
"Je rêve régulièrement que je suis sous les gravats, et que ma fille me cherche." Depuis le 28 février 2018, Nadia Bechari habite Noailles,...

Commentaires

Vous devez être vous-même abonné pour écrire un commentaire sur un article réservé aux abonnés.

  1. LaPlaine _LaPlaine _

    A part çà c’était un carnaval bon enfant… Tout le quartier de la Plaine, Bibliothèque, Thiers est dégradé, tagué, vandalisé. Marsactu un peu plus dans la complaisance.

    Signaler
  2. ALIBIALIBI

    Moi je vois dans la rue des femmes avec des bébés faire la manche, je vois des personnes très pauvres partout dans cette ville, des enfants qui mendient au lieu d’être à l’école, des personnes délogées qui attendent, attendent, attendent.

    Pour moi, c’est ça les vraies dégradations. Ce qui attaquent l’humanité des hommes.

    Un monument : ça se nettoie, ça se restaure, c’est du solide. De la pierre qui traverse les décennies.

    Un être humain… je ne sais pas, je vois ça plus vulnérable, plus fragile.

    Monsieur Renaud Muselier ferait bien de regarder son passif plutôt que de faire de grandiloquentes leçons de morale. Est-il, lui, un exemplaire homme politique pour demander d’exemplaires sanctions ?

    Signaler
    • MaltsecMaltsec

      Belle confusion dans un crâne fumeux, en quoi le soucis de l’autre est-il compatible avec un comportement barbare, vous êtes outrés par l’adjectif? Détruire la mémoire c’est chercher à atteindre l’humain. Le début du respect c.est préserver le cadre commun. Les plainards se talibanisent avec un fumé tambourin et galoubet réactionnaire . Rien n’en sortira de positif pour la maman isolée et à la rue croyez-moi. Bon gargarisme

      Signaler
    • leravidemiloleravidemilo

      En général, et sur cette affaire, dans les interventions des défenseurs du gaudinesque projet, l’invective ne prend pas le temps de taper à la porte et se présente dès le 5ème ou 6ème mot; vous y êtes! Bien. Ne vous corrigez surtout pas; je me suis promis, à temps perdu, de faire une étude là dessus. Comme de bonne règle sur le web, vous n’aurez pas le droit à l’oubli, et d’ailleurs vous ne le méritez pas.
      Sauf à penser que tous ces “braves” gens sont tombés dans la bassine très jeunes, il faut en conclure que la complicité mentale avec la nullicipalité ne manque jamais de produire les effets délétères et tout autant collatéraux : impossible de répondre à l’autre sans le traiter préalablement de tous les noms d’oiseaux, histoire de se rassurer quelque peu; si l’autre est confus c’est que je suis clair, si l’autre est fumeux là, du coup, je vais pas tarder à paraitre lumineux; Ceci bien sur, en n’oubliant jamais d’aller moraliser l’autre, avec l’inévitable couplet sur le “respect”; le respect, oui Mossieur, de l’ouvrage, du préposé au travail, de l’argent public, du mur, de l’arc de triomphe, de la mémoire, du patin et du couffin, mais jamais des ceusses à qui vous vous adressez. C’est quasiment une constante, chez vous et vos comparses.
      Et donc “l’adjectif” de barbare ne peut pas nous outrer, il est prévisible, dans la suite logique de votre …logique. Le barbare, l’étranger, celui qui ne parle pas votre langue, celui qui cerne l’empire… Mais rassurez vous, on est bien content de ne pas la causer votre langue, vitupérante, bilieuse, haineuse.. Simplement, il nous arrive de nous inquiéter pour vous et vos acolytes. Dans quel état allez vous sortir de la chose. Chénoz, “vieux monsieur fatigué”, mais d’expérience, annonce un chantier de deux ans et demi, et d’expérience marseillaise on peut donc compter, au doigt mouillé, trois ans et demi, et même un peu plus, compte tenu des perturbations propres à celui là, de chantier marseillais!
      Allez, on se masse les tempes, on respire…une petite chanson de Dick Annegarn : “Madame l’institutrice est morte ce matin/ ce matin à l’aube dans l’eau de son bain./ Y en a qui disent qu’elle est décédée/ moi je dis qu’elle s’est suicidée.
      C’était hi- er au cours d’histoire/ l’empire romain contre les barbares/ elle nous a dit c’est l’début de la fin/ l’empire romain périra demain….”

      Signaler
  3. ALIBIALIBI

    Crâne fumeux se gargarisant de talibanismes voit qu’il n’y a rien sur l’urine des hommes qui ravagent nombre de façade historiques et empuantissent les lieux publics.

    Signaler

Ajouter un commentaire

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire