Jugée à partir de mardi aux assises d’Aix-en-Provence pour avoir tué son mari violent

Assises
Bref
Lisa Castelly
17 Mai 2018 0

Le 25 septembre 2010, Annie Métais donnait la mort à son ex mari, à Bandol suite à une énième crise de violence de la part de ce dernier. Aujourd’hui, cette femme résidant à Meyreuil se prépare à voir son histoire décortiquée par la justice lors de son procès, du 22 au 24 mai devant les assises des Bouches-du-Rhône. Libération plonge dans l’histoire de cette famille ponctuée par les crises du mari maniaco-dépressif, les violences, les tentatives de fuite d’Annie Métais avec ses enfants. Jusqu’au drame, survenu malgré une séparation du couple depuis plusieurs années durant laquelle les relations s’étaient apaisées, en apparence. “J’aimerais que les jurés puissent comprendre que ce qui m’est arrivé aurait pu arriver à n’importe qui”, confie Anne Métais au journal.

La justice la décrit comme une “manipulatrice” doté d’un “sang froid glaçant”, d’une “intelligence supérieure” et “narcissique”, capable d’avoir tenté de noyer le corps de son défunt mari à l’aide d’une ancre. Après huit mois à cacher sa culpabilité, elle a été démasquée et a passé 18 mois en détention préventive.

Son avocat, Me Olivier Lantelme, compte sur la clémence de la justice arguant qu’elle “ne représente aucun danger pour la société”. “Je peux entendre que la justice doit répondre à un acte répréhensible, mais là, c’est la double peine. Ma mère s’est fait tabasser pendant quinze ans et quand elle se défend, elle part en prison ?”, veut faire entendre son fils Jonathan.

Source : Liberation

A la une

À Marseille, l'”ancien monde” ne craint plus La République en marche
Poignées de main chaleureuses, cigarillo aux lèvres, petites blagues décontractées, Dominique Tian est ici chez lui et il entend bien le montrer. Vendredi 12...
Martine Vassal bricole un agenda environnemental à un milliard d’euros
Moins d'un mois. C'est le temps record qu'il aura fallu aux équipes de la métropole pour se greffer sur l'agenda environnemental du conseil départemental....
Les premiers arbres de La Plaine tombent malgré la résistance
La pluie tombe, les arbres aussi et certains manifestants pleurent en voyant les premiers tilleuls chuter dans un grand crac sinistre. Ils hurlent aussi...
Conflit d’intérêts à la tête de l’institut de recherche pour le développement
Charles Duchaine est de retour à Marseille. Pas le premier juge de l'affaire Guérini en personne, mais les contrôleurs de l'agence française anti-corruption (AFA)...
À Saint-Victoret, des travaux qui se font tout seuls embarrassent la métropole
C'est un joli parc à la sortie du bourg de Saint-Victoret en direction de la gare de Pas-des-Lanciers. A côté du centre aéré fraîchement...
L’institut Ricard drague les habitants de l’Estaque avec une ferme à poissons du futur
"Nous avons proposé un projet de ferme que l'on pourrait appeler... permaquacole !", lance fièrement Patricia Ricard, petite-fille de Paul et présidente de l'Institut océanographique du...

Commentaires

Vous devez être vous-même abonné pour écrire un commentaire sur un article réservé aux abonnés.

Ajouter un commentaire

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire