Jugée à partir de mardi aux assises d’Aix-en-Provence pour avoir tué son mari violent

Assises
Bref
Lisa Castelly
17 Mai 2018 0

Le 25 septembre 2010, Annie Métais donnait la mort à son ex mari, à Bandol suite à une énième crise de violence de la part de ce dernier. Aujourd’hui, cette femme résidant à Meyreuil se prépare à voir son histoire décortiquée par la justice lors de son procès, du 22 au 24 mai devant les assises des Bouches-du-Rhône. Libération plonge dans l’histoire de cette famille ponctuée par les crises du mari maniaco-dépressif, les violences, les tentatives de fuite d’Annie Métais avec ses enfants. Jusqu’au drame, survenu malgré une séparation du couple depuis plusieurs années durant laquelle les relations s’étaient apaisées, en apparence. « J’aimerais que les jurés puissent comprendre que ce qui m’est arrivé aurait pu arriver à n’importe qui », confie Anne Métais au journal.

La justice la décrit comme une « manipulatrice » doté d’un « sang froid glaçant », d’une « intelligence supérieure » et « narcissique », capable d’avoir tenté de noyer le corps de son défunt mari à l’aide d’une ancre. Après huit mois à cacher sa culpabilité, elle a été démasquée et a passé 18 mois en détention préventive.

Son avocat, Me Olivier Lantelme, compte sur la clémence de la justice arguant qu’elle « ne représente aucun danger pour la société ». « Je peux entendre que la justice doit répondre à un acte répréhensible, mais là, c’est la double peine. Ma mère s’est fait tabasser pendant quinze ans et quand elle se défend, elle part en prison ? », veut faire entendre son fils Jonathan.

0
commentaires
Source : Liberation

A la une

Métro Gèze : la métropole sort les rames
Non, on ne verra pas les fameuses armoires électriques car "le métro fonctionne en ce moment". À l'origine du retard considérable de la livraison...
À l’hôpital Nord, les manifestants désespèrent de voir un jour arriver le métro
Le choix du parvis de l'hôpital Nord, pour une manifestation en faveur d'un métro dans les quartiers Nord, a la force de l'illustration. À...
Policiers « escortés » par des scooters, un clip de rap à l’origine de la vidéo choc
"Regardez comment les policiers sont traités, et j'en ai plein d'autres des vidéos comme ça. Ce que je veux dire, c'est que ce sont...
« On apprend aux filles à se méfier de l’espace public »
Prendre les transports, aller d'un point à un autre dans la ville, s'arrêter sur une place, rentrer tard le soir... Que l'on soit homme ou...
Des quartiers Nord à la Belle de Mai, elles veulent une ville pensée pour elles
"On est toutes des militantes. On ne voulait pas faire la cuisine, on voulait faire des projets !" Comme ses amies du groupe Passer'elles...
« Si l’outrage sexiste est dans le code pénal, on pourra agir »
Lorsqu'une femme victime de violences arrive dans un commissariat, l'expérience n'est pas toujours aisée. À Marseille, le bureau d'aide aux victimes, rattaché à la...

Vous devez être vous-même abonné pour écrire un commentaire sur un article réservé aux abonnés.

Ajouter un commentaire

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire