Décharge illégale du BTP à l’Estaque : un gérant condamné à 6 mois de prison avec sursis

Pelletée
Bref
Julien Vinzent_
11 Oct 2018 3

Les collines en portent encore les traces. Sur les hauteurs de Corbières (16e), un ballet de camions a déversé en toute illégalité des centaines de milliers de tonnes de déchets du bâtiment. Plus de deux ans après les révélations de Marsactu, la justice, qui avait été saisie par la mairie du 15/16, vient de condamner le gérant de CMTP à six mois de prison avec sursis et 10 000 euros d’amende. Il avait mis près de deux ans à faire cesser les dépôts, prétextant une procédure de régularisation, pourtant impossible.

Racontée par la Marseillaise, la fin de l’affaire a semble-t-il laissé “pantois” le procureur, qui avait requis un an, 5000 euros et 5 ans d’interdiction d’exercer. Le chef d’entreprise Olivier Masoni était absent et sa société est en cours de liquidation. Sa fille, également prévenue, a été irrégulièrement citée et n’est donc pas inquiétée, tout comme sa société MMTP, déjà radiée du registre du commerce… Quant à la Ville de Marseille, dont le plan local d’urbanisme a été copieusement bafoué, elle était absente lors du procès, s’est étonnée la présidente.

Source : La Marseillaise

A la une

Face à la rocade L2, les damnés de l’autoroute n’entendent plus se laisser faire
Ce mercredi, certains habitants des Castors de Servières (15e) ont entendu de joyeux klaxons. Pas ceux des habituels bouchons qui s'étirent sous leurs fenêtres,...
L’inéluctable fermeture de la centrale à charbon de Gardanne
Ouvrir la voie du dialogue, après les déclarations de principe. Les élus du pays de Gardanne, maire, parlementaires et représentants des collectivités étaient vendredi...
L’opacité du méga contrat de l’eau de Marseille à nouveau critiquée
Pour sa première séance en tant que présidente de la métropole Aix-Marseille Provence, Martine Vassal (LR) a trouvé en tête de l'ordre du jour...
Accusé de construire sans autorisation, Ricciotti plaide le génie sans limite urbanistique
"Ce qui fait la renommée de tous mes projets, c’est leur dimension expérimentale". Rudy Ricciotti, Grand prix national de l’architecture en 2006, auteur du Pavillon...
À Marseille, l'”ancien monde” ne craint plus La République en marche
Poignées de main chaleureuses, cigarillo aux lèvres, petites blagues décontractées, Dominique Tian est ici chez lui et il entend bien le montrer. Vendredi 12...
Martine Vassal bricole un agenda environnemental à un milliard d’euros
Moins d'un mois. C'est le temps record qu'il aura fallu aux équipes de la métropole pour se greffer sur l'agenda environnemental du conseil départemental....

Commentaires

Vous devez être vous-même abonné pour écrire un commentaire sur un article réservé aux abonnés.

  1. Electeur du 8eElecteur du 8e

    Dix mille euros d’amende, ça représente quel pourcentage du bénéfice réalisé sur les centaines de milliers de tonnes de déchets abandonnés là ? La sanction est-elle dissuasive ?

    En tout cas, ce qui n’est pas dissuasif, c’est l’attitude de la ville, qui montre par son absence qu’elle s’en fout : le je-m’en-foutisme, l’un des piliers du gaudinisme avec le laisser-faire…

    Signaler
  2. Germanicus33Germanicus33

    C’est quand même incroyable, il devrait être condamné à ôter ses détritus de la colline et à les déposer dans une décharge prévue à cet effet, en payant bien évidemment.
    Quant à la ville de Marseille, çà révèle bien l’incurie de cette municipalité, qui livre nos quartiers à Vinci!
    Des logements chers, de nouveaux habitants, et aucune nouvelle école…
    Le maire s’en fout évidemment, atteint par la limite d’âge pour ne pas être méchant!

    Signaler
  3. darkvadordarkvador

    Le dirigeant impliqué est le beau-fils d’un conseiller municipal très influent, ne cherchez pas plus loin “l’absence” de la municipalité…

    Signaler

Ajouter un commentaire

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire